«Entraînement à l'Holocauste»: comment l'Allemagne a commis un génocide contre des Héréros et Namas

  03 Avril 2021    Lu: 770
  «Entraînement à l

Les principautés allemandes avaient l'intention d'établir de petites colonies en Afrique aux 17e et 18e siècles, mais plus tard, elles ont été supprimées par les Pays-Bas et la France. Ainsi en 1871 - à la veille de l'unification de l'Allemagne - le pays n'avait pas de colonies en Afrique. Ainsi, la Prusse a donné la priorité à l'unification des terres allemandes plutôt qu'à la recherche de terres de l'autre côté de l'océan. Alors que l’Allemagne prenait du retard dans la colonisation mondiale, tous les territoires étaient divisés parmi la Grande-Bretagne, la France, les Pays-Bas et la Belgique.

En outre, les problèmes financiers et la faiblesse de la marine à l’époque ont entravé les revendications impérialistes de l'Allemagne. Malgré les hésitations initiales, les hommes d'affaires allemands considéraient la saisie des colonies comme une affaire prometteuse. Par conséquent, le gouvernement soutenait de telles initiatives à moins qu'il n'ait aucune obligation particulière. Par la suite, les Allemands se sont tournés vers des terres avec une petite population et des ressources qui n'intéressaient pas les autres pays européens.

Ainsi, en 1884, la Société coloniale allemande, dirigée par Carl Peters, commença à s'emparer des terres de l'Afrique de l'Est. En 1883, Franz Adolf Eduard Lüderitz, un commerçant allemand de Brême, a acquis une superficie d'environ 45 000 kilomètres (plus grande que la Suisse actuelle) dans la Namibie actuelle et a même reçu une garantie de sécurité du gouvernement allemand. Après que la Grande-Bretagne eut annoncé son désintérêt pour la Namibie en 1884, l’Allemagne déclara un protectorat sur le territoire de cette dernière. Le territoire a ensuite été rebaptisé sud-ouest africain allemand et est devenu propriété de l'État.

Après l'arrivée au pouvoir de l'empereur Guillaume II en 1888, l'attitude de l'Allemagne envers les colonies a changé. Pour l'Allemagne, la question de la colonisation est devenue non seulement une source de matières premières et de consommation, mais une réputation personnifiant le fait que l'Allemagne était une grande puissance, ce qui, à son tour, a suscité un intérêt croissant pour les colonies.

Face aux conditions météorologiques défavorables en Namibie, les Allemands ont commencé à s'emparer des terres et du bétail de la population locale, les traitant comme des esclaves, les insultant et les torturant. Les autorités ont commencé à ignorer les plaintes des habitants. Au début du 20e siècle, l'Allemagne envisageait de placer la tribu Héréro dans des réserves, de réinstaller les nouveaux arrivants - des colons allemands - dans les territoires libérés et de mettre en faillite les habitants sous couvert de dépendance au crédit.

Le 14 janvier 1904, les tribus Héréro et Nama se sont rebellées contre la pression, tuant 120 Allemands, dont des femmes et des enfants. En juin, le commandement militaire allemand en Afrique du Sud-Est a déployé 14 000 soldats pour réprimer le soulèvement. Afin que les émeutiers soient punis, le général Adrian Dietrich Lothar von Trotha, qui a participé aux guerres avec l'Autriche et la France, ainsi que directement impliqué dans la répression des soulèvements au Kenya et en Chine, a été nommé commandant militaire de l'armée allemande en Afrique du sud-ouest. L'expédition criminelle est financée par la Deutsche Bank et fournie par la société Wurmann. N'ayant pas réussi à remporter une victoire complète dans une bataille ouverte, les Allemands ont commencé à poursuivre les groupes rebelles dans le désert. Les Allemands ont forcé les habitants dans le désert en entourant des terres et des sources d'eau viables, ce qui avait déjà conduit à un acte de génocide. Lothar von Trotha a complètement rejeté toutes les discussions sur la capitulation. Un ordre d'extermination est signé le 2 octobre 1904 par von Trotha en personne: «Dans les frontières allemandes, chaque Héréro, armé ou non, en possession de bétail ou non, sera abattu. Je crois que cette nation, en tant que telle, doit être annihilée». Le général ambitionne de créer un territoire entièrement «blanc». 

