La vie privée, prochaine victime de la pandémie ?

  29 Mars 2020    Lu: 703
 La vie privée, prochaine victime de la pandémie ? AFP

Plusieurs pays surveillent leurs citoyens grâce à leurs smartphones et à la géolocalisation. Des pratiques interrogent les ONG de défense des droits humains.

Surveiller les citoyens via leurs smartphones peut aider à contenir la pandémie de coronavirus, mais aussi coûter cher en libertés publiques et respect de la vie privée. De la Chine à Israël, des gouvernements contrôlent les déplacements des personnes grâce à des moyens électroniques. En Europe et aux Etats-Unis, des firmes technologiques ont commencé à partager des données rendues «anonymes» pour mieux surveiller la propagation du virus.

Ces pratiques interrogent les ONG de défense des droits humains. «Les gouvernements exigent de nouveaux pouvoirs de surveillance extraordinaires pour contenir le Covid-19», constate l'une d'elles, la Electronic Frontier Foundation, dans un communiqué. Ces pouvoirs pourraient «envahir notre vie privée, réduire la liberté d'expression et peser lourdement sur les groupes vulnérables», continue-t-elle. «Les autorités doivent prouver que de telles mesures sont efficaces, scientifiques, nécessaires et proportionnées».

Hong Kong demande aux personnes arrivant de l'étranger de porter des bracelets de suivi, et Singapour a une équipe de détectives numériques pour surveiller ceux qui sont en quarantaine. En Israël, le service de sécurité intérieure (Shin Bet) a commencé à utiliser des technologies sophistiquées et des données télécoms pour pister les civils. La Chine va jusqu'à attribuer des codes couleurs aux smartphones (vert, jaune, rouge), qui déterminent où un citoyen peut aller ou pas.

Coulisses de la surveillance en temps d'urgence
Selon l'ONG Freedom House, Pékin en profite aussi pour renforcer la censure, en bloquant certains sites web ou accès à internet. «Nous observons des choses inquiétantes, montrant que les régimes autoritaires utilisent le Covid-19 comme prétexte (...) pour restreindre les libertés fondamentales, en allant plus loin que les besoins de santé publique ne l'exigent», a déclaré Michael Abramowitz, le président de cette organisation.

Certains militants font le rapprochement avec les attaques du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, qui avaient ouvert la porte à une surveillance renforcée au nom de la sécurité nationale. «Il y a un risque que le recours à ces outils ne se normalise et continue même quand la pandémie ralentira», note Darrell West, qui dirige le Centre pour l'innovation technologique de la Brookings Institution.

«Le problème de la surveillance en temps d'urgence, c'est que les gens vont s'habituer», abonde Ryan Calo, chercheur à l'université de Washington et affilié au Centre pour internet et la société de Stanford. Il admet cependant la nécessité de trouver un compromis difficile entre les impératifs sanitaires et la sensation d'être traqué en permanence.

D'infinies possibilités grâce à la géolocalisation
Le débat se concentre surtout sur la géolocalisation via les smartphones. Depuis le début de la pandémie, plusieurs applications ont été développées pour suivre la propagation du virus. Celle conçue par des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) détermine par exemple si l'utilisateur a «croisé le chemin» d'une personne contaminée. Un concept qui ne pourra évidemment marcher que si cette application est très largement utilisée.

Des ingénieurs de l'université Cornell proposent eux de partager sa position géographique et son statut (infecté ou pas) pour recevoir des alertes sur les cas de contamination à proximité. Mais gare à la fausse sensation d'être en sécurité, avertit Ryan Calo. Selon lui, les données récoltées sur la base volontaire seront sans doute «truffées d'erreurs». Une autre application, baptisée Covid-Watch, permet de partager des données sur son emplacement et sa santé, grâce au Bluetooth, sans compromettre sa vie privée. «Nous l'avons conçue de façon à ce qu'une personne qui attrape le Covid-19 puisse envoyer une alerte aux gens à proximité sans qu'ils ne puissent l'identifier», explique Tina White, diplômée de Stanford et cofondatrice de Covid-Watch.

L'application est en cours de développement. Avec son équipe de chercheurs, Tina White veut proposer une alternative aux mesures «autoritaires» adoptées dans certains pays. Comme l'application ne servira que si elle est très répandue, elle précise que la technologie serait fournie gratuitement. Et suggère que les deux principaux systèmes d'exploitation des smartphones, Android et Apple, «l'ajoutent en option lors d'une mise à jour» afin d'assurer son adoption par le plus grand nombre.

Avec Afp


Tags: coronavirus   pandémie