L'Azerbaïdjan envoie une note de protestation à la France

  28 Octobre 2019    Lu: 978
 L

Lundi 28 octobre 2019, l'ambassadeur de la République française en République d'Azerbaïdjan, Zacharie Gross, a été invité au ministère des Affaires étrangères et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Khalaf Khalafov.

Lors de la réunion, une note de protestation concernant la visite du président du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes de la République française, Laurent Wauquiez, la semaine dernière à Erevan, où il a signé la «déclaration conjointe» avec Masis Mayilian, le «ministre des affaires étrangères» du soi-disant régime établi dans les territoires de l'Azerbaïdjan occupés par l'Arménie, a été présentée à l'ambassadeur de France.

Comme il est souligné dans la note, les appels reflétés dans la «déclaration» sapent le processus de négociation en vue du règlement du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabakh et expriment le soutien à l'approche adoptée par l'Arménie envahissante pour modifier son format.

La signature d'une telle «déclaration conjointe» dans le contexte de la dénonciation par les juridictions administratives de la République française d'un certain nombre d'«accords» illégaux similaires conclus entre les autorités municipales et régionales de la France et les «autorités» dans les territoires azerbaïdjanais occupés, ont notamment lieu à la suite des efforts provocateurs du lobby arménien en France.

Nous rappelons que de tels «documents» illégaux signés par les autorités locales françaises avec le soi-disant régime sont contraires à la législation nationale de l'Azerbaïdjan et de la France, en particulier à l'article 73 de la Constitution française, aux dispositions du «Code général des collectivités territoriales» et de la circulaire signée le 24 mai 2018 par les ministres de l'Intérieur et de l'Europe et des Affaires étrangères.

La position ferme de la partie azerbaïdjanaise selon laquelle la poursuite de la signature de tels «documents» illégaux par les autorités locales et régionales en France, l'un des principaux membres de l'UE et coprésident du Groupe de Minsk de l'OSCE, occulterait le rôle méditatif impartial de ce pays et constituerait un exemple négatif pour les autres États membres de l’UE a été vivement portée à l’attention du diplomate français.

L'attention de l'ambassadeur de France a été attirée sur ces tendances indésirables et il a été prié de soulever cette question devant le ministère des affaires étrangères de son pays et de fournir à l'Azerbaïdjan des explications appropriées.

L’Ambassadeur de France, Z. Gross, a pour sa part déclaré que de telles déclarations des autorités locales et municipales n’avaient aucune force juridique et ne reflétaient pas la position du gouvernement français. Il a souligné que la position de la France sur le règlement du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabakh était fondée sur des principes et n'avait pas changé. L’Ambassadeur de France a ajouté que le programme de la visite de L. Wauquiez à Erevan n’était pas soutenu par le gouvernement français et que sa rencontre avec un représentant du soi-disant régime s’était déroulée à l’issue de la partie officielle de la visite, et l’ambassadeur de France à Erevan n’avait pas assisté à cette réunion.

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   France   Karabakh