Un Azerbaïdjanais revient sur sa captivité dans une interview accordée à AzVision - VIDEO

  11 Juin 2021    Lu: 1396
Un Azerbaïdjanais revient sur sa captivité dans une interview accordée à AzVision - VIDEO

Pour la première fois depuis 27 ans, Zahid Hassanov revient sur sa captivité dans une interview accordée à AzVision.

Zahid Hassanov a combattu lors de la première guerre du Karabagh pour la liberté des terres azerbaïdjanaises. Il a ensuite été capturé par l'armée arménienne et soumis à la torture et des traitements cruels pendant 71 jours en captivité.

Près de 30 ans se sont écoulés depuis ces événements. Les terroristes arméniens Mkrtichyan Ludvik Mkrtichovich et Khosrovyan Alyosha Aramaisovich, qui ont torturé Zahid Hassanov en captivité, répondent actuellement de leurs actes devant la justice à Bakou.

Les militaires arméniens Mkrtichyan Ludvik Mkrtichovich et Khosrovyan Alyosha Aramaisovich, accusés de torturer brutalement des Azerbaïdjanais capturés pendant la première guerre du Karabagh, ont été arrêtés et une affaire pénale a été ouverte contre eux. Ils sont accusés d'avoir commis des crimes contre la paix et l'humanité, des crimes de guerre et d'autres crimes contre des Azerbaïdjanais dans les territoires occupés.

Dans une interview accordée à AzVision, Zahid Hassanov, qui a été brutalement torturé par les terroristes arméniens, a parlé de ses premiers jours de captivité.

 

- Quand avez-vous rejoint la guerre?

-En 1993, je me suis volontairement inscrit aux combats dans le commissariat militaire de la région de Fuzouli et suis parti à la guerre. Nous combattions en direction de Beylagan-Fuzouli. Nous avons libéré de nombreuses zones. En mars 1994, j'ai été blessé lors d'une bataille dans le village d'Achagy Seyidahmadli à Fuzouli. Mes camarades n'ont pas pu me sortir du champ de bataille. Le 8 mars, j'ai été capturé par des Arméniens.

J'ai eu des blessures à la tête, aux épaules, au dos et aux jambes. J'ai 30 éclats d'obus dans mon corps. C'est pourquoi je ne pouvais pas bouger, je suis resté là-bas. Ils n'ont pas pu me sortir de la zone. Des Arméniens m'ont emmené dans un endroit appelé l'hôpital pour des enfants à Khankendi. Ils ne m'ont pas emmené à l'hôpital. J'ai été détenu à Khankendi pendant un mois et demi. Le représentant du Comité international de la Croix-Rouge ne m'a rendu visite que trois fois en 45 jours.

Fin avril, j'ai été emmené à la prison de Choucha. Quand j'étais à Khankendi, des employés de l'émission «Vesti» de Moscou sont venus nous filmer. Un journaliste arménien était avec eux. Nous avons été obligés de critiquer notre gouvernement et de dire que nous ne voulions pas faire la guerre, nous avons été amenés par la force.

J'avais 34 ans quand je suis parti à la guerre. Personne ne pouvait m’obliger à faire ça. J'y suis allé volontairement. Bref, je n'ai pas fait ce qu'ils disaient. Après le tournage, le journaliste arménien m'a frappé au front avec un journal. Il y avait un morceau de fer dans le journal. La cicatrice sur mon front est une trace laissée par cet incident. Alyocha Khosrovyan était également là. Il m'a torturé pour ne pas avoir parlé pendant le tournage. La cicatrice sur mes lèvres est une trace qu'il a laissée.

Qui était Alyocha ?

- Alyocha était un soldat. Il travaillait comme gardien de prison à Choucha. Il venait à Khankendi tous les 10 jours et emmenait à la prison de Choucha des prisonniers et des otages qui se rétablissaient à l'hôpital. Je l'ai vu là-bas pour la première fois. Alyocha a amené plusieurs personnes, y compris moi, à la prison de Choucha.

- Quelle était la situation dans la prison de Choucha ?

- Des Arméniens nous torturaient dans la prison de Choucha. C'est dans cette prison que j'ai vu Mkrtichyan, un Arménien connu sous le nom de Ludwik, que nous appelons Lyokha. Il torturait également des captifs et des otages azerbaïdjanais. Certains sont morts en prison des suites de tortures. Ils ont forcé un Azerbaïdjanais à fermer une ligne à haute tension. Il s'est fait électrocuter.

