La France rend hommage aux victimes de l’attaque du Niger

  14 Août 2020    Lu: 718
 La France rend hommage aux victimes de l’attaque du Niger

La France mobilise à ce jour 5 100 soldats, engagés dans la lutte contre le terrorisme dans la région.

La France « toute entière porte le deuil de ses enfants » a déclaré vendredi le premier ministre Jean Castex, dans son discours à l’occasion des obsèques nationales en hommage aux victimes françaises tuées le 9 août au Niger.

Les corps des six victimes sont arrivés à l’aéroport d’Orly (région parisienne), où s’est tenue la cérémonie officielle.

« C'est très vraisemblablement la même haine, la même lâcheté, la même inhumanité qui étaient à l'oeuvre au Niger et au Bataclan » a lancé le chef du gouvernement, induisant une qualification terroriste de faits.

Il estime que « seul le mal peut tendre un guet-apens à des innocents » et précise que « les victimes de cet attentat étaient venues faire le bien ».

Jean Castex a par ailleurs rappelé que les défunts étaient engagés dans l’humanitaire au Niger et qu’ils n’étaient en aucun cas venus faire du tourisme.

« S'engager pour une cause humanitaire, consacrer sa vie aux autres, ce n'est pas en faire le sacrifice » a-t-il poursuivi.

Le premier ministre a notamment exclu toute possibilité de retrait des troupes françaises déployées sur place, estimant que « quitter le Niger ce serait céder face à des meurtriers qui cherchent à nous en chasser ».

Pour rappel, les six victimes travaillaient pour l’ONG Acted au Niger où ils ont été victimes d’une attaque armée alors qu’ils étaient accompagnés de deux nigériens dont leur guide local.

Depuis le drame au cours duquel ont également péri le guide et le chauffeur du groupe, le ministère des affaires étrangères français a placé l’ensemble du Niger en zone rouge, à l’exception de Niamey.

Ce sont des militaires de l’opération Barkhane engagés au Sahel qui ont récupéré les corps sur le lieu de la tuerie après avoir été alertés par les gardes forestiers.

Ils ont ensuite transporté les corps vers l’institut médico-légal de Niamey où ils ont été formellement identifiés.

L’opération Barkhane, déployée au Sahel (Tchad, Niger, Mauritanie, Burkina-Faso et Mali) depuis 2014, a succédé à l’opération Serval lancée en 2013.

La France mobilise à ce jour 5 100 soldats, engagés dans la lutte contre le terrorisme dans la région.

Agence Anadolu


Tags: France   Niger