Trudeau : Washington n’a pas averti Ottawa avant l’élimination de Soleimani

  14 Janvier 2020    Lu: 695
  Trudeau :   Washington n’a pas averti Ottawa avant l’élimination de Soleimani

Washington n’a pas averti Ottawa avant l’élimination du haut dirigeant militaire iranien Qassem Soleimani, a souligné, Justin Trudeau, Premier ministre canadien, dans ce qui apparaît comme une critique adressée à l’allié du sud.

C’est ce qui ressort d’une interview accordée par Trudeau au média canadien d’expression anglaise « Global News » et qui a été mise en ligne, lundi.

« J’aurais évidemment aimé être averti de ce raid américain qui a mené à une escalade des tensions au Moyen-Orient et mis les troupes canadiennes [NDLR, en Irak] en danger », a indiqué Justin Trudeau.

« Les États-Unis prennent leurs propres décisions. Nous tentons de travailler en tant que communauté internationale sur des enjeux majeurs, mais parfois, des pays engagent des actions sans en informer leurs alliés », a-t-il encore dit, l’air impuissant.

Il s’agit des premières observations formulées par le Premier ministre canadien au sujet de l’Administration Trump dans l’affaire de l’escalade avec l’Iran.

Réclamant une enquête « exhaustive et approfondie », Trudeau a réservé ses quatre interventions publiques, depuis mercredi, à l’Iran et pour s’adresser à l’opinion publique canadienne, évitant jusqu’à présent d’évoquer ou de critiquer les Etats-Unis.

Cinquante-sept ressortissants canadiens ont péri dans le crash, mercredi dernier, d’un avion ukrainien, touché « par erreur » par l’armée iranienne, près de Téhéran.

Trudeau a tenu à préciser que s'il n'y avait pas eu ces tensions dans la région, « ces Canadiens seraient chez eux, auprès de leurs familles ».

Abondant dans le même sens, le Premier ministre fédéral, a dit avec amertume : « C'est ce qui arrive quand on a des conflits et la guerre. Des innocents en subissent les conséquences. »

Trudeau a conclu en lançant : « Nous devons tous travailler si fort pour une désescalade en allant de l'avant pour réduire les tensions et trouver une avenue qui n'implique pas d'autres conflits et des morts ».

L’avion ukrainien a été abattu, mercredi dernier, quelques heures après le lancement par Téhéran de missiles balistiques contre des bases américaines en Irak, en signe de riposte à l’assassinat, sur ordre du président américain, Donald Trump, de Qassem Soleimani, haut dirigeant militaire iranien, vendredi 3 janvier, près de l’aéroport de Bagdad. (AA)


Tags: Canada   Soleimani   EtatsUnis