Une nouvelle vague d'antisémitisme en Arménie - FAITS

  26 Mai 2022    Lu: 1349
 Une nouvelle vague d

L'Arménie et les Arméniens, qui ont de grands espoirs de succès dans un avenir proche, ont récemment, surtout après la défaite dévastatrice de la Seconde Guerre du Karabagh, tenté de développer des relations avec Israël, qui entretient des liens politico-économiques et militaro-techniques étroits avec l'Azerbaïdjan. Mais, apparemment, Tel-Aviv, qui suit de près la politique d'Erevan et de la diaspora arménienne internationale, ne nourrit pas d'illusions particulières sur cette question, qui a sa propre explication logique.

L'appréhension d'Israël et du peuple juif en général à l'égard de l'Arménie est d'abord causée par le fait que le quasi-État arménien, autrefois créé artificiellement par les centres de décision mondiaux, est pratiquement devenu le seul pays monoethnique dans le monde en moins de cent ans en raison de ses grandes ambitions géopolitiques.

Le dernier recensement effectué en 2011 indique que les Arméniens de souche représentent 98% de la population en Arménie, bien que, compte tenu de la tendance observée, même ce nombre terrifiant ait clairement augmenté. Cette position "enviable" est le résultat direct de la politique d'État délibérée de l'Arménie, qui, par tous les moyens nécessaires, chasse les représentants d'autres peuples et nationalités du pays, recourant parfois à un pur nettoyage ethnique et à la violence.

Le peuple juif, soumis à des siècles de persécutions et bien conscient de ces méthodes alambiquées de nettoyage ethnique et d'ethnocides des Arméniens contre d'autres nationalités, est peu susceptible de "justifier" les espoirs que nourrit l'Arménie. D'autant plus que l'histoire regorge de faits sur la haine non déguisée de l'Arménie envers les Juifs. La diffamation répétée du Mémorial aux victimes de l'Holocauste à Erevan, installé en 1999, dit mille mots de cette animosité. Le premier acte de vandalisme de ce type a été commis en septembre 2004, le dernier jour de la célébration du Nouvel An juif. Des inconnus ont peint une croix et le numéro "satanique" 666 sur la pierre en peinture blanche. Au cours des mois suivants, le piédestal a été renversé au moins quatre fois.

Fait intéressant, en 2006, le monument commun aux victimes du "génocide" et de l'holocauste a été érigé au même endroit à la suggestion de la partie arménienne. Très probablement, la partie juive, qui a accepté d'ériger un monument pour symboliser la tragédie juive et le "génocide" arménien, espérait que les actes de vandalisme cesseraient au moins de cette façon. Néanmoins, les événements ultérieurs ont montré leur naïveté, en particulier le grand rabbin de la communauté juive d'Arménie, le rabbin Gershon-Meir Burshtein, qui a participé à l'ouverture de ce monument.

Le monument a été et est toujours régulièrement soumis à la profanation. C'était donc en octobre 2010. Une période de "calme" a commencé après cela. Dans le même temps, les autorités et les idéologues de l'Arménie ont commencé à annoncer sans relâche la fin de ces prétentions.

Mais déjà en février 2021, le vandalisme arménien contre la mémoire des victimes de l'Holocauste a pris une forme plus complexe et offensive. Les ennemis, qui n'ont pas touché la partie "génocide" du monument avec les inscriptions arméniennes, ont enduit de peinture rouge la partie dédiée aux victimes de l'Holocauste et ont écrit des slogans antisémites et nazis, tels que "Juifs, vos mains sont couvertes de sang !". Ils ont également tenté mettre le feu au monument. Le sommet du cynisme dans toute l'histoire était le fait que la présidente de l'Organisation publique internationale arménienne pour le développement humanitaire, Tsovinar Kostanyan, partageait un statut "unique" sur sa page Facebook. "Je ne veux pas croire qu'un Arménien ait fait ça. Je pense que l'acte de vandalisme peut être une provocation délibérée des services secrets de pays hostiles à l'Arménie", a écrit Kostanyan.

Il y a des rues et des monuments antisémites érigés à Gafan et dans 17 autres unités territoriales, dont Gyumri, qui est la deuxième plus grande ville d'Arménie.

Néanmoins, de nombreux faits indiquent que tout ce qu'elle a dit n'était qu'un pur discours du diable. Par exemple, la perpétuation de l'idéologie fasciste en Arménie par l'érection d'un monument à Garéguine Njdeh, un terroriste et homme de main du fascisme allemand des années 1930 et 1940, n'était guère un produit de l'amour et de la tolérance envers les Juifs. L'article Juifs de Crimée sur le populaire portail d'information israélien Cursorinfo.co.il décrit les crimes de cette "personnalité publique" pendant la Guerre patriotique en tant que membre des nazis contre une petite communauté de Crimée, les Krymchaks qui professaient le judaïsme. C'est la glorification de criminels tels que le fasciste Njdeh, qui contribue à la formation et au renforcement des sentiments antisémites en Arménie, qui s'enracinent dans de nombreuses preuves.

Par exemple, l'enquête menée par la Ligue anti-diffamation indique qu'environ 58% des Arméniens sont sujets aux sentiments et aux préjugés antisémites.

Le rapport montre qu'en termes de sentiments antisémites, l'Arménie se classe deuxième en Europe, et c'est le troisième pays le plus intolérant envers les Juifs en dehors du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord.