Bien que les rebelles aient tenté de traverser le désert pour chercher refuge dans une colonie britannique (le territoire de l'actuel Botswana), ils sont morts de faim ou ont été tués par les Allemands. Certains rebelles ont perdu la vie après avoir bu de l'eau de puits du désert empoisonnés par les Allemands. De nombreux Héréros sont morts plus tard de maladie, de fatigue et de famine.

Les prisonniers sont tatoués des lettres GH (pour Gefangener Herero, «prisonnier héréro» en allemand). En se concentrant sur le modèle anglais en Afrique du Sud, les Allemands ont commencé la mise en œuvre d'un système appelé «Konzentrationslager» (camps de concentration) et établi des camps de concentration. Ces camps ont été créés dans les grandes villes où la main-d'œuvre était demandée. Les captifs ont été placés dans 6 camps de concentration. L'un des plus célèbres était le camp de concentration de Shark Island, près de la ville portuaire de Luderitz. Seuls 200 des 3 500 captifs de Shark Island ont pu survivre. Le taux de mortalité dans le camp variait de 45 à 74%.

De plus, la nourriture y était extrêmement rare. Des cadavres de chevaux et de bœufs ont été donnés aux captifs comme nourriture. La maladie a continué de se propager et ils n'ont reçu aucun soin médical malgré leur captivité forcée par les Allemands dans des conditions difficiles. Les travailleurs esclaves ont été victimes de fusillades, de torture et d'autres traitements cruels. Les captifs Héréros, pour la plupart des femmes et des enfants, ont été loués à des établissements locaux ou forcés de travailler dans des projets d'infrastructure gouvernementaux. Les captifs étaient exploités comme esclaves dans l'extraction de diamants, de cuivre, dans l'industrie minière et la construction de chemins de fer.

Pour démontrer la supériorité de la race blanche, le scientifique allemand Eugène Fischer, Dr Bofinger a mené diverses expériences en captivité dans les camps de concentration. Les membres de la tribu souffrant de la maladie osseuse ont été injectés avec diverses substances, y compris de l'opium et d'autres, puis des scientifiques allemands ont étudié les effets de ces substances. En outre, les femmes étaient violées et tuées, et le reste de la tribu était stérilisé.

Les expériences sur les cadavres étaient également très répandues. Des échantillons d'os et de peau ont été envoyés aux laboratoires et musées allemands sous forme d'expositions, d'expériences médicales et racistes. En octobre 2011, après trois ans de négociations, les 20 premiers des 300 crânes conservés au Charite Museum ont été renvoyés en Namibie pour être enterrés. En 2014, 14 crânes supplémentaires ont été envoyés en Namibie par l'Université de Fribourg.

Adolf Hitler s'est particulièrement intéressé aux expériences d'Eugène Fischer. Les Allemands ont utilisé la méthode des camps de concentration pour la toute première fois en Namibie. Ceux qui ont expérimenté avec des captifs ont ensuite enseigné l'eugénisme dans les universités allemandes. Ils ont utilisé cette expérience acquise en Namibie pendant la Seconde Guerre mondiale.

Un recensement effectué en 1905 a révélé qu'il y avait 25 000 captifs Héréros dans le sud-ouest de l'Afrique de l'Allemagne.

Bien que la guerre se termine officiellement le 31 mars 1907, la destruction des sociétés africaines se poursuit. Certains «décrets locaux» ont été adoptés en 1907, restreignant sévèrement la liberté de mouvement des Africains et les obligeant à porter une carte d'identité en fer autour du cou suite à la privation des droits de la population locale et à la saisie de leurs terres. Les Allemands avaient peur d'éventuels troubles africains et envisageaient des déportations à grande échelle de responsables coloniaux africains à Windhoek et à Berlin vers le territoire allemand au Cameroun et même en Papouasie-Nouvelle-Guinée, pour empêcher cette menace malgré le renversement des Héréros et Namas. Cependant, la Première Guerre mondiale a empêché la mise en œuvre de tous les plans.

