Afrique du Sud: un archevêque attaqué dans une église accueillant des étrangers

  15 Novembre 2019    Lu: 393
Afrique du Sud: un archevêque attaqué dans une église accueillant des étrangers

Un archevêque anglican sud-africain figure parmi les blessés de violentes échauffourées qui ont éclaté vendredi dans une église du Cap où des centaines de ressortissants étrangers ont été hébergés, ont déclaré des responsables de l'église et des droits de l'homme.

Thabo Makgoba, archevêque de Cape Town, faisait partie d'un groupe d'ecclésiastiques et de responsables des droits de l'homme qui tentaient de s'adresser aux étrangers, dont beaucoup affirment être des demandeurs d'asile, exigeant d'être transférés d'Afrique du Sud vers un pays plus accueillant pour les réfugiés. Plus de 200 personnes occupent l'église méthodiste Greenmarket Square au Cap après avoir été expulsés par la police il y a deux semaines des bureaux du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), où elles avaient organisé un sit-in.

Le pasteur Alan Storey a déclaré avoir demandé à ces ressortissants étrangers de commencer à quitter l'église «complètement surpeuplée» et qui n'offre pas «un environnement sûr» car si «un incendie se déclarait des personnes pourraient mourir». Mais la situation s'est dégradée lorsqu'il a passé le micro à un membre du clergé congolais, dont l'identité n'a pas été immédiatement établie, mais qui faisait partie d'une délégation venue s'adresser à la foule.

Il a été accueilli par des hurlements avant qu'une femme ne monte sur scène, ne s'empare de force du micro, fasse un signe à la foule avant de le gifler et le frapper. «L'un des leaders s'est dirigé vers lui et l'a frappé avant de commencer à se battre avec lui, puis les autres sont venus vers nous», a déclaré à l'AFP Chris Nissen, haut responsable de la Commission des droits de l'homme d'Afrique du Sud. «Toute la délégation a été attaquée», a déclaré le pasteur Storey. «Attaquer l'archevêque est non seulement criminel, mais aussi irrespectueux et ingrat», a ajouté Chris Nissen, également blessé au cours des violences. Principalement originaires d'autres pays africains, ces étrangers disent en avoir assez de mauvais traitements et discriminations et veulent être transférés dans un autre pays.

L'Afrique du Sud abrite 268.000 réfugiés et demandeurs d'asile, selon des chiffres du gouvernement. Ils sont principalement originaires de Somalie, Ethiopie, Zimbabwe et de la République démocratique du Congo. Le pays s'enorgueillit d'avoir une des politiques d'asile parmi les plus progressistes au monde, permettant aux étrangers de demander le statut de réfugié dans le pays même et de travailler pendant le processus. Mais peu y obtiennent finalement le statut de réfugié. L'Afrique du Sud, économie la plus industrialisée du continent, attire également des migrants en quête de meilleures perspectives d'emploi, ce qui a provoqué à plusieurs reprises de violents réactions de xénophobie. (AFP)


Tags: