Ilham Aliyev a tenu une réunion consacrée au bilan de l’année 2019 - Texte intégral / Mise à jour

  14 Janvier 2020    Lu: 2318
 Ilham Aliyev a tenu une réunion consacrée au bilan de l’année 2019 - Texte intégral / Mise à jour

Ce lundi 13 janvier, une réunion consacrée au bilan de l’année 2019 s'est tenue sous la présidence du président de la République, Ilham Aliyev.

La réunion a débuté par le discours d’ouverture du président Ilham Aliyev.

«Aujourd'hui, nous parlerons des résultats de l'année dernière et il y aura un échange de vues sur le travail à faire.

Je peux dire que 2019 a été une année couronnée de succès pour notre pays dans son ensemble. Au début de l'année, toutes les tâches que nous nous étions assignées ont été accomplies avec succès et le développement durable de notre pays a été assuré. Ainsi, un grand succès a été obtenu dans les domaines politique, économique et social. L'Azerbaïdjan vivait dans un environnement stable. La stabilité est une condition préalable au développement de chaque pays.

Au cours de l'année, nous avons observé une augmentation des tensions à divers endroits. Les affrontements sanglants, guerres, manifestations de masse, violences policières, violation flagrante des droits de l'homme, violation des valeurs démocratiques - tout cela a été observé, peut-on dire, partout dans le monde», a déclaré le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev.

Le chef de l'Etat a noté que la tension montait en Europe, en Asie, en Amérique latine, dans l'espace post-soviétique, dans notre région, au Moyen-Orient, dans le monde:

«L'Azerbaïdjan se développe comme un espace de stabilité. Le peuple azerbaïdjanais est le garant de la stabilité en Azerbaïdjan. La principale garantie de stabilité en Azerbaïdjan est la volonté du peuple azerbaïdjanais. Le soutien que le peuple nous apporte, la haute appréciation de nos politiques, nous inspirent encore plus, tout en assurant la stabilité des sphères politiques et économiques de notre pays. Lorsque la stabilité est violée, des crises et des processus chaotiques se produisent dans les pays, cela leur cause un grand préjudice. Nous l'avons rencontré dans notre histoire au début des années 1990. La stabilité en Azerbaïdjan a été violée, le pays a été saisi par une crise, nous avons subi de lourdes pertes. Mais depuis 26 ans l'Azerbaïdjan vit dans des conditions de stabilité, au fil des ans notre pays a franchi une très longue trajectoire de développement. Je peux dire que notre pays a franchi une trajectoire de développement équivalente à un siècle, et aujourd'hui, l'Azerbaïdjan fait partie des pays forts à l'échelle mondiale».

Le président a noté que l'année dernière les positions internationales du pays avaient été renforcées: «Plusieurs événements internationaux faisant autorité ont eu lieu en Azerbaïdjan, qui reflètent et renforcent la position de notre pays dans le monde. L'Azerbaïdjan est connu comme un partenaire fiable sur la scène mondiale, et notre puissance internationale grandit chaque jour. Au cours de l'année, plus de 40 chefs d'État et de gouvernement ont visité notre pays, à la fois dans un format bilatéral et pour participer à des événements internationaux. Dans le même temps, j'ai eu de nombreuses réunions avec les chefs d'État et de gouvernement des États voisins, et ces réunions sont très importantes, car l'établissement de relations avec les voisins, je pense, devrait être une priorité pour tout pays. L'Azerbaïdjan a des liens très étroits avec ses voisins, formés sur la base d'intérêts mutuels. L'année dernière, ces liens se sont encore renforcés. Dans le même temps, la visite du Président du Conseil de l’Union européenne en Azerbaïdjan l'année dernière, reflète également les liens entre l’Union européenne et l’Azerbaïdjan. Cette visite a grandement contribué à ces liens. Comme vous le savez, nous travaillons actuellement avec l'Union européenne sur un nouvel accord et j'espère que ce travail produira des résultats».

