L'Azerbaïdjan et la Turkiye doivent accumuler des forces pour une nouvelle étape de la lutte de libération dans le Caucase du Sud

  26 Octobre 2022    Lu: 1108
 L

En raison des événements qui se déroulent avec la participation directe de la Russie en Ukraine et autour d'elle, le sujet de la situation dans le Caucase du Sud dans la politique de la Fédération de Russie est depuis longtemps passé à l'arrière-plan. Donc, pour autant que je sache, le ministère russe des Affaires étrangères n'a fait aucune déclaration officielle publique sur la soi-disant « mission de l'OSCE » en Arménie.

À l'heure actuelle, la Russie a en fait perdu la possibilité d'influencer, et donc de contrôler, cette région. Il n'est pas étonnant que la même France essaie de prendre sa place aujourd'hui. Et seulement pour ses propres intérêts. Eh bien, l'Iran y grimpe aussi. Ce dernier, après avoir ressenti la dépendance de la Russie vis-à-vis de l'approvisionnement de ses armes (drones, missiles balistiques), s'est imaginé en prétendant au rôle de modérateur des processus dans la région. Cependant, alors que cette place est fermement occupée par la Turkiye.

À l'heure actuelle, il est avantageux pour l'Arménie de retarder les processus de règlement pacifique, de délimitation et de démarcation de la frontière. Il semble y avoir une attitude revancharde là-bas. Désire rendre au moins une autre partie du territoire du Karabakh sous leur contrôle d'une manière ou d'une autre. Eh bien, puisqu'il n'y a pas de frontières clairement définies entre les États arménien et azerbaïdjanais, cela crée des conditions favorables pour que l'Arménie mène diverses provocations, y compris militaires. Dans le même temps, les mesures de représailles de l'Azerbaïdjan à la suggestion de l'Arménie seront présentées comme des faits «d'agression». En fait, c'est à cela que sert la «mission de l'OSCE». Il est extrêmement peu nombreux et ne peut pas surveiller la situation sur toute la ligne de contact en ligne. Par conséquent, les Arméniens emmèneront ces « extras » sur le lieu de leurs « performances » provocatrices.

Il n'y a pas non plus d'espoir d'objectivité de la part des soldats de la paix russes. La Russie s'est discréditée aux yeux du monde entier, personne ne la croit simplement maintenant. En outre, le contingent de maintien de la paix a été réduit en raison du transfert d'une partie du personnel militaire vers la zone de combat en Ukraine. Il en va de même pour la 102e base militaire russe à Gyumri. Les informations diffusées dans les médias sur la prétendue concentration de troupes russes à la frontière de l'Arménie au nombre de 5 000 personnes sont des absurdités d'une imagination malade. Maintenant, dans l'armée russe, chaque baïonnette compte, et ils ont besoin de ces baïonnettes dans le Donbass et près de Kherson. Mais la même France n'a aucune force militaire dans la région.

Ainsi, quoi qu'en dise la mission de l'OSCE, elle ne peut pas non plus vraiment influencer la situation. Eh bien, sauf que Macron annoncera des sanctions unilatérales contre l'Azerbaïdjan sur la fourniture d'hydrocarbures à l'Europe. Mais ce sera un couteau dans le dos de l'Allemagne et une balle dans le pied. En ce sens, la maladresse de la politique française mise en œuvre sur les provocations du lobby arménien, provoque la confusion et l'étonnement.

Il convient de rappeler que tout au long des 30 années d'occupation arménienne du Karabagh, les organisations internationales, y compris l'OSCE, n'ont pu en aucune façon influencer la situation. La question a été tranchée par la force militaire brutale, basée sur la puissance de l'économie azerbaïdjanaise, soutenue par la Turkiye et le professionnalisme des militaires azerbaïdjanais et turcs. Par conséquent, je ne prêterais aucune attention au flottement de la « mission OSCE » et de la France derrière elle. L'Azerbaïdjan et la Turkiye doivent accumuler des forces pour une nouvelle étape de la lutte de libération dans le Caucase du Sud. Elle est inévitable et se terminera par la perte totale de souveraineté de l'Arménie. C'est, bien sûr, si les revanchards du Karabagh ne reviennent pas à la raison et n'acceptent pas de véritables accords de paix.

Quant à l'Iran, ses prétentions au leadership régional sont, par essence, une ivresse de la prise de conscience de l'insignifiance politique et militaire de la Russie moderne. En cas de provocation militaire de l'Iran contre l'Azerbaïdjan, elle ratissera sans aucun doute non seulement la Turkiye, mais aussi les États-Unis. Les États saisiront l'occasion de mettre fin à une autre menace de longue date. Ce qui s'est passé en Irak en 2003 se passera en Iran. À cet égard, les livraisons massives d'armes stratégiquement importantes de l'Iran à la Russie peuvent jouer contre l'Iran lui-même. C'est juste qu'au bon moment l'Iran n'en aura pas dans les quantités dont il a besoin.

L'expert militaire russe Alexeï Khlopotov

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   Caucase   Karabagh   Russie   Turkiye   Iran   Ukraine  


Fil d'info