Irak: nouvelle attaque à la roquette contre une base abritant des Américains

  12 Décembre 2019    Lu: 374
Irak: nouvelle attaque à la roquette contre une base abritant des Américains

Deux roquettes ont été tirées dans la nuit de mercredi à jeudi contre une base militaire abritant des soldats américains à Bagdad, dixième attaque de ce type en un mois et demi, a annoncé l'armée irakienne.

Cette nouvelle attaque aux roquettes Katioucha s'est produite sur une base située près de l'aéroport international de Bagdad, sans faire de victimes, de même source. Depuis le 28 octobre, c'est la dixième attaque contre des bases abritant des soldats américains ou contre des représentations diplomatiques des Etats-Unis, y compris son ambassade située dans la zone verte ultra-sécurisée du centre de la capitale irakienne. En septembre 2018 déjà, les Etats-Unis avaient fermé leur consulat à Bassora, à la pointe sud de l'Irak, invoquant des «menaces» de l'Iran, après d'autres tirs de roquettes.

La dernière attaque, lundi, avait également visé cette même base située près de l'aéroport qui abrite des soldats mais aussi des diplomates américains, faisant six blessés -dont deux graves- appartenant aux unités d'élite du contre-terrorisme irakien. Ces unités sont l'unique force d'Irak entraînée et armée par les Etats-Unis, dans un pays où les factions armées pro-Iran n'ont cessé de gagner en influence et sont désormais intégrées aux forces de sécurité. L'armée irakienne avait alors assuré avoir découvert les bases de lancement de ces roquettes ainsi que d'autres projectiles n'ayant pas explosé, laissant penser que l'attaque aurait pu être plus importante.

Washington inquiète
Si, en dehors de l'attaque de lundi les autres n'ont pas fait de victimes, elles inquiètent les Etats-Unis qui envisagent de déployer 5000 à 7000 soldats supplémentaires au Moyen-Orient. Aucun de ces tirs n'a jusqu'ici été revendiqué, mais Washington a toujours pointé du doigt les factions armées irakiennes soutenues par l'Iran, grand ennemi des Etats-Unis.

L'Iran arme, finance et entraîne les factions les plus radicales du Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires irakiens désormais intégrée aux forces de sécurité irakiennes. Cette coalition est désormais une menace plus importante pour les soldats américains que les djihadistes du groupe Etat islamique (EI), assure une source américaine. Les Etats-Unis ont récemment imposé des sanctions à trois membres du Hachd al-Chaabi, accusés d'être impliqués dans la «répression brutale» du mouvement de contestation inédit contre le pouvoir et son parrain iranien qui secoue l'Irak depuis le 1er octobre. Ce mouvement a déjà fait plus de 450 morts et quelque 25.000 blessés, en grande majorité des manifestants.

AFP


Tags: Irak   attaque   USA