Nucléaire: pour l'Iran, Trump a de mauvais conseillers

  16 Février 2020    Lu: 534
  Nucléaire:   pour l

Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a estimé samedi que le président Donald Trump avait renoncé à rencontrer son homologue iranien Hassan Rohani parce qu'il est mal conseillé et convaincu que le régime de Téhéran va s'effondrer.

"Je pense que le président Trump n'a pas de bons conseillers, il attend la chute du gouvernement iranien depuis qu'il s'est retiré de l'accord sur le nucléaire" iranien en 2018, a-t-il déclaré lors de la Conférence sur la sécurité de Munich, grand-messe annuelle sur les questions diplomatiques et de défense.

"Malheureusement les suggestions (du président français Emmanuel) Macron et (du Premier ministre japonais Shinzo) Abe, ainsi que d'autres, sont tombées dans l'oreille d'un sourd parce que le président Trump s'est laissé convaincre que nous allions nous effondrer donc il ne veut pas parler à un régime qui s'effondre", a-t-il ajouté.

Le président français a tenté en vain d'organiser une rencontre entre Donald Trump et Hassan Rohani en septembre à New York, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, pour tenter de sauver l'accord sur le nucléaire iranien.

Lors du retrait américain de l'accord, son ex-conseiller à la sécurité nationale "John Bolton lui avait promis qu'une pression maximale nous mettrait à genoux en quelques mois", a assuré Mohammad Javad Zarif.

"John Bolton parti, quelqu'un d'autre malheureusement cherche à l'imiter et a promis au président que l'assassinat de (Qassem) Soleimani ferait danser les gens dans les rues de Téhéran et Bagdad", a-t-il affirmé. Le général iranien Qassem Soleimani a été tué par une frappe américaine en janvier à Bagdad.

"Je pense que les nouveaux conseils qu'il reçoit sont erronés", a conclu le ministre iranien.

La veille, il s'était dit disposé à annuler tout ou partie des mesures que l'Iran a prises pour se désengager de l'accord sur le nucléaire, mais seulement si l'Europe lui assure en échange des avantages économiques "significatifs".

AFP


Tags: Nucléaire   Iran   Trump