Après avoir pris le contrôle de ces territoires en 1918, le gouvernement britannique a diffusé une déclaration sur le génocide commis commis par des Allemands contre les tribus Héréros et Namas. 

Il n'y a pas d'informations exactes sur le nombre de population de la colonie. Des sources principales notent que le nombre de la population variait entre 70 000 et 100 000 habitants. Les experts estiment que la population moyenne variait entre 70 000 et 80 000 habitants.

Selon le rapport des Nations Unies en date de 1985, les troupes allemandes ont tué les trois quarts de la tribu des Héréros et leur nombre a diminué de 80 000 à 15 000. Pendant le génocide, l'Allemagne a tué environ 80% de la population des Héréros et 50% des Namas.

Diverses sources parlent différents chiffres sur des personnes tuées. Cependant, les journaux ont signalé 65 000 victimes en annonçant la reconnaissance par l'Allemagne le génocide en 2004.

Selon le rapport des Nations Unies en 1985, le massacre des Héréros et des Namas a été le premier génocide du 20e siècle. Dans le rapport de l'ONU, ce massacre a été évalué comme un acte de génocide similaire au massacre du peuple juif par les nazis.

En 1998, le président allemand Roman Herzog s'est rendu en Namibie et a rencontré des chefs de la tribu des Héréros. Les dirigeants ont exigé des excuses  et une compensation. Herzog a exprimé ses regrets, mais ne s'est pas excusé et a noté que le droit international réglementant les normes d'indemnisation n'existait pas en 1907.

En 2001, des représentants de la communauté namibienne ont poursuivi 3 sociétés allemandes et le gouvernement allemand devant un tribunal américain. C'était la première fois qu'un groupe ethnique réclamait une compensation pour une politique coloniale conformément à la définition juridique du génocide. Afin de surmonter les obstacles juridiques et politiques, les revendicateurs ont voulu gagner la sympathie du peuple en attirant l'attention sur le parallèle entre le génocide commis contre leurs ancêtres et le génocide commis par les nazis contre les juifs. Cependant, le 7 mars 2019, un tribunal fédéral de New York a rejeté la demande d'indemnisation de ces tribus pour le génocide commis contre lleurs ancêtres.

En 2004, à l'occasion du 100e anniversaire du début de génocide, Heidemarie Wieczorek-Zeul, qui était à l’époque ministre fédérale de la coopération économique et du développement de l'Allemagne, s'est excusée et a exprimé sa tristesse pour le génocide. «Nous, Allemands, reconnaissons notre responsabilité et notre culpabilité historiques, politiques, morales et éthiques», a déclaré la ministre allemande. Elle a exclu de verser une compensation spéciale mais a promis une aide économique continue à la Namibie d'un montant de 14 millions de dollars. Ce nombre a considérablement augmenté depuis lors. Le budget pour les années 2016-17 a alloué un total de 138 millions d'euros au soutien financier.

La Namibie exige une compensation de 4 milliards de dollars en 2004. En 2015, les deux pays ont commencé à négocier. Depuis 2015, huit cycles de pourparlers ont eu lieu mais aucun accord n'a été trouvé entre les parties. L'un des obstacles aux pourparlers était de savoir comment nommer le paiement. Le gouvernement allemand est contre l'utilisation du mot «réparations». Actuellement, les parties tiennent des discussions sur l'utilisation des termes «réconciliation et restauration». En 2017, la Namibie a déclaré qu'elle voulait 30 milliards de dollars d'indemnisation de l'Allemagne par l'intermédiaire de la Cour internationale de justice de La Haye.

Le 11 août 2020, à la suite de négociations sur un éventuel accord de compensation entre l'Allemagne et la Namibie, le président Hage Geingob de Namibie a déclaré que l'offre du gouvernement allemand n'était «pas acceptable», tandis que l'envoyé allemand Ruprecht Polenz a déclaré qu'il était «toujours optimiste quant à la possibilité de trouver une solution».

Azvision.az


Tags: Allemagne   génocide   Héréros   Namas