Déclaration de l’ombudsman azerbaïdjanais concernant les «élections» illégales au Karabakh

  21 Mai 2020    Lu: 1087
 Déclaration de l’ombudsman azerbaïdjanais concernant les «élections» illégales au Karabakh

La Médiatrice des droits de l'homme de la République d'Azerbaïdjan, Sabina Aliyeva, a publié une déclaration pour protester contre la tenue d'«élections» illégales dans la région azerbaïdjanaise occupée Haut-Karabakh et la violation régulière du régime de cessez-le-feu par l'Arménie pendant la période de pandémie.

«Ignorant les appels des Nations Unies, de l'Organisation mondiale de la santé et d'autres organisations internationales, le gouvernement arménien poursuit des actions provocatrices pour créer une situation plus dangereuse dans la région. La violation continue du cessez-le-feu par l'Arménie pendant la pandémie aggrave la vie des habitants dans la zone de conflit.

Il y a quelque temps, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a fait une déclaration, appelant à un cessez-le-feu mondial immédiat dans tous les coins du monde:«Il est temps de mettre le conflit armé sous contrôle et de se concentrer ensemble sur le vrai combat pour nos vies». Il a appelé les parties au conflit à se retirer des hostilités, à mettre de côté la méfiance et l'animosité et à faire taire les armes, arrêter l'artillerie, mettre fin aux frappes aériennes.

Il ne fait aucun doute que les violations persistantes du cessez-le-feu par l’Arménie pendant la pandémie, qui est devenue un problème mondial, témoignent clairement d’un manque de respect pour la déclaration du chef de l’ONU, ainsi que pour le droit international et les principes de l’humanisme.

Dans sa déclaration du 1er avril 2020, Cecilia Jimenez-Damary, rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les droits de l'homme des personnes déplacées, a déclaré que «les personnes déplacées sont exposées à un risque accru d'exposition au COVID-19 en raison de l'accès limité aux soins de santé, à l'eau, l'assainissement, la nourriture et un logement convenable, et sont souvent confrontés à la discrimination». Compte tenu de cela, il convient de noter que les conditions de vie dans les colonies proches de la zone de conflit se sont détériorées en raison de la pandémie. Ainsi, l'approvisionnement en eau potable des personnes vivant dans ces zones, et donc leur accès aux services d'hygiène et d'assainissement, est menacé. La résolution 2085 adoptée par l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) en 2016 souligne que l'absence de travaux d'entretien réguliers depuis plus de vingt ans sur le réservoir de Sarsang, situé dans l'une des zones azerbaïdjanaises occupées par l'Arménie, constitue un danger pour toute la région frontalière. La résolution souligne que l'état de délabrement du barrage de Sarsang pourrait entraîner une catastrophe majeure avec de grandes pertes en vies humaines et éventuellement une nouvelle crise humanitaire.

Il convient de noter que, le Haut-Karabakh et 7 régions environnantes de l'Azerbaïdjan sont toujours sous occupation en raison de la politique d'agression du gouvernement arménien qui ignore les résolutions 822, 853, 874 et 884 de l'ONU et, en général, les exigences du droit international. La politique de nettoyage ethnique et d'occupation des arméniens a entraîné le meurtre brutal de plus de vingt mille personnes innocentes, dont des femmes, des enfants et des personnes âgées, et la torture de milliers d'otages azerbaïdjanais.

Les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies ont défini la situation comme une «occupation militaire» dans le contexte du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabakh et la décision de la Cour européenne des droits de l'homme dans l'affaire «Chiragov et autres c. Arménie» de 2015 a de nouveau confirmé que la République d'Arménie contrôle directement les territoires occupés.

En outre, les territoires azerbaïdjanais occupés par l'Arménie ont été identifiés comme des zones contrôlées par les séparatistes dans les résolutions, décisions et recommandations adoptées par l'Union européenne et le Conseil européen.

Les récentes «élections» illégales dans le Haut-Karabakh et l'organisation de la soi-disant cérémonie de prestation de serment pendant la lutte contre la propagation du COVID-19 sont un autre exemple de la politique d'occupation et de la position destructrice de l'Arménie et de la violation des normes du droit international. Les soi-disant «élections» sont totalement contraires à la Constitution de la République d'Azerbaïdjan et aux normes du droit international et ont été condamnées par la communauté internationale. 

J'appelle la communauté mondiale, en particulier les institutions internationales, à prendre toutes les mesures possibles pour libérer les territoires azerbaïdjanais occupés qui ont été reconnus par l'ONU, pour empêcher la violation des normes du droit international, ainsi que pour restaurer les droits fondamentaux des personnes déplacées», lit-on dans la déclaration.

Cette déclaration a été envoyée au Secrétaire général des Nations Unies, au Conseil de sécurité des Nations Unies, au Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, aux chefs de l'UNICEF, l'UNESCO, l'UE, du Conseil européen et de l'OSCE, aux médiateurs internationaux et européens, à l'Association des médiateurs d'Asie,  à l'Organisation de coopération islamique (OCI) et l'Association des médiateurs des États membres de l'OCI, à la Commission permanente indépendante des droits de l'homme de l'OCI, au Réseau européen des médiateurs pour les enfants, au Bureau international de la paix, aux ambassades d'Azerbaïdjan dans les pays étrangers et aux organisations de la diaspora.

Azvision.az


Tags: Karabakh