Pompeo annonce des sanctions à 60 personnes dans plusieurs pays

  11 Décembre 2019    Lu: 902
Pompeo annonce des sanctions à 60 personnes dans plusieurs pays

Les États-Unis ont imposé des sanctions à 60 personnes dans différents pays pour leur implication dans des "violations des droits de l’Homme et (des actes de) répression", a annoncé le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo.

Pompeo a affirmé, lors d'une déclaration aux journalistes au siège du Département d'État, mercredi, qu'ils ont "imposé des sanctions à des personnes dans plusieurs pays (qu’il n’a pas mentionné) conformément à la loi de Magnitski", sans plus de précisions.

Cette loi autorise l'Administration américaine à imposer des sanctions aux personnes accusées de violations des droits de l'Homme, y compris le gel leurs avoirs, et l’interdiction d'entrer aux États-Unis.

"Les États-Unis soutiennent les gens contre les régimes oppressifs", a-t-il déclaré.

Dans ce contexte, le responsable américain a souligné que Washington poursuivra la politique de sanctions contre l'Iran, déclarant que les États-Unis imposeront de nouvelles sanctions aux entités et entreprises iraniennes, indiquant que ces sanctions "s'étendront aux réseaux de contrebande d'armes et à ceux qui coopèrent avec eux".

Pompeo a appelé tous les pays à faire pression sur l'Iran et a mis en garde contre "le danger de voyager en Iran, en particulier pour les Américains d'origine iranienne".

Il a aussi évoqué les crises de la région, tant en Libye qu'au Liban.

Concernant la Libye, qui connait depuis près de 8 ans une lutte pour le pouvoir, Pompeo a déclaré : "Il n'y a pas de solution militaire à la crise et nous voulons coopérer avec la Russie pour mettre fin au conflit".

À propos de la crise libanaise, Pompeo a noté : "La responsabilité d'améliorer la situation économique au Liban incombe au gouvernement (...) et c’est au peuple libanais qu’incombe la responsabilité de revendiquer sa souveraineté et son indépendance vis-à-vis des puissances extérieures".

Le Liban est, depuis le 17 octobre dernier, le théâtre de manifestations, qui ont poussé le gouvernement de Saad Hariri à démissionner le 29 octobre, plongeant le pays dans un état d’instabilité, sur fond de désaccord entre les forces politiques du pays quant au choix d’un nouveau Premier ministre.

AA


Tags: Pompeo   USA   sanctions