La pollution aux particules fines en baisse de 10% depuis janvier en Chine

  14 Août 2020    Lu: 580
La pollution aux particules fines en baisse de 10% depuis janvier en Chine REUTER/Aly Song

Cette diminution a été réalisé grâce aux mesures de confinement contre le coronavirus

La Chine a annoncé vendredi une diminution de 10,8% des concentrations moyennes de particules fines PM2,5 entre janvier et juillet, grâce aux mesures de confinement contre le coronavirus, mais affiche des niveaux encore supérieurs aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

La moyenne des PM2,5, dont l'inhalation peut entraîner de nombreux problèmes de santé, s'est élevée à 33 microgrammes par mètre cube au cours des sept premiers mois de l'année, selon les données recueillies par les stations de mesures implantées dans plus de 300 villes, a déclaré le ministère chinois de l'Écologie et de l'Environnement.

En Chine, la concentration moyenne de ces particules s'établit à 35 microgrammes, alors que l'OMS recommande que celle-ci ne dépasse pas les 10 microgrammes.

Les groupes environnementaux redoutent que la Chine ferme les yeux sur les activités des pollueurs industriels et ait recours à des procédés énergivores pour tenter de relancer au cours du second semestre une économie durement impactée par la pandémie.

"Il y a eu une augmentation temporaire de la pollution en avril, mais elle a rapidement diminué en mai", a déclaré Li Shuo, analyste principal de l'énergie et du climat chez Greenpeace. "Nous devons maintenant déterminer si juillet constitue le début d'une tendance plus générale", a-t-il ajouté.

Le mois dernier, les niveaux moyens de PM2,5 ont baissé de 5%, mais certaines zones comme Pékin et la région de Pékin-Tianjin-Hébei, particulièrement sujettes au smog, ont vu leurs moyennes augmenter respectivement de 10,8% et 5,9%.

"La production industrielle revient à son niveau d'avant-crise. Parfois, la qualité de l'air correspond à cette progression, parfois non. Les conditions météorologiques et d'autres facteurs entrent également en jeu" a conclu Li Shuo.

Reuters


Tags: Chine   pollution