Le « Printemps arménien », qui a commencé par le « Vent du nord » - ANALYSE //Les manifestations à Erevan ne visent pas à renverser Pashinyan

  29 Avril 2022    Lu: 448
 Le « Printemps arménien », qui a commencé par le « Vent du nord » -  ANALYSE   //Les manifestations à Erevan ne visent pas à renverser Pashinyan

Par Vussal Mammadov

Pour comprendre le mécanisme politique des manifestations organisées en Arménie, il faut partir d'une brève chronologie des événements. Lors d'un discours au parlement arménien après sa visite à Bruxelles, le Premier ministre arménien a déclaré que la communauté mondiale s'attendait à ce que l'Arménie reconnaisse l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan et de la Turquie et « abaisse sa barre sur le statut du Karabagh ». Le processus a commencé après ces mots.

Après cela, il est devenu clair qu'il avait été convoqué à Moscou le 19 avril. Alors qu'il préparait son voyage, Artur Vanetsyan, le chef de la faction « J'ai l'honneur » de l'Assemblée nationale arménienne, a annoncé le début des manifestations à Erevan.

Si une personnalité politique engagée envers la Russie annonce le début des manifestations, cela signifie que le but est de faire pression sur Pashinyan et de faire comprendre qu'il se retrouvera dans une situation difficile. Ici, l'identité d'Artur Vanetsyan devient proéminente. La biographie de cette personnalité politique, qui guide la nouvelle vague de protestations contre Pashinyan, donne un aperçu de certains problèmes.

Le scout ne devient pas ancien

Dans l'émission télévisée du célèbre propagandiste russe Vladimir Soloviev, Artur Gagikovich Vanetsyan, né à Erevan en 1979, a déclaré : « Je suis un agent des services secrets. Il est diplômé de l'Académie agricole arménienne en 1999 et de l'Institut des relations économiques internationales de Saint-Pétersbourg en 2003. Il a ensuite complété l'Académie du service fédéral de sécurité de Russie avec distinction. Néanmoins, nous ne pouvons pas dire pourquoi il était distinctif. Puis, il a suivi une formation répétitive au FSB russe.

Lorsque Pashinyan est arrivé au pouvoir en mai 2018, Vanetsyan a été nommé directeur du Service de sécurité nationale. Cependant, Vanetsyan a été contraint de démissionner en septembre 2019. Il n'y a pas d'informations exactes sur les raisons. Cependant, l'une des versions est que Vanetsyan était un fervent partisan de suivre une voie qui servait les intérêts de la Russie au sein de l'équipe au pouvoir. A cette époque, la deuxième guerre du Karabagh n'avait pas encore eu lieu. Pashinyan a ouvertement choisi une direction pro-occidentale.

Fait intéressant, à la suite de la déclaration signée le 10 novembre 2020, Vanetsyan a été arrêté pour avoir comploté l'assassinat du Premier ministre arménien Pashinyan.

Lors des élections anticipées en 2021, le bloc « J'ai l'honneur », dont Vanetsyan était l'un des leaders, a franchi la ligne par 5,23 %. Par la suite, Vanetsyan a présenté l'un des principaux blocs d'opposition au parlement.

A l'émission de Soloviev, lorsqu'on lui a demandé « A qui appartient la Crimée ? », l'ancien agent des services secrets a répondu « La nôtre !..Ainsi, la vôtre ! », considérant la Russie comme un soutien majeur et proche de l'Arménie. Cependant, il est vrai qu'il n'y a pas d'ancien scout. Surtout quand il s'agit du renseignement russe !

Variante « B »

Bien sûr, Vanetsyan a absolument rejeté toute influence russe sur leurs protestations : « Qui est la Russie pour nous affecter ? La Russie est notre partenaire stratégique, mais pourquoi devrait-elle intervenir dans nos affaires intérieures ? Il n'est pas difficile de comprendre que Vanetsyan est l'option « B » de la Russie dans la politique intérieure de l'Arménie.

L'option « A » - le bloc « Hayastan », formé sur la base de l'ancien clan du Karabagh, organise également des rassemblements de protestation. Cependant, cette force elle-même est tellement discréditée que Moscou ne pouvait pas avoir d'espoir sérieux en elle. Par conséquent, Vanetsyan a été mis en avant. Bien que le chef de la faction « Hayastan » Iskhan Sagatelyan ait déclaré qu'il avait l'intention de renverser le pouvoir, ils ont organisé des manifestations parallèles sans se joindre à l'initiative de Vanetsyan. Cependant, si le but était bien de renverser le pouvoir, ne serait-il pas raisonnable d'unir les forces ?!

