«La justice est de notre côté, contrairement aux Arméniens, nous sommes prêts pour la paix»,  Chef de la communauté

  21 Mai 2020    Lu: 685
 «La justice est de notre côté, contrairement aux Arméniens, nous sommes prêts pour la paix»,   Chef de la communauté

Malgré toutes les souffrances et les pertes, nous défendons résolument notre position et appelons toujours à vivre en paix, a déclaré le chef de la communauté azerbaïdjanaise de la région du Haut-Karabakh de la République d'Azerbaïdjan, Tural Ganjaliyev.

Il a noté que l'Arménie et son régime fantoche au Haut-Karabakh ne retiraient pas leurs troupes des terres azerbaïdjanaises et évitaient le dialogue pacifique: «Cela montre qu'ils ne sont pas intéressés par la paix.»

Selon M. Ganjaliyev, l'Arménie et son régime fantoche au Haut-Karabakh poursuivent leur agression pendant environ 30 ans: «Nous recevons des messages d'Arméniens vivant dans la région du Haut-Karabakh de l'Azerbaïdjan. Ils notent qu'ils sont fatigués de cette inimitié et de l'occupation arménienne. La situation est tendue, en raison de la présence de l'armée arménienne au Haut-Karabakh, le conflit ne peut être résolu. Sans le règlement de ce conflit, il n'y aura ni paix ni prospérité dans la région. Le Haut-Karabakh a fait partie intégrante de l'Azerbaïdjan et le sera toujours. Tant que nous ne pourrons pas résoudre le conflit, son impact négatif s'étendra à toute la région. De plus, les Arméniens vivant au Haut-Karabakh y vivent sans foi en l'avenir, ils ne savent pas ce qui va se passer ensuite. Et surtout, nous nous appuyons sur le droit international, les résolutions et les déclarations du Conseil de sécurité des Nations Unies, de l'OSCE et du Conseil de l'Europe. Nous sommes partisans d'une résolution pacifique du conflit, mais combien de temps ferons-nous preuve de patience?! C'est l'essentiel. Avec le temps, nous devons mettre fin à l'occupation. »

Le chef de la communauté a noté que les personnes sensées de l'autre côté comprenaient cette situation.

Evoquant la «cérémonie de prestation de serment» qui se tiendra aujourd'hui au Haut-Karabakh, T. Ganjaliyev a souligné que la communauté internationale avait condamné ces «élections»: «C'est une provocation et un coup porté au processus de négociation. C'est aussi une provocation contre le gouvernement et le peuple azerbaïdjanais. Au lieu de prendre des mesures susceptibles de contribuer au processus de paix, nous assistons à des provocations. Cela montre une fois de plus que la partie arménienne n'est pas intéressée par les pourparlers de paix. L'Arménie souhaite préserver le statu quo par tous les moyens et poursuivre l'occupation.»

Selon le chef de la communauté, l'Arménie ne se soucie pas de la façon dont vit la population du Haut-Karabakh: «Malgré la pandémie de COVID-19, ils ont tenu ces «élections» et après les «élections» il y a eu une augmentation du nombre de personnes infectées.»

M. Ganjaliyev a souligné que certains politiciens croyaient en la propagande arménienne: «Notre existence est la meilleure réponse à leur propagande. Maintenant, nous sommes plus forts que jamais. Nous devons convaincre la communauté internationale que toute cette propagande vise à justifier l'occupation arménienne. La justice est de notre côté, nous retournerons sur nos terres et, contrairement aux Arméniens, nous sommes prêts pour la paix.

L'Azerbaïdjan est le pays le plus fort de la région, à la fois politiquement et militairement. Mais l'Azerbaïdjan a toujours fait preuve d'une approche constructive. Nous pensons que le meilleur outil est la pression de la communauté internationale sur l'Arménie. Nous reviendrons sur nos terres, et c'est notre droit. Il n'y aura pas de paix sans le retour des Azerbaïdjanais sur leurs terres, sans la restauration des frontières internationalement reconnues de notre pays. »

Azvision.az

 


Tags: Arménie   Azerbaïdjan   Karabakh   occupation