Selon l'OMS, le coronavirus - une crise sanitaire comme on en voit qu'une par siècle

  01 Août 2020    Lu: 913
  Selon l

La crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19 fait l'objet d'un avertissement lors de l'ouverture d'une réunion de l'OMS à Genève.

«Cette pandémie est une crise sanitaire comme on n'en voit qu'une par siècle, et ses effets seront ressentis pour les décennies à venir», a alerté le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus lors de la réunion de l'OMS.

Depuis plus de cinq mois, le monde vit au rythme de la pandémie qui a fait au moins 673.909 morts dans le monde, selon un bilan établi vendredi 31 juillet à 13h00, par l'AFP à partir de sources officielles.

Plus de 17.352.910 personnes ont été officiellement diagnostiquées dans 196 pays et territoires. Les États-Unis accusent le bilan le plus lourd avec 153.268 morts, suivis du Brésil qui déplore 92.475 victimes, du Mexique (46.688), du Royaume-Uni (45.999) et de l'Inde (35.747).

Épicentre de l'épidémie lors de la première vague, l'Europe craint un retour du virus avec l'été. Confronté à une hausse du nombre des cas, le gouvernement britannique met en pause le déconfinement et introduit de nouvelles restrictions dans certaines régions du nord de l'Angleterre particulièrement touchées.

En Grèce, une prolongation jusqu'à fin août du confinement imposé aux migrants dans les camps surpeuplés a été décrétée alors que les cas de contamination augmentent dans le pays.

En France, plusieurs villes, dont Biarritz, Bayonne, Saint-Malo, Orléans, Lille imposent le port du masque à l'extérieur (dans des rues commerçantes, des espaces verts, sur les marchés, sur certaines plages, etc.). L'agence Santé publique France est inquiète. Les indicateurs de reprise épidémique se sont encore dégradés durant la dernière semaine de juillet. «Nous observons actuellement une accélération du nombre de nouveaux cas, du nombre de nouveaux clusters identifiés, ce qui en soit est un signal inquiétant. Tout cela montre que la circulation du virus s'intensifie», explique au Figaro le Dr Sibylle Bernard-Stoecklin, épidémiologiste à SpF.

Au cœur des polémiques au début de l'épidémie, le port du masque se généralise en Europe. Le Danemark recommande de le porter dans les transports publics. Chypre l'impose dans les lieux publics clos.

Nouveau record national d'infections pour le Mexique qui a enregistré vendredi 31 juillet, 8 458 nouveaux cas en 24 heures. Dans ce pays où le gouvernement a préféré ne pas confiner la population pour préserver l'économie, le pic de l'épidémie ne semble toujours pas atteint. 424.637 Mexicains ont été officiellement contaminés par le coronavirus depuis le mois de mars mais ces chiffres sont largement sous-estimés selon les autorités sanitaires locales.

Depuis le mois de juillet, la capitale du pays a mis en place une stratégie de dépistage massif gratuit pour évaluer au mieux la réalité de la pandémie dans le pays.

Avec un nombre de contaminations record et une gestion désordonnée entre les pays, l'Amérique latine est la deuxième région la plus endeuillée au monde avec plus de 100.000 victimes. En Colombie, le nombre de décès liés au Covid-19 a dépassé vendredi 31 juillet les 10.000 morts. Selon le ministère de la Santé, 295 décès et 9488 contaminations ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures, ce qui porte le nombre total des morts à 10.105 et celui des contaminations à 295.508.

Les États-Unis ont enregistré vendredi 1 442 nouveaux décès en 24 heures, selon le comptage de l'université Johns-Hopkins. C'est le quatrième jour d'affilée où les États-Unis comptent plus de 1 200 morts en une journée.

La Commission européenne a réservé au nom des 27 pays membres 300 millions de doses du vaccin en préparation par le laboratoire français Sanofi et discute parallèlement avec d'autres fabricants.

Sanofi et le britannique GSK recevront jusqu'à 2,1 milliards de dollars des États-Unis pour fournir 100 millions de doses aux Américains, tandis que le Japon a conclu un accord avec l'alliance germano-américaine Biontech/Pfizer pour s'assurer 120 millions de doses d'un potentiel vaccin actuellement à l'essai.

Sur le front médical, signe de la compétition intense entre les États, les alliances se multiplient pour s'assurer un accès à un futur vaccin anti Covid-19 et les rivalités surgissent.

L'immunologue Anthony Fauci, voix de la raison scientifique aux États-Unis sur la pandémie, a jeté un pavé dans la mare vendredi en émettant des doutes sur la sécurité des vaccins actuellement développés par la Russie et la Chine. «J'espère vraiment que les Chinois et les Russes testent leurs vaccins avant de les administrer à qui que ce soit», a-t-il déclaré lors d'une audition devant le Congrès américain.

Sans partager de données scientifiques sur la sécurité de ses projets de vaccins, Moscou a annoncé cette semaine espérer entamer dès l'automne la production industrielle de deux vaccins conçus par des chercheurs de centres étatiques.

En Chine, un projet de vaccins est conçu notamment par un institut de recherche militaire. L'armée chinoise en a autorisé fin juin l'utilisation dans ses rangs, alors même que les dernières phases de test n'avaient pas démarré.

Les soignants avaient en avril presque 3,5 fois plus de risques d'attraper le Covid-19 que le reste de la population, selon une étude publiée samedi 1er août dans la revue médicale britannique The Lancet.

La France a connu au printemps le plus fort recul de son activité depuis au moins 1949 à cause du coronavirus, avec un plongeon du produit intérieur brut (PIB) de 13,8% au deuxième trimestre.

L'Espagne a vu son PIB s'effondrer de 18,5% au deuxième trimestre, le Portugal de 14,1% et l'Italie de 12,4%. Dans son ensemble, la zone euro a enregistré un recul historique de 12,1% du PIB à cette même période.

De son côté, le secteur aérien a dénoncé les restrictions de voyage «incohérentes» dans l'UE qui «sapent la confiance des consommateurs». «Certaines de ces mesures nationales unilatérales sont contraires aux conseils des experts», ont déploré les compagnies aériennes au sein notamment de l'Association internationale du transport aérien (Iata), réclamant davantage de coordination.

Avec les vacances accompagnées des températures élevées pour Europe de l'Ouest, les autorités ont rappelé la persistance de l'épidémie à ceux qui se ruent sur les plages ou abandonnent le masque.

Avec AFP


Tags: Covid-19   OMS