Des mécanismes de contrôle public dans la lutte contre la corruption - ANALYSE

  22 Mai 2020    Lu: 712
 Des mécanismes de contrôle public dans la lutte contre la corruption -  ANALYSE

La lutte contre la corruption est une priorité de la politique de l'État. Les mesures prises dans ce domaine sont systémiques et l'Azerbaïdjan dispose actuellement de tous les mécanismes dans la lutte contre la corruption.

Le cadre juridique amélioré, le fonctionnement efficace des agences spécialisées, l'infrastructure de l'administration en ligne, le modèle de service ASAN, l'augmentation des salaires, la coopération avec la société civile sont parmi nos succès dans ce domaine. Bien sûr, tous ces succès sont dus à une forte volonté politique.

L'un des outils les plus importants pour prévenir la corruption - des mécanismes de contrôle public. En recevant les nouveaux chefs des autorités exécutives d'Aghstafa et Imichli, le président de la République d'Azerbaïdjan Ilham Aliyev a donné des instructions concernant l'implication du grand public dans la lutte contre la corruption.

L'importance du contrôle public visant à garantir la transparence dans l'administration publique a toujours été soulignée dans les discours du président. Il existe des mécanismes et des objectifs clairs dans ce domaine, et tout cela fait partie d'un modèle de gestion flexible. Le Président a des instructions directes que toutes les questions, lacunes et problèmes qui concernent les personnes soient déclarés ouvertement et résolus dès que possible. Les fonctionnaires doivent être proactifs dans les enquêtes et la recherche de solutions à ces problèmes.

La plus grande capitale politique du chef d'une institution d'État est la confiance que lui témoigne le chef de l'État. Le but de ce capital politique est de servir les citoyens. Le leader doit gagner la confiance du public à travers ce capital politique. Je pense que le service au citoyen est une loyauté envers le chef de l'Etat. Dans certains cas, les fonctionnaires utilisent cette confiance à des fins personnelles, et les conséquences sont évidentes. En raison de la forte volonté politique du président, des fonctionnaires corrompus sont démis de leurs fonctions et punis. Tout cela se passe ouvertement, devant le public.

À quoi devrait ressembler le contrôle public?

Les conseils publics sont l'une des formes les plus importantes de mécanismes de contrôle public. Plusieurs raisons expliquent l'importance particulière des conseils publics.

Premièrement, la participation du public fait partie intégrante de la gouvernance démocratique, un modèle efficace de communication entre le gouvernement et le citoyen. Un tel modèle de communication identifie avec précision les problèmes qui inquiète les citoyens, tout en renforçant la confiance dans les agences gouvernementales.

Deuxièmement, il garantit la participation des citoyens à la prise de décision et à la mise en œuvre des décisions au niveau des autorités exécutives centrales et locales. Dans une telle gestion, la responsabilité des décisions prises incombe non seulement aux agences gouvernementales, mais aussi aux citoyens. Cela rend les citoyens plus responsables et plus compréhensifs par rapport aux processus en cours dans la gestion. Par conséquent, les agences gouvernementales elles-mêmes devraient être intéressées par un tel modèle de gouvernance et de communication.

Il existe des modèles positifs pour les conseils publics, tels que le Service des migrations, le Service ASAN, le Ministère de l'éducation, le Ministère de l'agriculture et le Ministère du travail et de la protection sociale. Cependant, les activités des conseils publics relevant de la plupart des agences gouvernementales sont, malheureusement, de nature formelle. Il y a deux raisons à cela: premièrement, les chefs de certains organismes gouvernementaux n'ont pas la volonté politique et l'intérêt dans ce domaine, deuxièmement, ces dirigeants impliquent dans les conseils publics des personnes qui n'ont ni professionnalisme ni autorité publique, et troisièmement, le fonctionnement efficace des conseils publics n'est pas assuré.

Comment organiser les activités des conseils publics?

