« Si un grand accord de paix avait été signé entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, nous aurions vu nos vrais ennemis » !

  23 Novembre 2021    Lu: 549
 « Si un grand accord de paix avait été signé entre l

Hier, l'ambassadeur de France Zacharie Gross a effectué une visite dans la région azerbaïdjanaise libérée d'Aghdam. Bien sûr, il s'agit d'un événement inattendu mais respectable.

En juillet, des représentants diplomatiques et politiques de plus de 100 pays se sont rendus à Choucha. L'absence des membres du Conseil de sécurité de l'ONU et de l'ambassadeur de France a suscité des discussions, mais tout le monde salue la visite d'hier. Nous pensons que des hauts fonctionnaires non seulement de France, mais aussi des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de la Chine visiteront Aghdam, Zenguilan, Choucha - les grandes terres azerbaïdjanaises, et rendront hommage à notre peuple qui a remporté une juste victoire. Nous ne doutons pas de la légitimité internationale de notre victoire, nous essayons de faire comprendre à tous que l'héritage historique d'un million de personnes a été effacé.

Alexandre Douma exprimait il y a exactement deux siècles son « admiration pour la nature et les monuments historiques » pour les terres azerbaïdjanaises. S'il voyait l'état actuel de ces terres, aurait le cœur brisé et appellerait sans hésitation ses hommes d'État à dire la vérité. Si Charles de Gaulle, qui a combattu le fascisme avec les Azerbaïdjanais pendant la Seconde Guerre mondiale et a toujours respecté notre nation, était vivant, il aurait fait le contraire. Après tout, le paysage en ruines d'Aghdam, Djabraïl, Fuzouli et d'autres villes ne peut être comparé à Paris, qui a été bombardé en 1941 ! Parce que le IIIe Reich n'a pas anéanti Paris, la capitale culturelle de l'Europe. Bref, qualifier Kotcharian, Sarkissian et ses compagnons d'armes de fascistes est une insulte aux nationaux-socialistes. 

Oui, pendant la guerre patriotique, la sympathie du peuple français était de notre côté, mais des représentants du gouvernement, du parlement et des autorités locales, ainsi que le président Macron, étaient dans une même tranchée avec l'Arménie. Au cours des six derniers mois, les responsables français ont changé de position. Ils ont fourni une aide humanitaire pour déminer les zones libérées azerbaïdjanaises afin de rétablir les relations avec notre État. Mais ils ont organisé le Luxembourg contre nous avec environ 33 députés européens et un groupe d'immigration destructeur, leur ont présenté des thèses politiques et informatives, et ont tenté de se mobiliser le peuple et le gouvernement ébranlés par la défaite contre notre pays par des visites intensives à Erevan. Par conséquent, beaucoup se demandent si l'armée française veut vraiment venir garder la paix à Aghdam avec la Russie et la Turquie. Pourquoi l'Elysée a-t-il besoin d'un statut spécial pour 25 000 Arméniens ? N'y a-t-il pas un Arménien sans statut dans le monde?

La réponse aux questions est claire pour tout le monde. Pas seulement les Arméniens ordinaires vivant à Khankendi, mais les aventuriers politiques se rendant à Paris, les partisans d'Aganbekyan et les pays occidentaux eux-mêmes ont besoin d'un statut. Car acquérir un « statut dominant » dans notre région est la plus grande menace pour la paix dans le Caucase. Par conséquent, si un accord de paix majeur avait été signé entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, nous aurions vu nos vrais ennemis!

Député azerbaïdjanais Zahid Oroudj


Tags: Azerbaïdjan  


Fil d'info