Pyongyang qualifie de succès l'essai d'un «lance-roquettes multiple»

  01 Novembre 2019    Lu: 441
Pyongyang qualifie de succès l

L'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA a qualifié de succès vendredi le nouvel essai d'un lance-roquettes multiple de très grande taille mené la veille, un test qui a suscité des protestations du Japon et des Etats-Unis. Le terme de «roquette» est généralement utilisé par les Coréens pour caractériser des missiles balistiques de courte portée.

En Chine, l'un des rares alliés de la Corée du Nord, le ministère des Affaires étrangères a exhorté toutes les parties à trouver une solution après ce dernier essai, un porte-parole ajoutant lors d'un point de presse que la situation dans la péninsule coréenne avait atteint un point critique. Le succès de cet essai, qui intervient après des tests de la même arme en août et en septembre, a été salué par Kim Jong-un, a poursuivi KCNA, qui a laissé entendre que le dirigeant nord-coréen n'était pas présent sur site, contrairement aux deux précédents essais.

L'essai mené jeudi est le premier depuis l'échec de discussions, le 5 octobre en Suède, entre les Etats-Unis et la Corée du Nord sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Le porte-parole du gouvernement japonais Yoshihide Suga a estimé que cet essai, qu'il a décrit comme un tir de missile, était «extrêmement regrettable» et qu'il allait à l'encontre des résolutions des Nations Unies.

La Corée du Sud temporise

Le sénateur américain, Cory Gardner, un élu républicain qui préside la sous-commission des Affaires étrangères du Sénat consacrée à l'Asie de l'Est, au Pacifique et à la politique de cybersécurité internationale, a déclaré que la Corée du Nord était «de plus en plus engagée dans un comportement d'escalade des tensions». «Ce tir et la poursuite de l'agression nord-coréenne soulignent la nécessité pour l'administration Trump de se réengager dans une politique de pression maximale», déclare-t-il dans un communiqué.

Cependant, le conseiller à la sécurité nationale de la Corée du Sud Chung Eui-yong a estimé que les tirs de missile du Nord ne posaient pas «de menaces très graves». «Nous testons également des missiles, pas moins que la Corée du Nord. Nos missiles de défense et nos capacités d'interception sont biens supérieurs aux leurs», a-t-il ajouté. (Reuters)


Tags: Pyongyang   CoréeduSud