Je pense que tout d'abord, les personnes qui ont une réputation publique, connaissent les problèmes des citoyens et se distinguent par leur professionnalisme devraient être associées aux activités des conseils publics sur la base de critères objectifs. Ensuite, les chefs d'agences gouvernementales doivent adopter une approche proactive. Les ressources techniques et organisationnelles nécessaires aux activités des conseils publics doivent être fournies. Les membres des conseils publics doivent disposer d'informations sur les activités des agences gouvernementales et avoir un accès direct aux bâtiments administratifs des agences gouvernementales.

Les conseils publics devraient se réunir régulièrement pour discuter de tous les problèmes. Les parties doivent s'unir pour un objectif commun et des efforts conjoints pour résoudre les problèmes.

Un autre problème important est que toutes les agences d'État doivent faire rapport deux fois par an. En particulier, les chefs des autorités exécutives des régions doivent faire rapport lors des événements publics avec la participation de centaines de citoyens et de membres des conseils publics. Les membres des conseils publics ont le droit de défendre le fonctionnement des agences de l'État.

Comment les volontaires peuvent-ils organiser le contrôle public?

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a signé un décret proclamant 2020 «Année des volontaires» en Azerbaïdjan. Le Service ASAN a lancé le mouvement des Volontaires. Près de 30 000 jeunes se sont portés volontaires et occupent actuellement différents postes dans diverses organisations.

Le président Ilham Aliyev a souligné à plusieurs reprises l'importance du mouvement bénévole dans ses discours. Cela favorise la gentillesse, de nouvelles règles de comportement dans la société et les jeunes jouent un rôle très important. Le président a recommandé aux agences d'État, ainsi qu'aux secteurs privés, d'impliquer des volontaires. Cette politique permet aux jeunes d'améliorer leurs connaissances et leurs compétences.

Je considère que le bénévolat est le format le plus réussi de l'action conjointe des citoyens, de la société et de l'État qui unit les gens avec un objectif commun. C'est aussi un exemple de patriotisme et d'engagement envers leur nation, leur pays et leurs valeurs morales nationales.

Des jeunes instruits jouent un rôle très important dans le développement global de notre pays. Aujourd'hui, les jeunes azerbaïdjanais participent activement à notre société. Nos jeunes se battent pour leur patrie. La plupart de nos martyrs étaient des jeunes. La grande majorité de nos gardes-frontières sont des jeunes. Nos jeunes garantissent la sécurité publique et remportent des victoires lors d'événements sportifs.

Les agences étatiques doivent contribuer au développement des jeunes en tenant compte de leur expérience et de leurs activités.

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev accorde une attention particulière à la promotion des jeunes.

Les dernières nominations aux autorités exécutives locales et centrales et les jeunes députés représentant le Parti du Nouvel Azerbaïdjan au Parlement azerbaïdjanais (Milli Madjlis) sont des exemples de son attention. Aujourd'hui, la jeunesse azerbaïdjanaise s'est unie autour du président Ilham Aliyev et soutient pleinement sa politique. Les jeunes ont une grande sympathie pour le président. Le discours du président inspire les jeunes. Les organismes publics devraient tirer les conclusions nécessaires de cet exemple.

La participation de bénévoles dans les agences d'État élargit les possibilités de contrôle public. Ils deviennent également les ambassadeurs de bonne volonté de ces agences d'État. De plus, ils contribuent à construire une image positive pour l'agence. Par exemple, le Service ASAN a une image positive dans la société. Bien sûr, l'une des principales raisons de cette image positive est que les jeunes font du bénévolat au service. 

Enfin, je voudrais noter que la volonté politique du président azerbaïdjanais dans la lutte contre la corruption est  déterminé et que les exigences des responsables sont claires. Chaque fonctionnaire représente la direction politique. Ces fonctionnaires disposent de grandes ressources ainsi que d'une confiance politique. Par conséquent, ils doivent toujours faire passer les intérêts de l'État avant ses intérêts personnels, choisir le bon modèle de communication avec les citoyens, résoudre les problèmes qui les concernent et renforcer davantage la confiance du public envers le gouvernement et la gouvernance politique.

Par le député azerbaïdjanais Kamal Djafarov, membre de la a Commission de la politique juridique et de la construction de l'Etat du Milli Madjlis

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan