Comment Choucha a-t-il été libéré : Détails inconnus de l'opération

  09 Novembre 2021    Lu: 1145
  Comment Choucha a-t-il été libéré :  Détails inconnus de l

Le point culminant des opérations de contre-offensive lancées par les forces armées azerbaïdjanaises le 27 septembre 2020 a été la libération de Choucha. Dégager Fuzouli et Djabraïl de l'ennemi a permis à l'Azerbaïdjan de se regrouper et de porter le coup principal en direction de Hadrout-Choucha.

L'Arménie s'attendait à la prochaine attaque de l'Azerbaïdjan de la localité de Girmizi Bazar de la région de Khodjavend à la direction de Choucha. Par conséquent, il a rassemblé ses forces sur la route principale traversant cette localité. Il faut dire que les forces arméniennes défendant cette zone n'ont pas reculé malgré les lourdes pertes. Dans ce cas, le commandant suprême des forces armées azerbaïdjanaises Ilham Aliyev a pris une autre décision non standard.

Conformément à cette décision, l'ennemi devait se défendre dans une zone géographique plus large. Après la libération de Hadrout, les troupes azerbaïdjanaises ont commencé à poursuivre leurs attaques principalement dans les régions. En conséquence, Zenguilan et Goubadly ont été libérés de l'occupation, et il y avait des conditions pour attaquer dans les directions de Latchine et Syghnag-Choucha. Afin de briser la défense des Arméniens dans la forêt et les terrains montagneux difficiles, nos troupes d'artillerie ont utilisé la méthode de tir « aux échecs » et ont assuré l'avancement des tireurs motorisés.

Le 2 novembre, des informations ont fait état d'affrontements près de Choucha. Des unités de l'armée azerbaïdjanaise, ainsi que des unités des forces spéciales ont lancé l'attaque contre Choucha à travers le territoire de la forêt de Topkhana, où il n'y avait aucune infrastructure routière. L'utilisation par l'Arménie d'obus au phosphore blanc interdits près de Choucha visait à brûler et à empoisonner les forces azerbaïdjanaises dans la forêt.

Après le 20 octobre, l'armée azerbaïdjanaise se préparait à fermer la dernière autoroute et à rompre le lien de l'Arménie avec le régime séparatiste du Karabagh. En effet, la fermeture de cette route a été le principal facteur déterminant le sort de la guerre. Afin d'éliminer les menaces de fermeture du couloir de Latchine, l'ennemi a tenté d'attaquer dans les forêts et les terres montagneuses. Il y a eu des embuscades le long des principales routes d'approvisionnement des troupes azerbaïdjanaises.

À cette époque, le commandant suprême des forces armées azerbaïdjanaises Ilham Aliyev a pris une autre décision surprenante. Afin de ne pas freiner l'attaque d'autres unités sur Choucha et de ne pas fatiguer l'armée dans un tel état sans aucune route, une nouvelle route a été construite du village de Boyuk Taghlar vers Choucha à travers les forêts denses de Topkhana. Avec l'aide de la technologie d'ingénierie, une route de 42 kilomètres a été ouverte aux villages de Tchanakhtchy et Syghnag de Khodjaly en 3 jours. Par la suite, des unités d'artillerie ont été déployées autour de Tchanakhtchy.

Durant les derniers jours d'octobre, après 28 ans et 3 semaines, notre armée a libéré le couloir de Latchine. En augmentant notre pression militaire autour de Choucha, jusqu'à 400 membres des forces spéciales d'Azerbaïdjan ont pu secrètement traverser la route Choucha-Latchine vers le côté opposé de Choucha. Pendant 5 jours, des unités de forces spéciales ont avancé en traversant des forêts denses et des ravins. Divisées en plus petits groupes, les unités des forces spéciales d'Azerbaïdjan sont entrées à Choucha et ont détruit l'artillerie et les véhicules blindés avec un contingent d'occupation de 3 000 personnes (2 000 selon des sources arméniennes).

Une attaque réussie et inattendue lancée par les forces spéciales azerbaïdjanaises a abouti à la libération de Choucha le 8 novembre.

Comprenant que personne ne peut empêcher l'Azerbaïdjan de libérer Choucha, les responsables et généraux arméniens ont quitté Choucha jusqu'au 5 novembre. Les forces spéciales azerbaïdjanaises étaient à Choucha le 7 novembre. Les tirs du missile Iskander-M par l'Arménie sur Choucha à 09h00 le même jour le prouvent. La ville a été complètement libérée le 8 novembre. En raison du temps brumeux, nos forces aériennes n'ont pas pu effectuer de reconnaissance. Il était impossible de fournir une défense aérienne et un soutien aérien. Afin de ne pas avertir l'ennemi à l'avance, les forces spéciales ont neutralisé les forces ennemies au corps à corps.

Après la libération de Choucha, l'armée azerbaïdjanaise a libéré 71 villages de l'occupation le 9 novembre. Le lendemain, la déclaration commune a été signée. Pendant ces jours, des milliers de militaires arméniens ont changé d'uniforme et ont quitté le Karabagh avec ceux qui ont quitté Choucha et Khankendi.

Un embouteillage de 3 kilomètres est apparu sur la route Choucha-Khankendi. Cependant, la partie azerbaïdjanaise n'a pas empêché les Arméniens, qui ont fait de leur mieux pour nous faire du mal, y compris le génocide, pendant les 32 ans d'occupation. Les militaires arméniens parmi ces gens étaient une cible légitime pour notre armée, mais nous avons encore une fois montré notre humanisme. Remercier l'Azerbaïdjan pour cela n'est venu à l'esprit d'aucun Arménien.

Le 3 décembre 2020, le président Ilham Aliyev a signé un décret « sur la mise en place du Jour de la Victoire en République d'Azerbaïdjan ». En vertu du décret pertinent, le 8 novembre sera célébré chaque année comme le Jour de la Victoire. Ce fut la plus grande et unique victoire historique de notre État, de notre armée et de notre peuple au cours des derniers siècles. Cette victoire a ouvert notre chemin vers le Grand Avenir...

Adalat Verdiyev,

Expert militaire

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   Karabagh   Arménie  


Fil d'info