Leçon d'histoire pour Macron - Lettre ouverte

  30 Octobre 2020    Lu: 449
 Leçon d

La rédaction d'AzVision.az a reçu une lettre ouverte d'un de ses lecteurs au président de la République française Emmanuel Macron. Comme la lettre contient de nombreux points et faits intéressants, nous avons décidé de la publier.

La première lettre

Monsieur Macron, vous savez très bien que l'Arménie a violé de manière flagrante toutes les normes du droit international, ignore les exigences de l'ONU et de toutes les organisations influentes du monde concernant la libération immédiate et inconditionnelle de vingt pour cent de nos territoires occupés et le retour d'un million de personnes déplacées vers leurs terres natales. Depuis près de 30 ans, il s'appuie sur le patronage du Groupe de Minsk de l'OSCE, coprésidé par des États «bouche de miel coeur de fiel», dont la France.

De plus, lorsque les troupes du pays agresseur, qui met toujours en œuvre ses plans d'occupation de nos territoires supplémentaires, ont commencé à être expulsées de notre pays comme un chien, vous (la France, la Russie) l'avez immédiatement jugé inacceptable et avez pris l'initiative de mener à nouveau des négociations inutiles sous la direction de cet organe incapable, étant tel tout au long de ces années, en déclarant un cessez-le-feu immédiat.

Si vous pensez qu'il est erroné de protéger l'intégrité territoriale, alors (exemples d'innombrables guerres menées par votre État au cours des siècles) pourquoi vous, la France a mené une longue guerre de 116 ans (1337-1453) avec l'Angleterre, qui avait des liens culturels et religieux communs étendus avec vous, juste pour une petite terre - la Normandie (peut-être en fait cette région n'avait rien à voir avec votre Etat).

Même la France n’a pas craint que le symbole héroïque Jeanne d’Arc soit tué (Jeanne d’Arc a été brûlée vive) et n’a pas arrêté de se battre, mais a conclu un traité de paix après avoir occupé plus de terres que prévu.

- Ou bien, lorsque Napoléon a capturé Moscou en 1812, ce n'est pas l'État russe qui a proposé de négocier avec lui, mais la nation entière (enfants, femmes, personnes âgées) s'est immédiatement levée et a formé un mouvement de guérilla, a rejoint l'armée sous la direction de Denis Davudov et avec l'armée a conduit les Français directement à Paris en hiver.

M. Macron, contrairement aux Arméniens, qui ont tué des civils dans nos terres occupées - enfants, femmes, personnes âgées, détruit nos villes, villages, monuments culturels et aliéné leurs noms, en France, vous, ne pouvant pas supporter les actions des soldats russes ne buvant que votre cognac, et parfois nageant nus dans la Seine, et en utilisant le mot «bistrot» que vous avez appris d'eux, vous avez immédiatement chassé leurs troupes de votre pays, et vous avez même nettoyé les ordures des chevaux que les cosaques gardaient dans vos écuries dans le désert de l'Elysée.

Vous avez annoncé que l'Etat azerbaïdjanais avait également impliqué des représentants d'autres nations dans les combats.

En fait, vous ne révélez ni le fait que les représentants d'un autre État ont participé à ces batailles de notre côté, ni vous n'osez vous excuser d'avoir donné de fausses informations au monde entier conformément aux demandes légitimes de notre président Ilham Aliyev.

- Savez-vous que la ville d'Erevan que vous avez visitée l'année dernière, le khanat d'Erevan, où 80% de la population était azerbaïdjanaise, kurde et turque, a été saisie de force par l'État russe le 2 octobre 1827 à la suite de la Guerre russo- iranienne. Conformément à la suggestion du général Paskevitch et de son adjoint, Lazerev, de nationalité arménienne, des Arméniens de Turquie, d'Iran et d'autres pays se sont installés dans ces territoires sur la base d'un programme d'État adopté par la Russie.

Même Mirza Yagub, l'eunuque du harem du Shah d'Iran, et deux filles arméniennes qui ont fui d'autres harems et se sont cachées dans l'ambassade, Griboyodev a été tué et l'ambassade a été incendiée pour avoir refusé de les renvoyer malgré la forte demande du gouvernement. Effrayé par l'incident, le Shah a envoyé un diamant appelé "Shah", que le gouvernement iranien avait autrefois apporté d'Inde, au tsar russe par l'intermédiaire de son fils, et le diamant est maintenant dans un musée de Moscou. Erevan, la ville des Azerbaïdjanais, a été donnée à la République d'Arménie, établie en 1820, comme capitale, par l'État azerbaïdjanais, et en 1936, elle a été rebaptisée Erevan.

Monsieur Macron, je ne doute pas que les Arméniens vous aient également raconté des légendes sur le cognac d'Erevan sur votre table lors de la fête. Vous savez, le propriétaire initial (directeur) de cette ancienne usine de cognac était Tahirov, originaire de Garakilsa (maintenant appelé Sisian), et sa femme, Djavahir khanum. Les mélodies que vous dansez et même l'instrument qu'elles jouent - le balaban - appartiennent au peuple azerbaïdjanais. Le cognac est conservé dans une cuve, possiblement appartenant à votre grand-père, qui a été pillé par un général arménien lors de l'effondrement de l'État français en 1944.

Pourquoi pensez-vous que le génie de renommée mondiale Alexandre Duma, la fierté de votre nation et le bien-aimé de nous tous, n'a pas été invité à Erevan lorsqu'il est venu dans le Caucase en 1859, même s'il était à Tbilissi, Bakou et d'autres villes ? Bien qu'il y ait encore beaucoup d'Arméniens en France à cette époque, pourquoi Lazerev, un Arménien bien connu qui a dit: «Talleyrand est mon oncle», n'a-t-il pas organisé le voyage du ministre français des Affaires étrangères à Erevan? Probablement parce que le "père" des Trois Mousquetaires pourrait soudainement être intéressé par l'absence de toute ruine de bâtiments antiques qui, selon les Arméniens affirment que la source de la haute culture construite par les Arméniens bien avant la naissance de Jésus-Christ, c'est, 782 avant JC, qui a été décrit comme le centre de «l'ancien état arménien», pas dans cette «ville légendaire» beaucoup plus ancienne que Rome, Paris.                   

L'Azerbaïdjan reste probablement le seul pays à avoir construit une église catholique et même un lycée francophone sur son territoire à ses frais, et le français est enseigné dans ses écoles. Notre état apporte également une aide financière au Louvre et à divers centres culturels.

Monsieur Macron, si vous voulez savoir qui sont vraiment les peuples du Caucase, il suffit de lire le livre de votre grand-père Alexandre Douma "Voyage au Caucase" et non les allegations des Arméniens lors des banquets.

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   France   Macron   OSCE   Karabagh