La Turquie critique la politique "zéro migrant" de la Grèce

  21 Novembre 2019    Lu: 669
La Turquie critique la politique "zéro migrant" de la Grèce

La Turquie a appelé le gouvernement grec à cesser de repousser les migrants vers la Turquie de manière contradictoire avec le droit international, d'avoir recours aux armes et d'appliquer un traitement inhumain à leur encontre.

Le porte-parole de la diplomatie turque, Hami Aksoy, s'est ainsi exprimé, jeudi, en réaction aux propos sur la Turquie du premier-ministre grec, Kyriakos Mitsotakis.

Aksoy a qualifié les propos de Mitsotakis de "regrettables et sans fondements" avan de souligner, "il s'agit du dernier exemple des efforts déployés par la Grèce visant à manipuler l'opinion publique en falsifiant la réalité"

"Les mesures préventives adoptées par la Turquie ont permis de diminuer jusqu'à 94% les traversées illégales par rapport à la crise migratoire de 2015 où les traversées illégales vers l'Europe avaient atteint les 850 milles", a-t-il déclaré.

Aksoy a qualifié "d'inhumain" la non-reconnaissance des droits des migrants et l'application d'une politique "zéro migrant" par la Grèce et les pays se trouvant sur les itinéraires migratoires.

"La Grèce et les pays subissant les vagues migratoires doivent d'abord mettre en oeuvre des efforts pour éliminer les causes des migrations dans les pays sources", a-t-il souligné.

Aksoy a invité la Grèce à collaborer avec la Turquie sur ce sujet afin d'obtenir des résultats plus probants au lieu de mener des propagandes à son encontre.

"Nous appelons le gouvernement grec à améliorer les conditions inhumaines appliquées aux migrants accueillis dans le pays, à empêcher la mort des migrants, de leurs enfants et nourrissons en raison d'une non assistance, à ne pas oublier les droits et libertés reconnus à ces personnes par le droit international, à cesser de les repousser de manière contradictoire avec le droit international, à ne pas avoir recours aux armes et à ne pas leur faire subir un traitement inhumain, à respecter les croyances des migrants et les valeurs communes de l'humanité et de l'Europe", a-t-il conclu. (AA)


Tags: