« Qu'ils le veuillent ou non » – Territoires libérés par l'Azerbaïdjan dans la période d'après-guerre

  28 Octobre 2021    Lu: 423
 « Qu

Lors d'une visite dans la région de Dachkéssen le 22 juillet 2021, le président Ilham Aliyev a accordé une interview à la télévision azerbaïdjanaise. Le chef de l'Etat a évoqué la restauration du Karabagh et du Zanguezour, la construction de Fuzouli (l'aéroport international de Fuzouli a été inauguré le 26 octobre 2021) et d'autres aéroports, les opérations de déminage en cours, la construction de centrales hydroélectriques et 700 km d'infrastructures routières. Dans son interview, le président Aliyev a également souligné sa rencontre avec le président du Conseil européen Charles Michel le 18 juillet.

Une déclaration qui fait réfléchir

Le président Aliyev a fait une déclaration intéressante concernant la visite de Charles Michel en Azerbaïdjan : « La déception de l'Arménie va durer longtemps car, comme nous pouvons le voir, ils n'ont pas encore tiré la leçon de la guerre. Certaines de leurs déclarations et étapes inappropriées indiquent qu'ils ont encore une leçon à apprendre. Ils ne devraient pas oublier la deuxième guerre du Karabagh. Pendant son séjour à Erevan, Charles Michel a décrit les territoires frontaliers comme contestés. Pour être honnête, je suis également en désaccord avec cette expression car nous pensons que ces territoires sont les nôtres. Je crois que c'est le territoire de Zanguezour, et Zanguezour est la terre de nos ancêtres, donc nous sommes sur notre propre territoire. Bien sûr, cette question a été abordée lors de la visite, et j'ai essayé de préciser que nous avions atteint notre frontière. Pourquoi l'avons-nous atteint en mai ? Parce que la neige a fondu. Il y avait de la neige épaisse de deux ou trois mètres. Il était impossible d'accéder à la frontière. Dès la fonte des neiges, nous sommes sortis, avons pris les points nécessaires, nous y sommes installés, renforcés et y renforcerons nos positions. Par conséquent, la déception de l'Arménie est causée par le fait qu'ils rêvent encore, bien sûr. Ils ne peuvent pas accepter les réalités de l'après-guerre. Je crois que le facteur psychologique joue également un rôle ici. Apparemment, ils ont besoin de temps pour s'habituer aux nouvelles réalités d'un point de vue psychologique, car notre Victoire a réduit en miettes tous leurs fondements idéologiques.

Des questions

Bien que trois mois se soient écoulés depuis que cette déclaration a été prononcée, il y a encore des questions suivantes qui me font penser à cela.

- Quelles positions avons-nous prises après la fonte des neiges, quand et avec quelle force ?

- Dans quelle zone se situent les « points nécessaires et les points que nous avons pris » ?

- Quelles autres positions figurent dans la liste des territoires que nous avons pris, installés, renforcés et renforcerons ?

- La démission de plusieurs hauts responsables arméniens en deux semaines pourrait-elle être liée à la libération de nouveaux postes par l'Azerbaïdjan ?

Réponse d'hiver

Le retrait des militants arméniens des zones frontalières de l'Azerbaïdjan a commencé après la signature de la déclaration trilatérale. Bien qu'il n'y ait aucune information officielle sur le retrait des militants arméniens d'une centaine de villages de Goubadly et de Zenguilan, à l'exception des régions d'Aghdam, Kelbedjer et Latchine, on sait que ces processus sont terminés fin décembre 2020.

Le gisement d'or de Soyudlu à Kelbedjer était une autre zone importante libérée par l'armée azerbaïdjanaise. Le 26 novembre, l'armée a pris le contrôle de 75 % du terrain, appartenant à l'Azerbaïdjan, suite à l'évacuation de Kelbedjer.

