Chef de l'agence Kabar : Il est temps pour Bakou et Bichkek de mener un travail plus visible et efficace - INTERVIEW

  29 Septembre 2021    Lu: 915
 Chef de l

AzVision.az présente une interview avec le Directeur général de l'Agence de presse nationale kirghize Kabar Koubanychbek Taabaldiev.

- Les talibans ont d'abord proféré des menaces contre le Tadjikistan en raison du soutien de ce dernier aux milices anti-talibans du Panjshir. Quelle est la menace de l'infiltration des talibans au Tadjikistan et dans d'autres pays d'Asie centrale ?

- Compte tenu des événements récents, une éventuelle pénétration des talibans dans un avenir proche est peu probable, à moins qu'il n'y ait des actions provocatrices ouvertes de certaines forces. Cependant, la situation ici dépend du travail des services spéciaux tadjiks. Considérant que les talibans veulent se présenter à la communauté mondiale en tant que puissance éprise de paix, les conflits ou autres opérations militaires sur le terrain ne leur sont pas rentables pour le moment. Par conséquent, on peut considérer que les dernières déclarations de Baradar, le déploiement de forces spéciales talibanes au Panjshir et le déploiement de combattants du groupe Ansarullah, dont les membres ont été jadis chassés du Tadjikistan par le régime de Rahmon, près de la frontière avec le Tadjikistan, peut être considéré comme un appel aux couches sympathiques talibanes des Tadjiks afin de démontrer qu'elles sont prêtes à les soutenir. Mais rien de plus. En tout cas, ils n'ont pas besoin de conflits. Mais c'est pour maintenant. Cependant, il ne faut pas oublier que le gouvernement afghan actuel n'est pas seulement les talibans, mais aussi divers groupes qui ont rejoint ce mouvement, dont l'épine dorsale peut être des immigrants en provenance des pays d'Asie centrale. En même temps, il est impossible d'être sûr qu'ils continueront à rester fidèles aux nouvelles autorités de Kaboul et suivront strictement les instructions d'en haut.

- Comment la Russie se comportera-t-elle en cas d'éventuelle infiltration des talibans dans les pays de la région ?

- La Russie a précédemment déclaré qu'elle essaierait de résoudre pacifiquement les problèmes avec les talibans. Si la situation continue comme aujourd'hui, la rhétorique du Kremlin continuera. Mais si les talibans prennent des mesures actives, la Russie fournira probablement une assistance militaire aux pays qui seront en conflit avec les talibans, car le Kremlin ne s'intéresse pas à l'instabilité dans la région. Il ne faut pas oublier les efforts de la Russie en Afghanistan pour apporter un soutien politique aux nouvelles autorités. Notamment en la personne de Dmitry Zhirnov, ambassadeur à Kaboul, et de Zamir Kabulov, représentant spécial de la Russie pour l'Afghanistan, qui ont fait et continuent de faire des efforts pour maintenir des relations stables avec les talibans et leur apporter leur soutien dans les nouvelles conditions. Si le nouveau gouvernement afghan apprécie une telle attitude envers lui-même de la part du Kremlin, alors il n'aggravera pas les relations avec Moscou.

- Comment voyez-vous l'avenir de l'Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC), compte tenu des récents développements dans la région ? D'autres pays peuvent-ils également rejoindre ce bloc ?

- L'OTSC a été dissuasive pour de nombreuses organisations radicales depuis plus de 20 ans. Malgré certains coûts dans les coûts de l'OTSC, en particulier le maintien du silence lors d'un conflit armé entre deux États membres voisins, une telle union est bénéfique pour tous ses membres, puisque la situation mondiale démontre que les pays vont s'unir. Par conséquent, ils doivent veiller à la sécurité de leurs membres.

Quant à l'entrée de nouveaux pays dans l'OTSC, on peut noter que lors de la dernière session de l'organisation cette question a été soulevée, et avec un degré de probabilité élevé, on peut affirmer qu'il y aura de nouveaux membres dans un proche avenir.

- Comment évaluez-vous les perspectives de développement des relations Bakou-Bichkek dans l'après-guerre ?

- Le développement des relations entre l'Azerbaïdjan et le Kirghizistan se poursuivra au sein de la TURKSOY et de la TURKPA, ainsi qu'au sein d'autres organisations, qui incluent les deux pays. Il convient de noter que les Azerbaïdjanais ne sont pas seulement de vieux amis du Kirghizistan, mais aussi des personnes fraternelles qui ont fourni et continuent de fournir toute l'assistance possible au Kirghizistan. La nomination de Kairat Osmonaliev en tant que nouvel ambassadeur kirghize en Azerbaïdjan démontre la volonté claire de Bichkek de revitaliser les relations bilatérales, d'établir des liens plus étroits dans de nombreux domaines - culturel, commercial.

Il existe de nombreux points de contact mutuellement avantageux entre l'Azerbaïdjan et le Kirghizistan. Le moment est venu, tant dans le cadre de projets multilatéraux que dans les relations bilatérales, de commencer à mener un travail plus visible et plus efficace qu'il ne l'a été jusqu'à présent. Tout le monde sait que le grand écrivain kirghize Chingiz Aitmatov a reçu le prix de l'État azerbaïdjanais en tant que première figure culturelle étrangère. À son tour, le Kirghizistan a alloué une grande zone dans l'un des quartiers prestigieux de Bichkek pour ouvrir un parc nommé d'après le leader national azerbaïdjanais Heydar Aliyev.

De plus, il existe des opportunités potentielles pour le développement de liens culturels et humanitaires, comme les Journées de la Culture des deux pays. De tels projets nécessitent l'établissement de liens logistiques, principalement des vols directs entre Bichkek et Bakou. Cela sera suivi par l'expansion des liens commerciaux et économiques. L'Azerbaïdjan et le Kirghizistan ont beaucoup à échanger.

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   Kirghizistan   Taliban   Afghanistan   Tadjikistan