«Une session du Comité du patrimoine mondial de l'UNESCO s'est tenue en Azerbaïdjan. Ceci est un autre événement très prestigieux à l'échelle mondiale. Dans le cadre de la session, le Centre historique de Sheki et le palais du Khan ont été inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESC. Je pense que c'est un événement très important, car jusqu'à aujourd'hui Gobustan, Icherisheher et le Palais de Shirvanshahs figuraient sur cette liste officielle. L'inclusion du palais du Khan sur cette liste est une décision équitable et notre prochain grand succès.

Je voudrais attirer l'attention sur un autre événement international - le Congrès international d'astronautique qui s'est tenu l'année dernière à Washington. Il s'agit de l'événement le plus prestigieux dans le domaine de l'astronautique. Dans le cadre du congrès, il a été décidé de tenir le Congrès international d'astronautique en Azerbaïdjan en 2022. Avec Bakou, trois autres grandes villes - Rio de Janeiro, Singapour et Delhi - ont participé à cette concurrence. L'Azerbaïdjan a remporté cette compétition difficile. C'est-à-dire qu'il s'agit d'une grande attention accordée à notre travail et à la prochaine confiance en Azerbaïdjan dans son ensemble. Je dois également noter qu'il y a près de 50 ans - en 1973, l'Union internationale d'astronautique n'a eu lieu qu'une seule fois en Union soviétique et à Bakou. A cette époque, grâce aux efforts de Heydar Aliyev, c'est Bakou qui a été élu en Union soviétique pour accueillir ce congrès. Après près de 50 ans, ce congrès se tiendra à nouveau à Bakou, dans la capitale de l'Azerbaïdjan déjà indépendant.»

Le président a noté que de nombreux événements importants s'étaient déroulés sur le plan international: «Je fais juste attention aux principales questions. Les faits déjà constatés confirment clairement que nos positions internationales sont assez fortes, et l'année dernière elles ont été encore plus renforcées». 

«L'année dernière, des résultats très positifs ont été obtenus dans le domaine économique. Ils indiquent que nous poursuivons une politique saine. L'Azerbaïdjan a accompli avec succès toutes les tâches dans le domaine économique. Il suffit de regarder les chiffres pour s'assurer que 2019 a été un succès pour notre pays en termes de développement économique. La Banque mondiale a inclus l'Azerbaïdjan dans la liste des 20 pays les plus réformateurs. Il s'agit d'une grande réussite qui témoigne du fait que les réformes fondamentales menées dans notre pays sont acceptées avec l'approbation des principales structures internationales. Je peux dire qu'en général, 2019 a été une année de réformes profondes - tant dans les domaines politique, économique, social que dans les domaines de réformes de personnel et structurelles. Ces réformes rendront notre développement encore plus efficace à l'avenir, y compris la croissance économique mesurée par des chiffres plus élevés», a-t-il dit.

Le président a fait savoir que les résultats obtenus l'année dernière dans le domaine économique étaient satisfaisants:

«Ainsi, le produit intérieur brut a augmenté de 2,2%. C'est un bon résultat, surtout si l'on considère que dans le secteur non pétrolier, cette croissance est de 3,5%. La production industrielle a augmenté de 1,5%, tandis que dans le secteur non pétrolier, la production industrielle a augmenté de 14%. Il s'agit d'une manifestation du travail accompli ces dernières années dans le domaine de l'industrie. La production industrielle en Azerbaïdjan a augmenté à la fois aux dépens des fonds publics et grâce à l'activité du secteur privé. Je suis sûr que cette croissance continuera d'être durable.

L'agriculture a augmenté d'environ 7%. Cette croissance a été particulièrement élevée dans la production agricole - de plus de 10%. C'est aussi le résultat du travail accompli. L'inflation n'a atteint que 2,6% et les revenus en espèces de la population ont augmenté de 7,4%. Autrement dit, cela indique que les revenus monétaires de la population étaient supérieurs à l'inflation. Ainsi, les revenus réels de la population ont augmenté. Je pense que c'est l'un des principaux problèmes de tout pays. Nos exportations non pétrolières ont augmenté de 14%. C'est aussi un très bon résultat. Cette croissance est due à l'attention accordée ces dernières années aux activités du secteur privé, à l'octroi de prêts bonifiés, aux réformes en cours liées aux subventions et à d'autres mesures.

