Cavusoglu : "l'opération Source de Paix a été un tournant pour l'avenir de la Syrie"

  23 Octobre 2019    Lu: 488
  Cavusoglu : "l

"L'opération Source de Paix a été un tournant pour l'avenir de la Syrie", a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu.

Le chef de la diplomatie turque a été invité à la Table des Éditeurs de l'Agence Anadolu, mercredi.

Il a qualifié de "réussite politique" les accords que la Turquie a conclus avec les États-Unis et la Russie, concernant la question syrienne, en l'espace de cinq jours.

"Les deux plus grands pays du monde ont reconnu la légitimité de l'opération Source de Paix, a-t-il affirmé. Cette opération a été un tournant pour l'avenir de la Syrie."

Cavusoglu a précisé que les éléments terroristes sortiront de la région en question, dans un délai de 150 heures.

"Au bout de ce délai, à 10 km de profondeur des frontières, les troupes turques et russes lanceront les patrouilles conjointes, a-t-il expliqué. Cela est important pour empêcher les infiltrations terroristes à nos frontières. La distance de 30 km est importante aussi, car c'est la portée des roquettes par lesquelles ils nous ciblent. Si nous repérons des éléments terroristes dans la zone de l'opération Source de Paix, nous les neutraliserons."

Cavusoglu a ajouté que, dans l'objectif d'éviter de confronter les forces du régime, les patrouilles ne seront pas effectuées dans la ville de Qamishli.

"Mais cela ne signifie pas que le YPG ne se retirera pas de cette région, a-t-il indiqué. Après l'opération Rameau d'olivier, certains éléments du YPG sont restés dans la région de Tall Rifat. Suivant l'accord turco-russe, le YPG quittera également cette région."

Le ministre a fait remarquer que "les efforts de la Turquie ont empêché les terroristes de créer 'un État' dans le nord de la Syrie".

Il a insisté qu'il n'est aucunement question d'un retrait des Kurdes de la région.

"Ce sont les terroristes qui se retireront, a-t-il dit. Les Arabes sont majoritaires dans le nord de la Syrie. Ils assureront la gestion. S'il y a des Kurdes, ils y seront également associés. Ainsi, la manipulation démographique prendra fin dans cette région."

Cavusoglu a rappelé que le mémorandum d'Adana de 1998, empêche l'émergence des organisations terroristes.

"Si la Syrie ne peut pas empêcher cela, la Turquie fera le nécessaire toute seule, a-t-il lancé. Nous n'avons pas de contact direct avec le régime [syrien]. Même s'il le voulait, le régime syrien n'aurait pas les moyens d'appliquer le mémorandum d'Adana. […] Ainsi, la Russie a le rôle de faciliter les choses ici."

AA


Tags: Turquie   Syrie   SourcedePaix