La première surprise pour les Arméniens en 2021 a été faite dans le village de Chournoukh de la région de Goubadly. Les Arméniens vivant à Chournoukh ont eu jusqu'au 5 janvier pour évacuer les territoires azerbaïdjanais. Pendant le processus de démarcation, la partie du village de Chournoukh, qui appartient à l'Azerbaïdjan selon les cartes de l'ère soviétique, est passée sous le contrôle de notre armée.

Le 4 février, l'héroïque armée azerbaïdjanaise a obligé les forces armées arméniennes à se retirer des villages de Khinzirek et de Dygh de la région de Goubadly.

Réponse de printemps

L'Azerbaïdjan a poursuivi la restauration des frontières dans les terres restantes au printemps. Du 10 au 12 mai, lorsque la neige a fondu, l'armée azerbaïdjanaise a libéré la hauteur d'Ichygly à 3550 mètres de haut et la zone autour du lac de Garagol dans la région de Latchine à l'aide de deux divisions d'infanterie motorisées.

La libération de la hauteur d'Ichygly a permis d'observer les vastes étendues de la région de Syunik de l'Arménie le long de la route Gorous-Gafan. Le lac de Garagol est situé sur le versant oriental de cette hauteur à une altitude de 2666 mètres. Actuellement, l'armée azerbaïdjanaise contrôle 90 à 95 % de ce lac. Les sources de quatre rivières de montagne proviennent de la hauteur d'Ichygly.

Dans le même temps, les villages d'Achaghy Chordja et Youkhari Chordja, situés à la frontière de l'Arménie avec Kelbedjer, sont passés sous le contrôle de notre armée. Je ne considère pas qu'il soit accidentel que l'armée ait pris ces mesures le jour de l'anniversaire du leader national Heydar Aliyev.

Le 14 mai, le renforcement de l'armée azerbaïdjanaise dans les nouveaux territoires a poussé des militants arméniens locaux à quitter leurs positions et à tenter de bloquer la route entre l'Arménie et le Karabagh. Alors que la police récupérait des fusils de chasse auprès des communautés arméniennes vivant près de la frontière avant le 10 mai, on soupçonnait que les deux parties étaient parvenues à un consensus pour remettre le territoire à l'Azerbaïdjan. Les affirmations de Pashinyan selon lesquelles il était au courant du processus ont confirmé la possibilité de ce consensus.

Le 17 mai, l'armée azerbaïdjanaise a pris le contrôle de quatre autres positions à la frontière avec l'Arménie. Des sources arméniennes affirment que 15 heures de négociations avec la partie azerbaïdjanaise ont permis de libérer ces quatre positions. Auparavant, pendant plusieurs heures, Pashinyan avait tenté de s'entretenir avec le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev par l'intermédiaire du Premier ministre géorgien, mais avait échoué. Le 19 mai, l'Azerbaïdjan a refusé de négocier car la partie arménienne ne s'est conformée à aucune des exigences. Quelques heures plus tard, le commandant suprême Ilham Aliyev a fait une déclaration remarquable déclarant que «le corridor de Zanguezour sera ouvert de toute façon, qu'ils le veuillent ou non».

Les mesures adéquates prises par l'Azerbaïdjan dans les territoires occupés, en particulier face à la violation continue du cessez-le-feu par les Arméniens du village d'Arazdéyen en direction de Nakhitchevan, ont abouti à la démission du ministre arménien de la Défense Vagharshak Harutyunyan le 20 mai. Le ministre arménien des Affaires étrangères Ara Ayvazyan a également démissionné. Certes, c'était directement lié au dédouanement de nos territoires aux Arméniens par l'armée azerbaïdjanaise. Le maire de Garakilsé, de l'autre côté de Kelbedjer, Gnel Sanosyan a également démissionné.

