Inculpé, Netanyahu redistribue trois portefeuilles ministériels

  20 Janvier 2020    Lu: 336
Inculpé, Netanyahu redistribue trois portefeuilles ministériels

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé lundi la nomination de nouveaux ministres à trois portefeuilles qu'il a été obligé d'abandonner en raison de son inculpation pour corruption.

La loi israélienne interdit à une personne mise en examen de rester en poste comme ministre, une règle qui ne s'applique toutefois pas au poste de Premier ministre. M. Netanyahu, inculpé fin novembre pour corruption, malversation et abus de confiance dans trois affaires, a donc quitté ses fonctions ministérielles tout en restant à la tête du gouvernement. Selon un communiqué de son bureau, Tzahi Hanegbi, ministre de la Coopération régionale, a été nommé aussi ministre de l'Agriculture, et Ofir Akounis, ministre des Sciences, sera également ministre des Affaires sociales.

Tzipi Hotovely, vice-ministre des Affaires étrangères, a été nommée ministre en charge de la Diaspora. Le bureau du Premier ministre n'a pas spécifié quand ces ministres, tous membres du parti de droite Likoud de M. Netanyahu, prendraient leurs nouvelles fonctions. La Cour suprême, statuant sur un appel de l'opposition contre un premier remaniement début janvier, avait invalidé les nominations. La scène politique israélienne est en pleine ébullition avant les législatives du 2 mars, les troisièmes en moins d'un an, convoquées après l'échec de M. Netanyahu et de son rival centriste Benny Gantz à former un gouvernement de coalition à l'issue des élections d'avril et septembre 2019.

Le Premier ministre a demandé début janvier au Parlement de lui accorder l'immunité au terme des prochaines élections, M. Netanyahu misant sur sa victoire pour se protéger de la justice.

Les partis d'opposition menés par la gauche et Benny Gantz ont convaincu une majorité de députés et le conseiller juridique du Parlement de former un comité chargé d'étudier, avant les élections, la demande d'immunité de M. Netanyahu. Ils doivent se réunir le 28 janvier pour décider ou non de la formation de ce comité, selon le président du Parlement Yuli Edelstein. M. Netanyahu ne dispose pas actuellement d'une majorité d'appuis au Parlement et sa demande d'immunité risque donc d'être rejetée par les élus, ce qui pourrait accélérer les procédures judiciaires contre lui. Il clame son innocence et se dit victime d'une "chasse aux sorcières" des services du ministère public et des médias. (Belga)

 


Tags: Netanyahu