Mort de Sadako Ogata, ancienne Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés

  29 Octobre 2019    Lu: 469
Mort de Sadako Ogata, ancienne Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés

La Japonaise Sadako Ogata, ancienne Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés (HCR) de 1991 à 2000, est morte le 22 octobre à l'âge de 92 ans, a annoncé mardi 29 octobre l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA) sur son site.

À lire aussi : Libye: un centre de réfugiés du HCR «surpeuplé» faute de pays d'accueil
Durant son mandat à la tête du HCR, Sadako Ogata avait supervisé des opérations d'urgence de grande envergure pour les Kurdes dans le nord de l'Irak après la première Guerre du Golfe, puis en ex-Yougoslavie (Bosnie-Herzégovine, Kosovo) ainsi qu'au Rwanda notamment. Du fait de cette intense activité, «le budget et les effectifs du HCR ont plus que doublé pendant son mandat», souligne le Haut commissariat sur son site. Seule femme à ce jour à avoir dirigé cette institution, Sadako Ogata «a mis en lumière les liens entre réfugiés et sécurité internationale», ce qui a «renforcé de ce fait les relations du HCR avec le Conseil de sécurité de l'ONU», toujours selon l'organisme onusien.

Se rendant souvent elle-même sur les nombreux terrains d'opération du HCR, elle était connue pour défendre avec passion les droits des réfugiés. «J'ai vu de mes propres yeux le désespoir dans le regard de gens qui avaient tout perdu, dont les êtres chers avaient été tués, dont les maisons et moyens de subsistance avaient été détruits et qui avaient été obligés de fuir au milieu de la nuit, avec seulement leurs vêtements sur eux», avait-elle déclaré dans un discours en 2000. «Mais j'ai aussi vu le courage et la résilience de tant de gens qui avaient tout perdu, sauf l'espoir. Les réfugiés sont les grands survivants de notre temps et ils méritent notre respect et notre solidarité», avait-elle ajouté.

Sadako Ogata, personnalité qui a marqué les esprits à l'étranger, était aussi très respectée au Japon en tant que rare représentante du pays à avoir eu des responsabilités de premier plan au niveau international. «C'était une leader visionnaire qui a piloté le HCR à travers l'une des décennies les plus mouvementées de son histoire» a commenté l'actuel Haut Commissaire aux réfugiés Filippo Grandi dans un communiqué publié sur le site de l'institution. Elle a contribué à «redéfinir l'action humanitaire dans un paysage géopolitique qui évoluait très vite» au lendemain de la Guerre froide, a-t-il ajouté. Le ministre japonais des Affaires étrangères, Toshimitsu Motegi, a aussi loué mardi l'«excellent leadership» dont Sadako Ogata avait fait preuve «en première ligne d'enjeux mondiaux, comme les réfugiés, la pauvreté et les conflits».

Née à Tokyo en 1927 dans une prestigieuse famille de politiciens nippons, elle avait grandi aux Etats-Unis et en Chine, où son père était diplomate. Après des études à la fois au Japon et aux Etats-Unis, elle avait d'abord mené une carrière universitaire, avant d'assumer des fonctions aux Nations Unies à partir des années 1970, dont la présidence du Comité exécutif de l'Unicef en 1978-79. Elle avait aussi dirigé l'Agence japonaise de coopération internationale JICA de 2003 à 2012. (AFP)


Tags: ONU   réfugiés