L'Azerbaïdjan a de nouveau fait appel à l'ONU

  09 Décembre 2019    Lu: 1164
 L

Les événements à l'occasion du 71e anniversaire de l'adoption de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide (CPRCG) et à l'occasion de la Journée internationale de commémoration des victimes du crime de génocide, d'affirmation de leur dignité et de prévention de ce crime auront lieu au siège de l'ONU ce lundi 9 décembre.

Le représentant permanent de la République d'Azerbaïdjan auprès de l'ONU, Yachar Aliyev, a envoyé une lettre officielle au Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

Dans cette lettre, le diplomate azerbaïdjanais a écrit que la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide est l'un des premiers traités internationaux auxquels la République d'Azerbaïdjan a adhéré après avoir recouvré son indépendance et après être devenu membre de l'ONU.

«La ratification universelle de la Convention deviendra un important engagement consolidé de la communauté internationale pour l'éradication du crime de génocide», a ajouté le représentant de la République d'Azerbaïdjan auprès des Nations Unies.

Le diplomate azerbaïdjanais a souligné l'importance du mandat de l'ONU pour prévenir le génocide et le concept de «responsabilité de protéger» dans la promotion des efforts nationaux et internationaux pour protéger la population contre le génocide, les crimes de guerre, le nettoyage ethnique et les crimes contre l'humanité.

«En partant de sa propre expérience, l'Azerbaïdjan connaît la calamité flagrante du génocide, indique la lettre. «La mémoire de milliers de civils morts à la suite des massacres commis par les forces armées arméniennes en 1918 est vénérée le 31 mars, qui est marqué comme le jour du génocide des Azerbaïdjanais».

«Des actes odieux de violations du droit international humanitaire, équivalant à des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité et des actes de génocide, ont été commis pendant la guerre lancée par l'Arménie contre l'Azerbaïdjan à la fin des années 80», a déclaré le diplomate azerbaïdjanais.

«La guerre, qui se poursuit jusqu'à présent, a coûté la vie à des dizaines de milliers de personnes, détruit des villes et des villages; des milliers de personnes sont portées disparues; et tous les territoires azerbaïdjanais occupés ont été ethniquement débarrassés de plus d'un million de personnes azerbaïdjanaises », indique la lettre.

«Le plus grand massacre du conflit a été commis contre des civils dans la ville de Khodjaly, dans la région azerbaïdjanaise du Haut-Karabakh, en février 1992», a ajouté le diplomate azerbaïdjanais. «À la suite de l'attaque et de l'occupation de la ville par les forces arméniennes, des centaines d'Azerbaïdjanais, dont des femmes, des enfants et des personnes âgées, ont été tués, blessés ou pris en otage, tandis que la ville a été entièrement détruite».

«La cruauté des forces arméniennes à Khojaly est choquante», indique la lettre. «Six familles ont été complètement détruites; 25 enfants ont perdu leurs deux parents et 130 enfants ont perdu un parent; 56 hommes ont été brûlés vifs, scalpés, torturés, décapités ou aveuglés; tandis que les femmes enceintes ont été poignardées avec des armes en forme de pointes. »

«Il est important que la communauté internationale réfléchisse à la tragédie de Khodjaly et d'autres villes, colonies et villages azerbaïdjanais», a déclaré le diplomate azerbaïdjanais.

«Le refus obstiné d'Erevan de sa responsabilité pour les crimes odieux commis lors de l'agression contre l'Azerbaïdjan est un défi au droit international et aux droits de l'homme, ainsi qu'un obstacle direct à une paix durable et à une véritable réconciliation».

«Bien que les normes et standards internationaux, ainsi que l'activité institutionnelle, se soient considérablement développés au cours de ces années, les civils souffrent encore du fait du conflit armé», indique la lettre.

«Parmi les autres mesures les plus importantes requises pour lutter efficacement contre l'impunité, il est également important de veiller à ce que les efforts visant à instaurer la paix et la diplomatie préventive contribuent à garantir la responsabilité et, en aucun cas, à autoriser ou à soutenir les situations résultant de l'utilisation illégale de la force et d'autres violations flagrantes du droit international telles que le génocide, les crimes de guerre, les crimes contre l'humanité et le nettoyage ethnique», a affirmé le diplomate azerbaïdjanais.

«De plus, la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide a été adoptée en réponse aux atrocités généralisées contre les civils pendant la Seconde Guerre mondiale», indique la lettre.

«Néanmoins, il y a encore des cas d'héroïcisation des nazis et de leurs complices dans certains pays, y compris ceux qui tentent de se montrer d'ardents défenseurs de la protection des droits de l'homme et du programme de prévention du génocide», a ajouté le diplomate azerbaïdjanais. «Une telle hypocrisie éhontée est inacceptable et un grand manque de respect pour la mémoire de millions de personnes à travers le monde qui sont mortes pour avoir échappé à la tyrannie et à la colonisation pendant la Seconde Guerre mondiale».

En conclusion, le diplomate azerbaïdjanais demande que la lettre soit diffusée en tant que document de l'Assemblée générale sur les points 31, 32, 37, 68, 75, 83 et 130 de l'ordre du jour et du document du Conseil de sécurité.

La Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide a été adoptée par la résolution 260 (III) de l'Assemblée générale des Nations Unies du 9 décembre 1948 à Paris. La Convention, qui est entrée en vigueur le 12 janvier 1951, établit le statut juridique international du concept de «génocide» en tant que crime le plus grave contre l'humanité et précise également sa définition juridique.

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   ONU   génocide