Coronavirus: retour à la normale dans certains pays, aggravation de la situation dans d'autres

  09 Juin 2020    Lu: 591
 Coronavirus:  retour à la normale dans certains pays, aggravation de la situation dans d GONZALO FUENTES

La Nouvelle-Zélande vient de lever toutes les restrictions, tandis qu'en Amérique du Sud, la situation se détériore.

Nouveaux bilans, nouvelles mesures, faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19.

La situation «s'aggrave» dans le monde

Le patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus a estimé lundi que la situation «s'aggravait» dans le monde, mettant en garde contre tout laisser-aller. «Bien que la situation en Europe s'améliore, dans le monde elle s'aggrave», notamment sur le continent américain et en Asie du Sud.

Plus de 404.000 morts

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 404.245 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles. Plus de 7 millions de cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires.

Les États-Unis ont recensé 110.900 décès. Viennent ensuite le Royaume-Uni avec 40.597 morts, le Brésil avec 37.134 morts, l'Italie avec 33.964 morts, et la France avec 29.209 morts.

Pire crise depuis 150 ans

La crise engendrée par la pandémie de Covid-19 est la plus vaste par le nombre de pays qui vont se retrouver en récession, depuis la Grande Dépression des années 1870, a estimé lundi la Banque mondiale.

L'économie planétaire doit se contracter de 5,2% cette année, du jamais vu depuis la Seconde Guerre mondiale. De 70 à 100 millions de personnes pourraient basculer dans l'extrême pauvreté, selon les prévisions de cette institution.

Retour à la normale en Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande supprime toutes les restrictions pour la première fois depuis plus de trois mois, après avoir déclaré qu'elle était exempte de virus le lundi. Il n'y a plus de précautions particulières prises dans les bars et cafés, les centres commerciaux, les stades, les boîtes de nuit ou les rassemblements publics et privés. La vie est revenue à la normale. De nombreux bureaux et entreprises ont encore des distributeurs de désinfectant pour les mains à l'entrée, bien qu'il ne soit plus obligatoire de les utiliser. Les pubs ouvrent leurs pistes de danse et s'attendent à grosse affluence dès vendredi.

États-Unis : récession et déconfinement

Frappés de plein fouet par la crise du Covid-19, les États-Unis sont entrés en récession en février après 128 mois d'expansion, a annoncé lundi le comité de datation des cycles économiques du National Bureau of Economic Research, qui fait référence en la matière.

Parallèlement la ville de New York qui a été durant des semaines l'épicentre de l'épidémie, a entamé lundi un déconfinement progressif, limité dans une première phase à la construction et au secteur manufacturier.

Pakistan: plus de 100.000 cas

Le Pakistan a dépassé officiellement le cap des 100.000 malades du nouveau coronavirus, chiffre bien en deçà de la réalité, alors que les hôpitaux commencent à être saturés. La létalité de la maladie reste toutefois faible (2067 décès officiels) dans ce pays aux infrastructures sanitaires en déshérence.

Le premier ministre Imran Khan s'est depuis le début opposé à un confinement des villes qui, selon lui, permet de «sauver les gens du coronavirus, mais les fait mourir de faim». Il a déclaré lundi qu'il s'attendait à ce que le virus atteigne un pic «vers la fin juillet, suivi d'une baisse progressive».

Russie: fin de confinement à Moscou

La Russie a allégé plusieurs des mesures prises contre l'épidémie. À Moscou, le maire Sergueï Sobianine a annoncé la fin du confinement pour les habitants, avec la fin des laissez-passer obligatoires. Parallèlement, les frontières du pays, fermées depuis mars, ont été partiellement rouvertes.

Royaume-Uni: la décrue

Le Royaume-Uni a dénombré lundi 55 morts supplémentaires de personnes testées positives au nouveau coronavirus, le plus faible bilan depuis le 22 mars. Avec 40.597 morts, le Royaume-Uni reste cependant le deuxième le plus endeuillé au monde par la pandémie, derrière les États-Unis.

Les tests très efficaces

La méthode la plus fiable pour diagnostiquer les infections est le test dit RT-PCR d'échantillons obtenus par prélèvement nasal. Les chercheurs de deux grands systèmes de santé ont analysé les données de près de 21.000 personnes dont le test de dépistage du coronavirus était négatif et ont constaté que moins de 5% sont revenus pour un nouveau test dans la semaine car les symptômes qui les ont amenés à se faire tester avaient persisté ou empiré.

De ce groupe, seulement 22 personnes, soit 3,5%, étaient positives pour le coronavirus au deuxième test. «Ces observations suggèrent que les résultats de la RT-PCR nasopharyngée SARS-CoV-2 faussement négatifs se produisent, mais potentiellement à une fréquence inférieure à ce que l'on pense actuellement», a conclu l'équipe de recherche dans un article publié dimanche dans Clinical Infectious Diseases.

afp

Photo


Tags: Coronavirus   pandémie   déconfinement