L'Afrique du Sud affirme n'avoir aucune preuve d'un complot iranien visant à tuer l'ambassadrice américaine

  19 Septembre 2020    Lu: 655
L

Washington et Téhéran sont à couteaux tirés depuis le retrait unilatéral des États-Unis en mai 2018 de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015, assorti du retour de lourdes sanctions contre l'Iran.

Les services de sécurité sud-africains ont affirmé vendredi 18 septembre n'avoir aucune preuve que l'Iran projette d'assassiner l'ambassadrice américaine à Pretoria, Lana Marks. Selon le site d'informations Politico, qui cite dans un article publié dimanche deux responsables américains sous couvert d'anonymat, les services de renseignement aux Etats-Unis pensent que le gouvernement iranien envisage de tenter d'assassiner l'ambassadrice en Afrique du Sud, Lana Marks, une proche de Donald Trump.

«A l'heure actuelle, les informations ne sont pas suffisantes pour étayer l'allégation selon laquelle il y a une réelle menace contre l'ambassadrice des Etats-Unis en Afrique du Sud», ont déclaré les services de sécurité sud-africains dans un communiqué. Le ministère iranien des Affaires étrangères a dénoncé lundi des accusations «sans fondement», dénonçant des «méthodes répétitives et nauséabondes pour créer un climat anti-iranien sur la scène internationale».

Washington et Téhéran sont à couteaux tirés depuis le retrait unilatéral des États-Unis en mai 2018 de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015, assorti du retour de lourdes sanctions contre l'Iran. Les services sud-africains a ajouté avoir demandé des informations supplémentaires au gouvernement américain et appelé «tout le monde à rester calme». (AFP)


Tags: AfriqueduSud   Iran