Format raté : il est grand temps de changer l'ancienne « troïka » – ANALYSE

  12 Juillet 2021    Lu: 239
  Format raté :  il est grand temps de changer l

Le refus de visiter la ville azerbaïdjanaise de Choucha par les ambassadeurs des coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE – les États-Unis, la Russie et la France – est un autre « clou dans le cercueil » pour le format de médiation de l'organisation. Ce n'est évidemment pas un hasard si les ambassadeurs des trois pays coprésidents se sont comportés de la même manière au même moment. Une telle attitude montre que cette question a été discutée et convenue à l'avance.

Ce qui est le plus intéressant, c'est que ni les États-Unis ni la France ne peuvent trouver un terrain d'entente avec la Russie. Le monde vit actuellement une « guerre froide » diplomatique entre ces pays coprésidents. Le refus de visiter Choucha est probablement le seul sujet sur lequel ils ont trouvé un terrain d'entente ces derniers mois. Mais quel est le but ? La seule option qui me vient à l'esprit est de « ne pas blesser l'Arménie ».

Mais alors une autre question se pose : pourquoi la visite des ambassadeurs à Choucha devrait-elle « blesser » l'Arménie?! Est-ce que Choucha est un territoire contesté ?! Certains médias arméniens présentent stupidement Choucha comme un territoire « occupé » par l'Azerbaïdjan. Si les ambassadeurs des pays coprésidents du Groupe de Minsk refusent de se rendre à Choucha, il s'avère qu'ils prennent au sérieux cette thèse idéologique fabriquée par les médias arméniens ?!

C'est une question assez controversée, et les trois pays doivent clarifier le refus de leurs ambassadeurs d'une manière qui satisfasse Bakou. Sinon, il sera impossible d'éviter d'autres malentendus et problèmes dans la coopération avec ces pays dans des formats régionaux.

Actuellement, Bakou et Erevan ont des divergences d'opinion par rapport au Groupe de Minsk. Bakou croit en une éventuelle médiation du Groupe de Minsk pour la signature d'un traité de paix. Erevan, au contraire, souhaite la poursuite des discussions sur le « statut du Karabagh » sous les auspices du Groupe de Minsk. Bakou rejette catégoriquement cette intention d'Erevan. Aujourd'hui, le Groupe de Minsk se trouve dans un vide existentiel et est incapable de décider quoi faire. Son indétermination rappelle beaucoup ses 25 ans d'inactivité.

Les coprésidents du Groupe de Minsk, en n'acceptant pas l'invitation à se rendre à Choucha, ont commis une grave erreur en omettant une fois de plus de démontrer leur impartialité. Tout cela montre que le Groupe de Minsk est en quelque sorte favorable à l'approche de l'Arménie en matière de définition de sa future mission éventuelle. Une telle position du Groupe de Minsk s'inscrit dans la continuité de l'erreur qu'il commet depuis 25 ans.

Une telle démarche du Groupe de Minsk permet à Bakou d'exprimer sa méfiance à l'égard des coprésidents. Au cours des dernières années, la mission du Groupe de Minsk était d'équilibrer les intérêts régionaux des trois puissances. Le conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh est déjà résolu, et cette mission a automatiquement pris fin. À l'heure actuelle, il est nécessaire d'aider à résoudre les « problèmes de documentation » de la période post-conflit. Résoudre ces problèmes nécessite une approche plus technique et logistique qui fait défaut au Groupe de Minsk.

La visite des représentants de l'UE (3+1) dans la région à la fin du mois de mai de cette année et les sujets dont ils ont discuté étaient très intéressants. Il a semblé que le remplacement du format « Coprésidents du Groupe de Minsk + Représentant personnel du Président en exercice de l'OSCE » par celui des « Ministres des affaires étrangères de 3 États membres de l'UE + le mandat du Haut représentant » au cours de cette période était plus approprié pour le travail à venir.

L'initiative de créer un tel format a émergé à la suite de la réunion informelle des ministres des Affaires étrangères de l'UE initiée par la Roumanie à Lisbonne en mai. La « Troïka de Lisbonne » – les ministres des Affaires étrangères de Roumanie, d'Autriche et de Lituanie – a été proposée par la Roumanie. La «troïka de Lisbonne» comprend des États sans intérêts géopolitiques, représentant une seule puissance, l'UE, dans laquelle les trois pays recherchent un partenariat stratégique. Ainsi, ces pays ne sont pas chargés de la mission d'« équilibre des intérêts géopolitiques » du Groupe de Minsk. Par conséquent, la « Troïka de Lisbonne » a plus de chances de réussir sa médiation dans la discussion de questions sérieuses et importantes.

Cela peut être un format mis à jour en fonction des nouvelles réalités. Le Groupe de Minsk était une institution qui s'occupait de la résolution des conflits. Dans le contexte de nouvelles réalités, une nouvelle approche s'impose. Au cours de la période écoulée, le Groupe de Minsk a démontré qu'il n'avait pas assez de flexibilité pour s'adapter à une nouvelle réalité et à une nouvelle spécialisation. De plus, la mission est différente.

Les procédures de la période post-conflit devraient être mises en œuvre après la formation d'un nouveau gouvernement en Arménie. Tout d'abord, l'Arménie et l'Azerbaïdjan doivent achever la démarcation des frontières et signer un traité de paix. Résoudre ces problèmes dépasse les capacités du groupe de Minsk. Tout cela souligne la nécessité de remplacer la « Troïka de Minsk » par la « Troïka de Lisbonne » ou un autre format similaire. Parler de questions dénuées de sens et irréalistes telles que le « statut du Karabagh », au contraire, complique encore davantage le processus.

Comme l'a dit le président azerbaïdjanais, « s'il n'y a pas d'accord de paix, cela signifie qu'il n'y a pas de paix ». Le Groupe de Minsk ramène la région à la période de conflit en gardant la question du « statut du Karabakh » pertinente. L'Azerbaïdjan fait de son mieux pour amener la région dans une période post-conflit. Par conséquent, il est grand temps d'envisager la question du changement de la « Troïka de Minsk ».

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   Karabagh   Choucha   OSCE   USA   France   Russie