Nos réserves de change ont augmenté de 6,4 milliards de dollars et ont atteint un niveau record de 51 milliards de dollars. Je dois noter que l'Azerbaïdjan occupe la première place dans l'espace CEI en termes de réserves de change par habitant. L'excédent du commerce extérieur est de 6 milliards de dollars, ce qui est un excellent résultat. Je peux dire que dans le chiffre d'affaires du commerce extérieur de la grande majorité des pays du monde, il y a un solde négatif, mais dans notre pays, il est positif. Ceci, bien sûr, servira à la fois à maintenir le taux de manat à un niveau stable et à la stabilité de la situation macroéconomique en général. Ainsi, les résultats et les chiffres obtenus dans le domaine économique confirment une fois de plus que notre politique est bien pensée et calculée sur le résultat.

À la suite des réformes menées par les autorités fiscales et douanières, des fonds d'une valeur supérieure à 1 milliard de manats ont été versés au trésor au-delà du plan. Ceci, à son tour, nous a permis de présenter un ensemble social très large à la population, et nous l'avons fait. Je pense que dans l'histoire de l'Azerbaïdjan moderne et de la CEI, jusqu'à présent, aucun paquet social aussi important n'a été mis en œuvre. Ce n'est pas notre première initiative dans ce domaine.

Le chef de l'Etat a noté que grâce à une politique économique réussie, beaucoup de travail avait été fait en matière d'infrastructures sociales, 60 institutions médicales et 84 écoles ont été construites et réparées. 50 écoles sont modulables. Elles sont construites dans de petits villages reculés. Cela suggère que les processus qui se déroulent dans notre pays proviennent du potentiel de développement commun» selon M. Ilham Aliyev.

Selon le président, de grands projets routiers seront mis en œuvre cette année. La construction d'une nouvelle route frontalière Bakou-Sumgaït-Russie, Gandja-Géorgie et Astara-Iran est également prévue.

Le chef de l'État a noté que 1300 kilomètres de routes avaient été construites l'année dernière: «Nous avions prévu environ mille kilomètres, mais au cours de l'année, des routes d'une longueur de 1300 kilomètres ont été construites grâce aux revenus supplémentaires provenant du Fonds de réserve du président et du budget de l'État. 

Des projets d'infrastructures sont mis en œuvre dans le cadre du quatrième programme national de développement socio-économique des régions, adopté au début de l'année dernière. Il s'agit d'un programme de cinq ans. Les trois programmes précédents ont été achevés avec succès. Je suis sûr que la mise en œuvre du quatrième programme ne posera aucun problème. Ainsi, je crois qu'après l'achèvement du programme, tous nos projets d'infrastructures, y compris les projets liés aux infrastructures sociales, trouveront leur solution.

Au début de l'année dernière, un fort tremblement de terre s'est produit dans les régions de Chamakhi, Agsou et Ismayilli. Heureusement, il n'y a eu aucune victime. Cependant, des milliers de maisons ont été touchées. Ayant visité la région immédiatement après le tremblement de terre, j'ai promis aux citoyens qu'avant le début de l'hiver, toutes les maisons seront reconstruites, réparées et restaurées. Comme toujours, nous avons tenu parole, toutes les principales conséquences du tremblement de terre ont déjà été éliminées, des milliers de maisons ont été construites, réparées et restaurées. Cela suggère une fois de plus que la résolution des problèmes des citoyens est au centre de notre attention».

«Tout le travail accompli, y compris notre position sur la scène internationale, l'établissement de relations amicales avec de nombreux pays, la stabilité et la tranquillité qui règnent dans notre pays - tout cela a donné un puissant élan au développement du tourisme», a indiqu é le président Ilham Aliyev lors de son discours.

