Bagdad a donné son aval au renforcement de l'Otan en Irak

  13 Février 2020    Lu: 260
Bagdad a donné son aval au renforcement de l

Le gouvernement irakien a donné son accord à la reprise par la mission de l'Otan en Irak de certaines activités de formation assurées par la coalition internationale antidjihadistes dirigée par Washington, a annoncé jeudi 13 février le secrétaire général de l'Alliance.

«Le gouvernement irakien nous a confirmé sa volonté de voir l'Otan poursuivre sa mission d'entraînement et de formation des forces irakiennes», a déclaré Jens Stoltenberg au cours d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion des ministres de la Défense de l'Otan.

L'accord de Bagdad était la condition exigée par les alliés des Etats-Unis pour renforcer la mission de l'Otan en Irak avec des unités de la coalition internationale chargées de reprendre certaines de ses activités de conseil et de formation des forces irakiennes.

La notification par écrit de cet accord a été reçue par Jens Stoltenberg pendant la nuit, a-t-on appris de sources diplomatiques. Mais le secrétaire général de l'Otan n'a pas souhaité développer davantage le sujet pendant sa conférence de presse et le secrétaire américain à la Défense Mark Esper n'en a pas parlé durant son intervention.

Les pays de l'Otan ont approuvé mercredi le principe de la reprise par l'Otan de certaines activités de formation menées par la coalition contre le groupe Etat islamique. «Le nombre de troupes qui seront transférées de la coalition à la mission de l'Otan et le détail des activités de formation qui seront reprises par la mission seront discutés vendredi à Munich par les membres de la coalition en marge de la conférence sur la sécurité», a précisé le chef de l'Otan.

L'Espagne a confirmé mercredi son accord pour transférer une partie de ses unités dans la mission de l'Otan, qui compte actuellement 500 personnes sous commandement canadien. D'autres pays ont fait part de leur accord pour transférer des troupes, selon des sources diplomatiques.

Les activités de la mission de l'Otan ont été mises en sommeil le mois dernier, en même temps que les opérations de la coalition internationale contre le groupe Etat islamique dirigée par Washington. Cette situation fait suite à la décision du Parlement irakien de demander le départ des troupes étrangères pour protester contre l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani par une frappe de drone américain près de l'aéroport de Bagdad le 3 janvier. (AFP)


Tags: Bagdad   Otan