Au Costa Rica, une ville reconnait les insectes pollinisateurs et les arbres comme de véritables citoyens

  27 Mai 2020    Lu: 438
Au Costa Rica, une ville reconnait les insectes pollinisateurs et les arbres comme de véritables citoyens © Wikimedia Commons

La ville de Curridabat, dans la banlieue de la capitale costaricienne, a récemment reconnu ses pollinisateurs, ses arbres et ses plantes indigènes comme citoyen, relate un article du Guardian. Une décision forte, dans une ville qui a fait de la biodiversité un choix de vie.

Donner la citoyenneté, c’est donner des droits et des devoirs. C’est aussi reconnaître un être humain. Curridabat, au Costa Rica, a fait le choix de reconnaître sa biodiversité. La commune en banlieue de San José, capitale du pays, a donné la citoyenneté aux pollinisateurs, aux arbres et aux plantes indigènes de sa municipalité, relate un article du Guardian paru le 29 avril 2020.

Une décision qui peut paraître étonnante sur le papier, moins lorsque l’on s’intéresse au passé de la petite ville costaricienne. Curridabat est surnommée “Ciudad Dulce”, en Français “Douce Ville”. Un nom aussi apaisant que celui du pays où elle se trouve, mais surtout l’intitulé d’un programme initié en 2015. L’idée : mettre la nature au cœur des aménagement urbains, en partageant équitablement l'espace de vie entre la faune, la flore et les êtres humains.

L'importance des biocorridors

Comme l’explique le journal britannique, l’étalement urbain est l’une des principales causes de perte de la biodiversité dans le monde. Face à cette situation, Curridabat favorise la création de biocorridors interurbains. Ces derniers permettent de refroidir les villes ou encore d'améliorer la qualité de l’air. Ces couloirs verts participent surtout à la conservation de la biodiversité, et de fait, au bien être des désormais nouveaux citoyens costariciens.

Miser sur un modèle citadin reposant entièrement sur la faune et la flore a fait de “Ciudad Dulce” un véritable “havre de paix pionnier pour la faune urbaine.” explique le Guardian. Une ville, qui souhaite plus que jamais être le symbole d’un pays reconnu pour son engagement en faveur de la préservation de la nature.

Geo.fr / Sébastien Rouet


Tags: CostaRica