Le chef de l'Etat a noté que le développement du tourisme ne se limitait pas aux seuls monuments historiques ou à certaines questions qui attirent l'attention: «Dans le monde d'aujourd'hui, il n'y a pas de région où il n'y a pas de problèmes. Comme je l'ai déjà noté, des guerres, des affrontements, des coups d'État, des manifestations de masse, des violences policières, la violation des droits de l'homme - bien sûr, dans les pays où tout cela est là, l'afflux de touristes est en baisse. La stabilité en Azerbaïdjan, le renforcement de nos positions internationales, les événements internationaux organisés dans notre pays contribuent au développement du tourisme. L'année dernière, le flux de touristes a atteint un niveau record - 3 millions 170 000 visiteurs étrangers ont visité notre pays. Selon les informations qui m'ont été fournies, ce n'est que par carte bancaire que les touristes étrangers ont dépensé 1 milliard 260 millions de manats en Azerbaïdjan. En général, nous devons tenir compte du fait que les touristes viennent principalement des pays voisins et les paiements en espèces y dominent toujours, comme chez nous. Un calcul total montre que des touristes étrangers ont dépensé jusqu'à 4,3 milliards de manats en Azerbaïdjan. Le développement du tourisme restera au centre de notre attention.»

La réunion a été suivie par les discours du ministre des Finances, Samir Sharifov, le vice-Premier ministre, Chahin Moustafayev, le président de la Banque centrale, Elman Rustamov, le ministre du Travail et de la Protection sociale de la population, Sahil Babayev, le ministre de l'Économie, Mikjail Djabbarov, le ministre de l'Agriculture, Inam Kerimov, et le président du Comité national des Douanes, Safar Mehdiyev.

Le président Ilham Aliyev a ensuite prononcé un discours de clôture.

«Aujourd'hui, grâce à nos efforts, l'Arménie est une impasse politique, économique, d'investissement, d'énergie et de transport. Cela continuera jusqu'à ce qu'ils quittent nos terres», a déclaré Ilham Aliyev lors de son discours de clôture.

Le président a indiqué que l'Azerbaïdjan mettait en œuvre de grands projets d'importance mondiale: «Parmi eux figurent les oléoducs Bakou-Novorossiisk, Bakou-Soupsa, Bakou-Tbilissi-Ceyhan, et les gazoducs Bakou-Tbilissi-Erzurum, TANAP. Le corridor gazier sud sera mis en service cette année. D'année en année, le volume de transport de marchandises à travers le pays augmente. Bakou-Tbilissi-Kars fait partie intégrante du corridor de transport Est-Ouest. Nous avons mis en œuvre avec succès ce projet avec les pays voisins - la Turquie et la Géorgie. Les travaux avec nos autres voisins - la Russie et l'Iran sur le corridor de transport Nord-Sud sont en cours avec succès et ce corridor fonctionne pratiquement. Simplement, les prochaines étapes sont prises pour rendre ce couloir plus efficace. L'Arménie est restée loin de ces énormes projets d'énergie et de transport. Ce sont nos voisins, mais aussi les voisins de l'Arménie, à l'exception de la Russie. Autrement dit, nous avons construit des relations avec nos voisins sur la base de l'amitié, de la coopération et de la sincérité, c'est pourquoi nous avons réalisé ces projets. L'Arménie traite ses voisins avec mépris depuis des siècles, veut arracher quelque chose à leurs voisins, revendique leur terre, falsifie l'histoire, falsifie les monuments historiques et tente de s'approprier. Voilà la différence».

Le chef de l'Etat a ensuite noté: «Nous avons isolé l'Arménie de ces projets d'énergie et de transport et nous ne l'avons jamais cachée. J'ai dit il y a des années que nous isolerions l'Arménie de tous les projets importants mis en œuvre avec notre participation dans la région, et nous y sommes parvenus. Aujourd'hui, grâce à nos efforts, l'Arménie est un impasse politique, économique, d'investissement, d'énergie et de transport. Cela continuera jusqu'à ce qu'ils quittent nos terres».










Détails à suivre...


Tags: IlhamAliyev   bilan