Le Royaume-Uni : croissance la «plus faible en une décennie», au troisième trimestre

  11 Novembre 2019    Lu: 500
 Le Royaume-Uni :  croissance la «plus faible en une décennie», au troisième trimestre

Le PIB a grimpé de 0,3% sur la période, chiffre inférieur aux prévisions, en raison notamment du ralentissement économique mondial et des inquiétudes liées au Brexit.

La croissance de l'économie britannique a ralenti plus que prévu au troisième trimestre pour tomber, en rythme annuel, à son plus bas niveau depuis près de dix ans, le ralentissement économique mondial et les inquiétudes liées au Brexit ayant affecté les investissements des entreprises et le secteur manufacturier.

La croissance annuelle du PIB est ressortie à 1,0% contre 1,3% au deuxième trimestre et 1,1% anticipé par les économistes interrogés par Reuters, a annoncé l'Office national de la statistique (ONS) vendredi. Il s'agit du chiffre le plus faible depuis le premier trimestre 2010.

Ce ralentissement reflète un rebond moins fort que prévu de la croissance trimestrielle du PIB après la contraction du deuxième trimestre, contre-coup du mouvement de stockage massif des entreprises en prévision de la sortie du pays de l'Union européenne censée initialement intervenir en mars.

Le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 0,3% sur la période juillet-septembre, un chiffre inférieur au 0,4% attendu par la Banque d'Angleterre (BoE) et par le consensus. La BoE a relevé la semaine dernière sa prévision de croissance pour l'ensemble de cette année à 1,4% contre 1,3%, en anticipation d'un rebond de la croissance au troisième trimestre.

«Avec l'élection (législative anticipée) dans cinq semaines seulement, ce n'est clairement pas la bonne nouvelle que le gouvernement espérait peut-être», d'autant que l'activité devrait rester faible au quatrième trimestre, remarque la maison de recherche Capital Economics.

«Si l'économie a évité la récession au troisième trimestre, il est clair qu'elle est anémique. Les chiffres du PIB montrent que l'économie n'a pas regagné beaucoup de traction après la contraction du deuxième trimestre», ajoute-t-elle.

Le Figaro


Tags: Royaume-Uni    Brexit   PIB