Selon une étude menée par le Pew Research Center dans 18 pays d'Europe centrale et orientale de juin 2015 à juillet 2016, 32 % des résidents arméniens ont exprimé leur réticence à voir des Juifs parmi leurs compatriotes. Il s'agit du taux d'antisémitisme le plus élevé parmi tous les pays inclus dans l'étude.

Des informations très intéressantes ont également été publiées sur WikiLeaks.org, citant des extraits d'un document de 2008 du département d'État américain, selon lequel la presse arménienne a utilisé l'antisémitisme pour dénigrer l'opposition, en particulier l'ex-président Levon Ter-Petrossian, qui est marié à une juive.

Franchement, la montée des sentiments antisémites en Arménie n'est pas du tout surprenante. Quelle autre idéologie peut être prêchée par Romen Yepiskoposyan, qui, en février 2002, a présenté un livre intitulé "Le système national", à la Maison des écrivains d'Erevan ? C'était un livre publié en arménien et en russe où les Turcs sont appelés une "nation tueuse" et les Juifs une "nation destructrice". Dans le chapitre "La plus grande falsification du 20e siècle", l'auteur déclare carrément que "l'Holocauste est un mythe". Il est à noter que les enseignants présents à l'événement, qui enseignent et éduquent la jeune génération, ont même admiré le fait d'avoir enfin un livre sur lequel ils pourraient éduquer la jeune génération dans "l'esprit national".

Ce n'est pas pour rien que la présidente de la communauté juive d'Arménie, Rimma Varzhapetyan, à qui nous avons également de nombreuses questions embarrassantes, a partagé ses soupçons sur la double jeu des autorités arméniennes dans cette affaire. Et très franchement, la glorification d'un autre homme de main nazi et militant de l'organisation armée "Dashnaktsutyun", le général "Dro" (Drastamat Kanayan), dans les livres d'histoire et les médias, ne laisse aucune trace de doute à ce sujet. De plus, en tenant compte de la deuxième ville de Gyumri et Gafan, 17 unités territoriales d'Arménie détiennent des monuments, érigés pour les personnes qui prêchent des idées antisémites et des rues portant leur nom. En même temps, l'Arménie est le seul État du Caucase du Sud qui brûle d'un amour respectueux pour les antisémites, les fascistes et les terroristes.

Pourcentage de personnes interrogées en Europe centrale et orientale qui ne considèrent pas les Juifs comme des amis.

Il est impossible de ne pas souligner un autre point très important. Le rapport annuel du ministère israélien de la Diaspora pour 2020 indique que le sentiment antisémite en Arménie s'est intensifié à un degré alarmant depuis la Seconde Guerre du Karabagh. L'exemple le plus frappant en est la profanation du monument aux victimes de l'Holocauste en février dernier, dont nous avons parlé plus haut.

Les médias arméniens, d'autre part, ignorent ouvertement tous les concepts d'éthique journalistique et de tolérance ethno-confessionnelle et savourent la publication de commentaires antisémites ardents d'experts et de représentants de partis politiques. Par exemple, le journal Iravunk a publié un article antisémite de l'ancien dirigeant de l'Ordre aryen arménien (Armenian Aryan Order), Armen Avetisyan, selon lequel les minorités juives vivant dans n'importe quel pays sont une menace pour la stabilité.

Hranush Kharatyan, qui dirigeait le Département des minorités nationales et des questions religieuses sous le règne de Robert Kotcharian, a clairement annoncé dans sa déclaration au journal Voice of Armenia que les rituels pratiqués le jour de la fête juive Shabbat seraient hostiles aux non-juifs.

Le propriétaire d'ALM Media, Tigran Karapetyan, a également clairement déclaré que les Juifs, qui gouvernent le monde, sont une race inférieure et constituent une menace pour l'Arménie.

Il est étrange qu'avec une telle attitude "respectueuse" envers les Juifs, l'Arménie et les idéologues de l'arménisme non seulement ne renoncent pas à faire reconnaître les soi-disant "génocide arménien" par Israël, et tentent même parfois de faire pression sur Tel-Aviv dans cette affaire. Mais, apparemment, dans le contexte de ces vaines tentatives, Erevan poursuit à nouveau une politique hypocrite et sans scrupules dans les relations avec Israël.

D'autre part, toute tentative visant à rapprocher l'Arménie d'Israël est dirigée contre l'Azerbaïdjan. Ceci est bien compris en Azerbaïdjan et même en Israël même. L'Arménie essaie d'enfoncer un coin dans les relations azerbaïdjano-israéliennes par tous les moyens et ressources possibles, mais ce n'est pas si facile à faire, étant donné que l'Azerbaïdjan a une riche histoire d'amitié avec les Juifs. Qu'il suffise de rappeler le fait que l'histoire de la colonisation de l'Azerbaïdjan par les Juifs a plus de 2000 ans. Aujourd'hui, il y a une communauté juive de 25 000 personnes en Azerbaïdjan. Et que voit-on en Arménie ? Il n'y a presque pas de juifs là-bas.

Ainsi, la sagesse populaire dit que l'amour peut être caché, mais jamais la haine. L'Arménie et les idéologues de l'arménisme, ne cherchent pas non seulement à voiler tant bien que mal leur antisémitisme hors échelle, bien au contraire, ils le manifestent de plus en plus insolemment. Le peuple juif a une forte mémoire et il se souvient très bien du bien et du mal.

Sahil Isgandarov, analyste politique

Azvision.az


Tags: Arménie   antisémitisme  


Fil d'info