Le Bangladesh clôture les camps de réfugiés rohingyas

  10 Décembre 2019    Lu: 836
Le Bangladesh clôture les camps de réfugiés rohingyas

Le Bangladesh a commencé à ériger une clôture de barbelés autour des gigantesques camps de réfugiés rohingyas, malgré les protestations de la communauté et des défenseurs des droits humains.

Un journaliste de l'AFP a vu mardi des militaires bangladais planter des piliers pour une barrière de barbelés autour du grand camp de réfugiés de Balukhali, situé dans le district de Cox's Bazar. Le responsable des réfugiés du Bangladesh, Mahhbub Alam Talukder, a confirmé le début des travaux, sans donner davantage de détails.

Près d'un million de réfugiés rohingyas de Birmanie vivent dans une misère noire au sein d'immenses camps de réfugiés du sud-est du Bangladesh. Les trois quarts d'entre eux sont arrivés depuis août 2017, fuyant une vague de violences dans l'ouest de la Birmanie voisine qui vaut au pays à majorité bouddhiste d'être accusé de "génocide" contre cette minorité musulmane.

Les défenseurs des droits humains s'opposent à la construction de cette clôture, qui transformerait selon eux les camps de réfugiés en "prisons à ciel ouvert".

"Les fils barbelés et les miradors devraient être réservés aux criminels, pas aux gens qui ont fui la Birmanie pour échapper aux atrocités de masse", a déclaré à l'AFP Brad Adams, directeur Asie de Human Rights Watch.

Si le Bangladesh avait ouvert ses bras aux colonnes d'exode des Rohingyas en 2017, la bonne volonté du pays d'Asie du Sud s'amenuise avec le temps. Aucune solution pérenne pour les réfugiés n'est en vue. Toutes les opérations de retour en Birmanie ont échoué et Dacca refuse que les Rohingyas s'intègrent sur son sol, les considérant seulement comme des hôtes temporaires.

Les Rohingyas ont interdiction de quitter les camps mais l'étendue des sites, qui en font le plus grand camp de réfugiés de la planète, fait que les autorités ont du mal à surveiller tous les mouvements. Des barrages sont dressés sur les principaux axes routiers pour les empêcher de se rendre dans d'autres régions du Bangladesh.

Les autorités bangladaises ont également bloqué l'accès à l'internet mobile haut débit dans les camps, confisqué des cartes SIM et téléphones portables utilisés par les réfugiés et engagé des poursuites contre des centaines de personnes pour s'être illégalement procuré des cartes de citoyenneté.

Avec la clôture, "les enfants ne pourront plus jouer. Cela restreindra aussi nos mouvements, particulièrement pour aller chercher les rations de nourriture", a déploré auprès de l'AFP Mohammad Hashim, un réfugié rohingya.

Prix Nobel de la paix 1991 et cheffe de facto du gouvernement birman, Aung San Suu Kyi est arrivée mardi à La Haye pour défendre en personne devant la Cour internationale de justice (CIJ) son pays, accusé de "génocide" contre les Rohingyas.

AFP


Tags: Bangladesh   rohingyas