Le MAE d'Azerbaïdjan réagit à un communiqué de presse de la CEDH

  29 Septembre 2020    Lu: 506
 Le MAE d

Le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères a publié une déclaration concernant le communiqué de presse de la Cour européenne des droits de l'homme publié le 28 septembre 2020 sur la demande de l'Arménie déposée auprès de la Cour concernant l'adoption de mesures provisoires contre l'Azerbaïdjan, ainsi que des informations partagées par le chef du Service de la Communication du Conseil de l'Europe sur l'examen prochain de cette demande par la Cour.

«Premièrement, le 27 septembre 2020, les forces armées arméniennes ont lancé un autre acte d'agression contre l'Azerbaïdjan, en attaquant intensivement les positions des forces armées azerbaïdjanaises ainsi que les zones résidentielles le long de la ligne de front, avec l'utilisation de armes de calibre, lance-mortiers et artillerie de différents calibres. Ayant ouvertement et délibérément ciblé la population civile et les biens de caractère civil, en plus des militaires, l'Arménie a tué jusqu'à présent neuf civils, parmi lesquels figurent des personnes âgées, des femmes et des enfants, et infligé de graves dommages à de nombreuses maisons et biens de caractère civil. Cette demande du gouvernement arménien, qui viole de manière flagrante le droit international humanitaire et les droits de l’homme, représente une autre démonstration de sa politique hypocrite.

D'un autre côté, si l'on tient compte du fait que des opérations militaires ont lieu dans les territoires occupés de l'Azerbaïdjan, cette demande de l'Arménie pourrait également être comprise comme sa confession publique de l'occupation des terres azerbaïdjanaises.

Ce que nous pouvons voir, c’est qu’en restant fidèle à sa tradition, l’Arménie ne renonce pas à faire de la Cour européenne un outil dans ses jeux politiques et à utiliser ce fondement exclusivement juridique à ses sales fins politiques. Nous espérons que la Cour européenne restera à l’écart des jeux politiques de l’Arménie.

Nous considérons qu'il faut empêcher la tentative de l'Arménie d'abuser du système de protection des droits de l'homme, qui continue de violer les normes et principes fondamentaux du droit international, les résolutions 822, 853, 874 et 884 du Conseil de sécurité des Nations Unies de 1993, demandant pleinement et inconditionnellement le retrait des forces arméniennes des territoires occupés de l'Azerbaïdjan, du droit international humanitaire, y compris les Conventions de Genève de 1949 et leurs protocoles additionnels, ainsi que ne met pas en œuvre l'arrêt de la Cour européenne des droits de l'homme dans l'affaire Chiragov contre Arménie.

Comme l’a déclaré à plusieurs reprises le ministère de la Défense de l’Azerbaïdjan, contrairement à l’Arménie, les forces armées azerbaïdjanaises ne visent pas la population civile, les biens civils et les infrastructures civiles. Compte tenu du fait que l'Arménie place délibérément ses points de feu à côté des zones résidentielles, le ministère de la Défense a officiellement appelé la population résidant dans les territoires occupés à rester à l'écart des installations militaires.

Il convient également de noter qu'en raison de l'occupation de la région du Haut-Karabagh et d'autres territoires voisins de l'Azerbaïdjan, des attaques contre la République d'Azerbaïdjan et des provocations militaires régulières, la loi martiale a été déclarée en République d'Azerbaïdjan à partir de minuit le 28 septembre 2020. Conformément à l'article 15 de la Convention européenne, l'Azerbaïdjan a notifié au Secrétaire général du Conseil de l'Europe la dérogation à certaines obligations en raison de la déclaration de loi martiale du 28 septembre 2020.

Nous informons que les Forces armées de la République d'Azerbaïdjan respectent pleinement et résolument le droit international humanitaire dans les contre-opérations menées dans le cadre du droit à la légitime défense pour empêcher une nouvelle agression militaire de l'Arménie et protéger la population civile résidant en masse le long de la ligne de front», indique la déclaration.

Azvision.az


Tags: CEDH