« Poing de soie »: l'Azerbaïdjan fait preuve de « puissance douce » à Choucha

  13 Mai 2022    Lu: 301
  « Poing de soie »:  l

J'ai eu la chance de participer l'année dernière au Festival international de folklore « Kharybulbul » à Choucha, organisé pour la première fois après la libération de la ville. Maintenant, je suis si fier d'être l'un des participants du festival de cette année à Choucha. La ville revit aujourd'hui. Au sens figuré, Choucha me rappelle un homme qui a retrouvé sa famille après avoir été libéré de captivité. La ville revit un peu plus chaque jour.

La ville ne s'est pas complètement remise des « blessures » causées par la guerre, plus précisément, par l'occupation. Il est très important de souligner le fait de l'occupation : la plupart des bâtiments de Choucha n'ont pas été détruits pendant la guerre, mais durant l'occupation. Les soi-disant Arméniens « pacifiques » y ont démoli des bâtiments historiques et des maisons. Ils n'ont placé aucune pierre sur une autre, probablement, pour effacer l'esprit de l'Azerbaïdjan dans la ville. Mais maintenant, « chaque jour, une pierre est placée sur une autre à Choucha », comme l'a dit le président Ilham Aliyev, et l'esprit de l'Azerbaïdjan refait surface dans la ville. Maintenant, Choucha retrouve son ancienne gloire. C'est comme si une « tribu sauvage », comme M. le Président appelait les envahisseurs, avait été chassée des terres qu'elle avait envahies et pillées, et maintenant la civilisation revient sur ces terres. La culture est la première chose que la civilisation apporte à ces terres.

Lorsque Choucha était sous occupation, en octobre 2010, les Arméniens y ont organisé une course d'ânes. Je m'en souviens comme si c'était hier : des êtres à deux pattes fouettent sans pitié les êtres à quatre pattes et les pauvres ânes se balancent d'un côté à l'autre... C'était une scène bien triste.

C'était la seule chose que l'Arménie apportait à Choucha au nom de la « culture ». Cependant, à peine six mois après la fin de la guerre, l'Azerbaïdjan a organisé un festival de musique grandiose sur la plaine de Djydyr à Choucha, ce qui nous a tous étonnés de voir comment il était possible d'organiser un tel événement dans la ville qui saignait encore de ses blessures. Des représentants de tous les groupes ethniques vivant en Azerbaïdjan sont montés sur scène et ont levé le poing pour « l'unité ». Mais ce n'était pas le « Poing de fer » qui a écrasé la tête de l'ennemi il y a six mois...

Cette fois, en regardant les performances des musiciens locaux et étrangers sous la pluie sur la plaine de Djydyr, j'ai pu clairement comprendre ce que signifie la « puissance douce ». Au sens large, cela signifie présenter un potentiel et une attractivité sans aucune violence. La « puissance douce » consiste à transformer la ville, qui a été asservie sous la captivité d'une « tribu sauvage » pendant 28 ans, en un festival de musique en seulement un an et demi. C'est couper les braies des ânes dans la plaine de Djydyr et créer une opportunité de jouer du mougham et du jazz enchanteurs.

Si tout ce qui se passe au Karabagh montre la « puissance douce » de l'Azerbaïdjan, le festival « Kharybulbul », qui est devenu l'un des symboles du Grand retour et de la Grande restauration, est un « Poing de soie », levé par l'Azerbaïdjan. L'Azerbaïdjan a remporté la victoire grâce au « Poing de fer » pendant les 44 jours de guerre, et il renforce sa victoire grâce au « Poing de soie ». Cela signifie que l'Azerbaïdjan est largement supérieur à ceux qui nous considèrent comme des ennemis à la fois en termes de puissance dure et douce.

Contrairement au « Poing de fer », la « Poing de soie » n'a pas été levée pour écraser qui que ce soit. La «  puissance douce » ne vise pas à écraser, mais à attirer. La « Poing de soie » est prête à caresser ceux qui refusent de nous voir comme des ennemis. Nos citoyens arméniens vivant au Karabagh et à Khankendi n'ont pas à mépriser le développement de Choucha. Ils ne doivent pas regarder « Kharybulbul » et être rabaissés. Ils devraient également faire partie de ce processus et recevoir leur part de ce développement.

Nous voudrions voir des citoyens arméniens d'Azerbaïdjan sur la scène de Kharybulbul à Choucha. Ils sont proches de Choucha dans tous les sens. Il faut rejeter ceux qui interceptent leur intégration avec l'Azerbaïdjan. Toutes ces choses qui se passent à Choucha aujourd'hui montrent clairement ce que signifie la paix et ce dont elle est capable. Nos citoyens arméniens vivant à Khankendi devraient quitter l'ombre des véhicules militaires et entrer dans la lumière de la culture et du développement. Il ne sert à rien d'être en retard.

Vussal Mammadov

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   Karabagh   Choucha   festival   culture  


Fil d'info