« Gâteau en couches »

L'un des aspects intéressants de ces protestations est que différentes classes se sont manifestées séparément. Comme si la société était délibérément divisée en segments pour montrer que toutes ces classes sont contre l'intention de Pashinyan de faire des compromis sur la question du Karabagh. Faisons connaissance avec les jeunes intéressés uniquement par les scooters électriques et la musique moderne, qui essaient de se moquer de Pashinyan. Faisons connaissance avec les mères, qui ont perdu leurs enfants pendant la guerre, et les ex-soldats, qui ont entamé une grève de la faim illimitée. Et tout le monde proteste contre d'éventuelles « concessions ». Est-ce un peu étrange ? Pourquoi les mères qui ont perdu leurs fils devraient-elles protester contre la paix ? Les fils des autres mères devraient-ils aussi mourir ? Quel est le but des soldats vaincus ? Veulent-ils que le nombre de soldats vaincus et de fugitifs comme eux augmente ?

Cependant, les principaux appels s'adressent aux jeunes et ils sont activement impliqués dans ces processus. Tout cela est une tactique délibérément réfléchie. Contrairement à la génération d'âge moyen et plus âgée, les jeunes ne sont pas submergés par les problèmes de la vie et des moyens de subsistance, mais sont plus préoccupés par des questions telles que le patriotisme et la fierté nationale. Contrairement à l'ancienne génération qui a voté pour Pashinyan malgré sa défaite à la guerre, la jeunesse arménienne ne se souvient pas bien de la tyrannie de l'ex-gouvernement. Mais, au moins, la défaite de Pashinyan les a fait se sentir humiliés. En d'autres termes, impliquer les jeunes dans des jeux sales est un geste très intelligent et rusé.

La réalité des objectifs

Vanetsyan déclare ouvertement que l'administration Pashinyan a déjà commencé à faire allusion à la possibilité que « l'Artsakh » fasse partie de l'Azerbaïdjan. « Si nous ne commençons pas une lutte à l'intérieur de l'Arménie et si nous ne renversons pas le gouvernement de Pashinyan, cela deviendra réalité. »

Le but des manifestations n'est pas de renverser Pashinyan, mais de l'empêcher de prendre des mesures constructives vers une résolution conforme au scénario de Bruxelles. Il s'avère que lors de la récente rencontre avec Pashinyan, Poutine n'a pas entendu les réponses qu'il voulait ou même n'a pas cru ce qu'il a entendu. C'est pourquoi il a commencé à « enchaîner » Pashinyan avec des protestations internes. Les entretiens téléphoniques de Pashinyan avec Araik Harutyunyan, chef du groupe séparatiste au Karabagh, avant et après sa visite à Moscou, ont confirmé ce facteur. Très probablement, Harutyunyan agit désormais comme un indicateur du respect par Pashinyan des conditions fixées à Moscou. C'est son opinion qui déterminera les prochaines mesures que Moscou prendra concernant Pashinyan. La dynamique des tensions politiques internes - c'est-à-dire des rassemblements de protestation - en dépendra également.

Le résultat reste inchangé

Le processus de règlement se poursuivra. Le fait que, les jours où les manifestations se poursuivaient à Erevan, les entretiens du président azerbaïdjanais Ilham Aliyev avec le représentant spécial du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie en charge de la normalisation des relations entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, Igor Khovaïev et le vice-Premier ministre de la Fédération de Russie, Alexeï Overtchouk les 25 et 26 avril respectivement l'ont confirmé.

La visite d'Igor Khovaïev à Bakou signifie avant tout le renoncement de la Russie au Groupe de Minsk dans la pratique. S'il y a un représentant spécial pour la normalisation des relations entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie, le Groupe de Minsk est automatiquement hors-jeu. Lors des entretiens entre Ilham Aliyev et Igor Khovaïev, il a été souligné que la préparation d'un accord de paix entre Bakou et Erevan devrait être basée sur les cinq principes présentés par l'Azerbaïdjan. Si les principes sont clairs, il n'y a plus de travail pour les médiateurs. C'est une « ligne rouge » pour Bakou en général.

Alexeï Overtchouk est la personne chargée par le gouvernement russe de gérer les activités de la commission trilatérale Russie-Azerbaïdjan-Arménie et le déblocage des communications dans le Caucase du Sud. Son arrivée à Bakou laisse penser que Moscou entend intensifier sa médiation après une pause depuis la réunion de novembre 2021. L'affaire porte aussi sur l'ouverture du couloir de Zanguezour. « Un tronçon de 60 kilomètres de chemin de fer a déjà été construit en Azerbaïdjan. La construction sera achevée l'année prochaine. L'Azerbaïdjan progresse également dans les travaux de construction de la route automobile conformément au plan. Malheureusement, aucune mesure n'a été prise par l'Arménie à cet égard, car elle n'a pas encore déterminé les coordonnées géographiques de l'itinéraire routier devant traverser son territoire », a dit le président Aliyev à Overtchouk.

Que le processus de règlement soit médiatisé par l'Ouest ou le Nord, le résultat ne changera pas : un traité de paix basé sur les « cinq principes », l'ouverture des communications. C'est la fin inévitable et rien ne peut y changer, y compris les manifestations à Erevan.

Vussal Mammadov est le rédacteur en chef d'AzVision.az


Tags: Azerbaïdjan   Turquie   Arménie   Erevan   manifestation  


Fil d'info