Brexit: Boris Johnson veut un «thatchérisme sous stéroïdes», selon Jeremy Corbyn

  05 Novembre 2019    Lu: 878
Brexit: Boris Johnson veut un «thatchérisme sous stéroïdes», selon Jeremy Corbyn

Le premier ministre britannique Boris Johnson cherche à tirer parti du Brexit pour imposer un «thatchérisme sous stéroïdes», a affirmé mardi Jeremy Corbyn, chef de file du Parti travailliste.

Les Britanniques sont appelés aux urnes le 12 décembre pour des législatives anticipées qui pourraient changer totalement la donne, aussi bien en ce qui concerne la sortie de l'Union européenne que les orientations politiques de la cinquième puissance économique mondiale. Les conservateurs disposent d'une avance confortable dans les intentions de vote, mais les divisions internes liées au Brexit pourraient leur coûter cher et favoriser le Labour.

«Ce que veulent Boris Johnson et les conservateurs, c'est détourner le Brexit pour imposer un thatchérisme sous stéroïdes», a déclaré Jeremy Corbyn, évoquant la politique ultralibérale que Margaret Thatcher a mise en oeuvre dans les années 80, lors d'un rassemblement électoral à Harlow, dans les faubourgs du nord-est de Londres. «Voter pour les conservateurs de Johnson, c'est vendre notre NHS à Trump», a-t-il poursuivi, accusant le chef du gouvernement sortant de vouloir céder une partie du Système de santé national aux laboratoires pharmaceutiques américains, dans le cadre d'un accord commercial avec les Etats-Unis censé compenser le retrait du Marché unique. «Ils veulent un nivellement par le bas des réglementations et des protections. Ils veulent nous amener à un modèle économique encore plus libéral que celui des Etats-Unis», a insisté le dirigeant travailliste.

Boris Johnson a assuré à plusieurs reprises que le NHS ne ferait pas partie des négociations commerciales avec les Etats-Unis. Les allégations de Jeremy Corbyn sont «les plus ridicules que j'ai entendues en 52 ans d'existence», a réagi Michael Gove, l'un des ténors du gouvernement sortant. Jeremy Corbyn a jusqu'ici résisté aux pressions de certains de ses lieutenants qui veulent le voir opter clairement pour le maintien au sein de l'Union européenne.

«Les gens m'accusent parfois de m'adresser aux deux camps dans le débat sur le Brexit (...) Vous savez quoi ? Ils ont raison. Pourquoi voudrais-je parler uniquement à une moitié du pays ?» s'est-il interrogé mardi. Le chef de file de l'opposition propose de renégocier l'accord conclu fin octobre pour conserver des liens économiques étroits avec les «27» et mieux garantir les droits des salariés, Il le ferait ensuite approuver dans le cadre d'un nouveau référendum. Six mois seraient selon lui suffisants pour «régler le Brexit».

Reuters


Tags: Brexit   BorisJohnson   Corbyn