Il serait plus raisonnable de décrire ces événements comme « le capitaine fuyant le ferry qui coule » plutôt que comme une démission. Dans d'autres pays normaux, ces démissions auraient dû être assimilées à des désertions. Les forces armées arméniennes se sont retirées des nouveaux territoires sans combattre lorsque Vagharshak Harutyunyan et Ara Ayvazyan étaient ministres. Vagharshak Harutyunyan a menacé de tirer sur des civils azerbaïdjanais et Ara Ayvazyan a ignoré l'interdiction de visite des autorités arméniennes au Karabagh.

Aucun représentant du gouvernement n'a lié ces démissions aux succès militaires de l'Azerbaïdjan.

Réponse d'été

Jusqu'à la fonte des neiges, notre armée a nettoyé une centaine de villages de Goubadly et Zenguilan, Chournoukh, Khinzirek et Dygh. Après la fonte des neiges, notre armée a restauré nos frontières, avançant de près de 7 km en direction de Garagol, jusqu'à la moitié en direction de Youkhary Chordja, Achaghy Chordja et Zerkend.

L'expert militaire arménien Karen Vartanesyan a également confirmé l'avancée de l'Azerbaïdjan dans trois directions.

Les retraits de l'Arménie ne s'y sont pas limités. Immédiatement après l'achèvement des exercices conjoints de défense aérienne des forces spéciales azerbaïdjanaises et turques à Latchine, le 12 septembre, le drapeau azerbaïdjanais a commencé à flotter à Gilindjdagh (Youkhary Oukhtassar, près du lac de Garagol, chaîne de montagnes Mikhtoken), à 3112 mètres de haut près de Garagol. Bien que les soldats arméniens aient essayé de montrer une résistance sans armes jusqu'à ce que les forces spéciales atteignent cette hauteur. Cependant, lorsque les «loups» ont atteint cette zone après 30 minutes, l'ennemi a accepté son sort amer et s'est retiré. Il a été possible d'observer pleinement nos positions depuis la région de Garakilsé de l'Arménie à cette position. Le 5 octobre, les images publiées ont confirmé que 90 à 95 % de Garagol était contrôlé par notre armée.

Dans les territoires nouvellement libérés, le nombre de positions de notre armée était trois fois supérieur à celui de l'ennemi. C'est pour empêcher l'ennemi de sombrer dans des « pensées noires ».

Il visait à éviter l'ennemi de se perde dans des « pensées noires ». Il y a des faits réels : la route vers la position arménienne autour de Garagol passe par les positions azerbaïdjanaises ; les Arméniens qui y servent passent le contrôle à nos positions même en allant à leurs positions ; ils ne sont autorisés à se déplacer qu'avec des armes personnelles et autres. Actuellement, il n'est pas permis de hisser le drapeau de l'ennemi dans les positions arméniennes situées ici.

Réponse d'automne

Le processus n'est pas encore terminé. Tout le monde attend avec impatience la libération de 7 villages de Gazakh, 1 village de Nakhitchevan et des territoires contrôlés par les soldats de la paix russes au Karabagh. Nos militaires sont prêts à accomplir n'importe quelle tâche. Il ne semble pas que l'Azerbaïdjan attende la prochaine «fonte des neiges», car la couverture neigeuse de 2 mètres des montagnes de Latchine et Kelbedjer dans les 8 villages susmentionnés n'est pas une situation attendue. Dans ce cas, le choix revient à l'Arménie.

Les images satellites, sur la collecte d'équipements militaires et d'armes lourdes par le régime séparatiste dans la localité de Dachkend de Khodjaly le 27 octobre indiquent que certains dirigeants arméniens n'ont pas tiré leurs leçons des résultats de la guerre patriotique. Ces personnes ne doivent pas oublier que « l'Arménie acceptera la démarcation des frontières, le retrait des forces armées et des armements des territoires azerbaïdjanais et reconnaîtra nos frontières. Qu'ils le veuillent ou non. »

Adalat Verdiyev, expert militaire

Pour Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   Arménie   Karabagh  


Fil d'info