- Quand j'étais à Khankendi, il y avait environ 40 prisonniers et otages, dont des femmes et des enfants. Il n'y avait qu'un seul gardien. N'importe quel Arménien pourrait venir nous torturer. Les prisonniers de guerre azerbaïdjanais ont été présentés aux élèves comme « Turcs » et « leurs ennemis ».

Avez-vous reçu des soins médicaux à la prison de Choucha ?

- Aucune aide médicale ne nous a été fournie dans la prison de Choucha. On nous a fourni de la nourriture – du thé froid et une tranche de pain – une fois par jour. Il y avait des conditions très difficiles dans la prison de Choucha. C'était un endroit très effrayant. Les portes s'ouvrirent et se refermèrent bruyamment. La prison était sur un rocher plat et il y avait un cimetière azerbaïdjanais à 30-40 mètres. Ce cimetière a également été détruit.

- Vous avez dit que parmi les prisonniers il y avait des femmes et des enfants. Comment ont-ils été traités ?

- De la même manière… Ils ont également été torturés et maltraités.

- Quelles méthodes de torture les Arméniens utilisaient-ils ?

- Ils battaient avec des ferrures, un morceau de fer, du bois et une matraque. Ils ont tous été mordus par un chien. Des chiens ont été relâchés sur les captifs. Lyokha a battu les prisonniers avec des gants de boxe. Il y avait Karen, Garik, Samvel, Moukhtar, Armiyan. Ils nous ont torturés.

- Dans quelle langue parlaient-ils avec vous en captivité ?

- En azerbaïdjanais. Ils connaissaient bien notre langue. Mais ils abdiquent maintenant. Alyocha répond immédiatement au tribunal avant que l'interprète ne termine la traduction. Si vous regardez attentivement, vous vous rendrez compte qu'il comprend tout. Nous parlions en azerbaïdjanais avec l'interrogateur. Alyocha a réagi et a dit: "Cela ne s'est pas produit." Nous avons ri et lui avons dit qu'il connaissait la langue azerbaïdjanaise. Il fut surpris un instant.

- Étiez-vous seul dans les cellules ?

- S'ils cachaient quelqu'un, ils le gardaient seul. Il y avait des cellules où il y avait 12 personnes.

- Combien d'Azerbaïdjanais y avait-il dans la prison de Choucha ?

- Environ 30 Azerbaïdjanais étaient en captivité quand j'étais là-bas. Nous avons rencontré certains d'entre eux lors du procès ces jours-ci. Il y avait des gens qui ne pouvaient pas revenir et qui ont été tués.

- Vous avez été libéré de captivité après 71 jours..

- Le major arménien Albert Vasganyan m'a dit qu'ils m'échangeraient. Lorsque notre partie livrait un Arménien, ils libéraient généralement 10-15 Azerbaïdjanais. C'était un à un dans mon cas. J'ai été échangé contre un Arménien de 18 ans nommé Vartan. Son oncle était colonel et son frère était capitaine. Il était citoyen arménien. Je l'ai vu pendant l'échange.

J'étais marié. Et j'avais deux filles. Ma mère ne savait pas que j'étais captivé. J'ai été accueilli au village Achaghy Seyidahmadli de la région de Fuzouli. Pour être honnête, je n'ai jamais accordé d'interview à qui que ce soit pendant ces 27 années. Lorsque nous avons été interrogés, les Arméniens torturaient nos prisonniers. Maintenant que nos territoires ont été libérés, il n'y a plus personne en captivité arménienne.

- Que te demandaient-ils pendant la captivité ?

- Ils voulaient connaître nos secrets militaires. Ils s'intéressaient à nombre de nos équipements militaires. Ou ils essayaient de nous attirer à leurs côtés.

- Pouvez-vous croire que vous rencontreriez après 27 ans ces Arméniens qui vous ont torturé ?

- Pour être honnête, je ne croirais pas que cela puisse arriver. Je crois que nos héros amèneront d'autres criminels arméniens et les jugeront ici.

Azvision.az


Tags: captifs   tortures   Arménie   Azerbaïdjan