Erdogan: “Nous ne nous assiérons jamais à table avec les terroristes"

  21 Octobre 2019    Lu: 814
 Erdogan: “Nous ne nous assiérons jamais à table avec les terroristes"

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a réitéré que son pays ne s'assiéra jamais à la table avec les terroristes, en référence aux derniers développements dans le nord de la Syrie.

Erdogan s’exprimait, lundi, lors du Forum TRT World 2019, au centre des Congrès d’Istanbul.

A l’occasion de la troisième édition du Forum, intitulé “crise de la mondialisation: les risques et opportunités”, des politiciens, académiciens et leaders d’opinion des quatre coins du monde sont arrivés à Istanbul.

“J’estime qu’il est réellement important de pouvoir se réunir, discuter, échanger et développer des propositions de solution aux questions en cette période où des crises sont vécues à l’échelle mondiale. L’instauration de la démocratie et de la justice passe par la mise en place d’un climat favorable aux discussions en réunissant les différents points de vue dans le monde”, a-t-il déclaré.

Le Président turc a fait remarquer que certains invités, qui avaient précédemment validé leur participation au Forum, l’ont retiré en prétextant l’opération Source de Paix.

"Je pense que ceux qui ont refusé de prononcer un discours pour protester contre l'opération Source de Paix, lancé par la Turquie pour nettoyer la zone de la présence terroriste, n'ont pas digéré la démocratie et j'estime qu’ils soutiennent les groupes terroristes", a-t-il lancé.

"Cette attitude est en désaccord avec les valeurs démocratiques et éthiques”, a-t-il souligné.

Erdogan a ensuite affirmé que la liberté n’est pas une faveur faite par d’autres mais une valeur méritée, pour laquelle une lutte est donnée et qui doit être préservée avec une ferme détermination.

"Il ressort que les Etats formés avec des frontières tracées à la règle autour d'une table et non par le sang et la sueur ne pourront jamais devenir de vrais Etats",a-t-il indiqué.

“La différence de la Turquie avec les autres Etats de la région repose ici. Nous avons payé le prix des choses que nous possédons et nous continuons de payer”, a-t-il dit.

Erdogan a cependant tenu à préciser: “La Turquie n'a de prétention sur les territoires, les libertés et les intérêts d'aucun peuple[…].Tout le monde peut être présent en Syrie, en Irak, en Afghanistan, en Libye, en Afrique et dans les Balkans avec des intentions différentes, mais la Turquie y est seulement en raison du destin commun qu'elle partage avec ses frères. C'est une chose que ne pourrons jamais comprendre ceux qui estiment de valeur égale une goutte de pétrole et une goutte de sang”

“Nous continuerons, sans faire de distinction, de qualifier un tyran de tyran, un terroriste de terroriste, une injustice d'injustice et une oppression d'oppression", a-t-il ajouté.

Affirmant qu’au cours des 17-18 années au pouvoir, ils ne se sont jamais, en tant que Turquie, assis à table avec les groupes terroristes, Erdogan a souligné: “nous ne nous y assiérons jamais."

Par ailleurs, Erdogan a averti: "Ceux qui pensent que les problèmes liés au terrorisme et aux réfugiés resteront éternellement limités à la Turquie se trompent profondément."

Le chef d’Etat a ensuite critiqué les pays occidentaux et l’OTAN "qui se sont placés aux côtés des terroristes et ont attaqué tous ensemble la Turquie".

"N'étiez-vous pas contre le terrorisme? Depuis quand avez-vous commencé à agir avec le terrorisme. Est-ce que ces organisations terroristes PYD, YPG sont devenues membres de l’OTAN sans que l'on soit au courant?", a-t-il fustigé.

Erdogan a affirmé que la Turquie s’efforce de remplir ses responsabilités dans les quatre coins du monde, et non pas seulement dans la région.

“C’est pour cela que nous sommes en Syrie. De la même manière, c’est pour cela que nous sommes dans tous les coins de notre précieuse géographie, allant des Balkans à l’Asie du Sud, de l’Afrique à l’Amérique du Sud[…]. C’est pour cela que nous invitons à restructurer les institutions locomotives du système mondial, dont les Nations Unies en priorité. Nous demandons pour l’ensemble de l’Humanité ce que nous demandons pour nous-mêmes. Car nous sommes la Turquie”, a-t-il dit.

Rappelant la suspension de l’opération Source de Paix pour 120 heures, Erdogan a conclu: “Une grande partie de ces 120 heures s’est écoulée. Nous allons nous rendre en Russie demain, à Sotchi. Nous allons discuter de ce processus avec M. Poutine et après nous entreprendrons les démarches nécessaires."

AA


Tags: Turquie   Syrie   PKK