Nouveau rôle d'avant-poste : Pont des anti-sanctions - ANALYSE

  09 Mai 2022    Lu: 507
 Nouveau rôle d

Suite aux sanctions imposées à la Russie, un grand mouvement d'affaires russes vers l'Arménie a commencé. Un événement intéressant, « De nouvelles opportunités pour les affaires au sein de l'Union économique eurasiatique (UEE) », s'est tenu à Erevan le 4 mai. L'événement a été organisé par plusieurs organisations, principalement la Fondation Skolkovo de Russie.

Le soi-disant format de « l'Union économique eurasiatique (UEE) » est « un enfant mort-né» et a été créé pour organiser l'expansion économique autour de la Russie. Actuellement, des méthodes sont recherchées pour la migration des entreprises russes vers les pays adjacents, principalement l'Arménie via ce format. L'intégration économique au sein de l'UEE jusqu'en 2025 a été discutée lors de l'événement organisé à Erevan. L'attention principale a été accordée au soutien de la localisation des entreprises russes en Arménie. Les participants ont discuté des mécanismes et des outils à cet égard.

La plupart des entreprises ouvrent de nouveaux bureaux et poursuivent leurs activités en Arménie afin d'éviter les sanctions imposées à la Russie. La partie russe vise à faciliter les poursuites judiciaires dans ce contexte en renforçant les contacts avec les Arméniens.

Particulièrement, il y a une migration massive d'entreprises russes vers l'Arménie travaillant dans le domaine des technologies de l'information. La raison en est que le libre accès à Internet et aux services bancaires mondiaux est important dans ce domaine. Alors que ces services sont bloqués en Russie, il n'y a aucune restriction en Arménie. Ainsi, plus de 500 entreprises informatiques russes se sont installées en Arménie en mars de cette année. 500 entreprises en un mois ! Il n’est pas difficile d’imaginer l’échelle globale…

Il faut se rappeler que la Direction générale du renseignement du ministère ukrainien de la Défense a accusé trois pays du Caucase du Sud d'avoir aidé la Russie à éviter les sanctions. Pour être honnête, il est impossible d'avancer des faits sérieux concernant l'Azerbaïdjan et la Géorgie. À tout le moins, la réexportation de toute marchandise à travers ces deux pays peut être réalisée. Cependant, quand il s'agit de l'Arménie, comme on dit, « il y a des faits criants ». Il y a une grande différence entre la réexportation et devenir une plate-forme pour les majors du pays agresseur.

Les entreprises russes qui s'installent en Arménie développent à la fois le secteur informatique dépendant de la Russie et paient des impôts au budget russe. Les pays et institutions occidentaux qui imposent des sanctions à la Russie sont raillés. Actuellement, de nombreuses grandes entreprises de la Silicon Valley américaine coopèrent avec les entreprises informatiques arméniennes, qui sont en fait des entreprises russes sanctionnées. Si c'est une caractéristique de leur politique à deux faces, alors ce n'est pas le cas. Cependant, s'ils ont vraiment des intentions sérieuses d'imposer des sanctions à la Russie, ils devraient également être attentifs à ceux qui se cachent sous le nom de « business arménien ».

Au total, 85 000 citoyens russes se sont installés en Arménie depuis le début de la guerre avec l'Ukraine. Un point important : ils se sont déplacés pour organiser la migration des entreprises russes vers l'Arménie, pas pour échapper à la guerre. Ici, ils ont créé des affaires dès qu'ils ont atteint l'Arménie. Après le début de la guerre, 1 000 sociétés privées russes et 250 SARL ont été créées en Arménie. En effet, c'est une grande migration.

Selon certaines informations, la Russie a l'intention de produire dans les pays partenaires de l'OTSC des produits qu'elle ne pourra pas produire sur son territoire en raison des sanctions. Par exemple, les pièces électroniques ne sont pas vendues à la Russie en raison des sanctions, mais elles sont vendues à l'Arménie ou au Kazakhstan ! La Russie poursuivra la production en utilisant des pièces importées en Arménie et en les transportant sur son territoire. C'est ce que signifie éviter les sanctions ! De plus, ils font d'une pierre deux coups : Moscou trompe l'Occident et rend les économies de l'OTSC plus dépendantes de lui. En fait, les pays de l'OTSC deviennent l'atelier de la Russie.

De plus, les vols de fret militaire entre la Russie et l'Arménie se sont récemment intensifiés. Ils ne traversent pas le territoire azerbaïdjanais, mais la mer Caspienne et l'Iran. En ce qui concerne ce qu'ils transportent, ce n'est probablement plus un secret pour personne.

Il existe un moyen de surmonter tout cela : des sanctions sur tous les produits interdits de vente à la Russie devraient être appliquées aux autres membres de l'OTSC. Surtout à l'Arménie : la Russie a deux bases militaires et 3 000 militaires dans ce pays, et ils ne doivent agir que sous la volonté de Moscou. Tant que des sanctions ne seront pas imposées à l'Arménie, la Russie ne pourra pas être isolée efficacement !

Alibala Maharramzadé
Docteur en économie, Professeur
Président de la Chambre de commerce ukrainienne

Azvision.az


Tags: sanctions   Russie   Arménie  


Fil d'info