Vainqueur vaincu : Quelle est la cause du « phénomène Pashinyan » ?

  21 Juin 2021    Lu: 251
 Vainqueur vaincu : Quelle est la cause du « phénomène Pashinyan » ?

Il n'y a que quelques pays dans le monde où la défaite honteuse d'un dirigeant peut être suivie de sa victoire électorale. Par conséquent, on peut considérer Nikol Pashinyan, qui a réussi à remporter les élections, un « phénomène ». C'est celui que tout le monde appelait hier un « capitulateur » mais qui forme aujourd'hui le gouvernement. Pourquoi ce phénomène existe-t-il et comment peut-il s'expliquer ?!

Les médias arméniens préfèrent fermer les yeux sur cette question importante. L'absence d'un centre d'analyse et d'un service sociologique normal dans ce pays ne semble pas répondre à notre question. De toute évidence, la réponse révèle une réalité extrêmement désagréable pour les Arméniens, alors ils préfèrent l'éviter astucieusement.

Le phénomène du « vainqueur vaincu » peut s'expliquer par deux facteurs principaux :

1) C'est la démarche des Arméniens contre la Russie. Non seulement les partisans de Pashinyan mais aussi ceux, qui s'opposent à la Russie et veulent s'éloigner du vecteur nord du pays, ont voté pour lui. Ils ont soutenu Pashinyan, au lieu de soutenir Kotcharian, qui a une image stéréotypée en tant que « partisan de la Russie » et « ami de Poutine ».

Cela peut être considéré comme une déloyauté arménienne traditionnelle, et la Russie ne devrait pas être surprise par ce traitement. Au lieu de remercier la Russie pour sa médiation pour mettre fin à la guerre, l'Arménie choisit de haïr puisque la Russie ne s'est pas battue pour eux. Et cette haine se voit dans les bulletins de vote pour Pashinyan, qui a changé l'orientation du pays vers l'Occident. La visite de Pashinyan en France à la veille des élections était un message clair pour sa future orientation géopolitique. Et ce message « a fonctionné ».

2) La victoire de Pashinyan à la majorité des voix montre que les Arméniens ne considèrent pas le Karabagh comme leur territoire et ne regrettent pas la perte des territoires qu'ils occupent. Sinon, la personne qui a exposé le pays à la défaite honteuse pendant 44 jours n'obtiendrait pas autant de voix. Il a été prouvé que construire une vie normale est plus important pour la société arménienne que de se venger et de rendre le Karabagh. Sinon, ils feraient confiance à Kotcharian, qui a promis de se venger.

Maintenant, la principale question est de savoir comment Nikol Vovayevich Pashinyan, qui a eu les mains liées après la guerre et a ouvert avec des élections anticipées, utilisera-t-il ce crédit politique ? Il peut créer une chance pour son pays de récupérer et de progresser en établissant de bonnes relations avec l'Azerbaïdjan. Sinon, la vraie défaite est encore à venir...

Azvision.az


Tags: Arménie   élection   législatives