Europacity : Emmanuel Macron décide d'abandonner le projet

  07 Novembre 2019    Lu: 270
  Europacity :   Emmanuel Macron décide d

JACQUES DEMARTHON / AFP

Le chef de l'État estime que ce projet de mégacomplexe, qui devait voir le jour dans le Val-d'Oise, est «daté et dépassé». Il veut désormais réfléchir à un «projet alternatif».

Clap de fin pour Europacity. Ce jeudi, l'Élysée a annoncé l'abandon définitif du projet qui devait voir le jour sur le triangle de Gonesse, dans le nord de Paris, porté par Ceetrus et le chinois Wanda. Cet investissement estimé à plus de trois milliards d'euros visait à devenir «la future destination de loisirs du grand Paris», mais restait fortement controversée. Des opposants pointaient notamment le coût écologique du projet et le qualifiaient de «méga centre commercial» fondé sur une logique consumériste datée.

Emmanuel Macron a décidé d'abandonner le projet de mégacomplexe Europacity au nord de Paris, qu'il juge «daté et dépassé». Le chef de l'État souhaite désormais «réfléchir à un projet alternatif plus vaste que le triangle de Gonesse», a annoncé l'Élysée jeudi, confirmant une information du journal Le Monde.

Le projet était largement soutenu par les élus locaux, et notamment le maire de Gonesse. Plusieurs acteurs publics défendaient son impact économique, les créations d'emplois qu'il allait susciter, ainsi que le regain d'attractivité qu'il allait entraîner pour un territoire en difficulté. Pour autant, le gouvernement restait prudent sur ce dossier : en septembre, la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne, avait reçu tous les acteurs du dossier pour «bien comprendre les positions des uns et des autres» et forger son opinion sur le sujet.

Le groupe Europacity avait largement revu sa copie, ces dernières années, afin de répondre aux critiques formulées par ses détracteurs. Il s'était engagé, en octobre, à accomplir une «triple transition à impacts positifs, à la fois écologique, économique et solidaire». Peine perdue : les opposants n'avaient pas été convaincus par les transformations et avaient organisé une «marche citoyenne» de Gonesse à Matignon, pour alerter le chef du gouvernement. «Leur modèle est totalement obsolète [...] Ce grand centre commercial d’EuropaCity est une caricature des plus dangereuses dans la conception de l’aménagement du territoire», s’était ainsi exclamée l’élue (LFI) de Paris Danielle Simonnet.

Le président de la république s'est finalement rangé de leur côté. L'enjeu était important : les opposants menaçaient notamment de mettre en place une «zad» sur place. «Rien ne dit qu’elle serait sur le même modèle que Notre-Dame-des-Landes, mais il faut suspendre au plus vite le chantier de la gare du Triangle de Gonesse», sous peine de voir la contestation s’amplifier, prévenait le chef du collectif Non à Europacity, Bernard Loup.

Le Figaro


Tags: France   Europacity