Ilham Aliyev fait taire Pashinian lors de la réunion de la CEI

  12 Octobre 2019    Lu: 1345
 Ilham Aliyev fait taire Pashinian lors de la réunion de la CEI

Le Conseil des chefs d’Etat de la CEI s’est réuni le 11 octobre à Achgabat, au Turkménistan. L’une des questions figurant à l’ordre du jour était l’appel des chefs d’État aux peuples de la CEI et à la communauté mondiale à l’occasion du 75e anniversaire de la victoire de la Grande guerre patriotique.

Lors de son discours, le président de la République d'Azerbaïdjan, Ilham Aliyev, a déclaré que plus de 600 000 fils et filles de l'Azerbaïdjan s'étaient battus sur les lignes de front de la Grande Guerre patriotique et que la moitié d'entre eux étaient morts pour notre victoire commune. Pour la bravoure manifestée pendant la guerre, plus de 130 Azerbaïdjanais ont reçu le titre de héros de l'Union soviétique et plus de 170 000 soldats et officiers ont reçu divers ordres et médailles. L'Azerbaïdjan fournissait du carburant à l'ensemble du pays. Notre pays a fourni plus de 70% du pétrole, 80% du gaz et 90% de l'huile de moteur, ce qui était très important pour le front. Sans cela, l'armée soviétique n'aurait pas pu vaincre l'ennemi.

Il y a des images militaires célèbres où on voit Hitler avec un gâteau. Sur ce gâteau, il y a un trou remplie de chocolat noir fondu et les noms de la mer Caspienne et de Bakou sont écrits en allemand. On voit Hitler prendre du chocolat avec une cuillère et le verser sur le gâteau, puis placer un morceau de chocolat en forme de croix gammée sur Bakou. Cela souligne les projets des nazis de s'emparer des gisements de pétrole d'Azerbaïdjan, ainsi que, comme nous le savons tous, de s'emparer des gisements de pétrole du Caucase du Nord. Et si les nazis avaient réussi à s'emparer de Bakou, l'armée soviétique se serait retrouvée sans le carburant nécessaire à la victoire.

Nous, chefs d'État, nous sommes à plusieurs reprises opposés à la glorification des nazis. Malheureusement, cela se produit dans la CEI, notamment en Arménie, où les anciennes autorités ont érigé un monument au bourreau et traître fasciste, Garegin Ter-Harutyunyan, au centre d’Erevan, qui collaborait avec les fascistes allemands sous le nom de Garegin Nzhdeh. Un groupe important d'anciens combattants des pays de la CEI ont exprimé à plusieurs reprises leur ferme protestation contre cette démarche cynique de la précédente direction arménienne. En mai 2019, le ministère russe des Affaires étrangères a présenté un rapport intitulé «Situation sur la glorification du nazisme, la propagation du néo-nazisme et d'autres pratiques qui contribuent à l'escalade des formes modernes de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l'intolérance». Selon le rapport, «L'ancien parti républicain au pouvoir en Arménie a pris des mesures pour perpétuer le souvenir d'un politicien nationaliste aussi ambigu que celui de Garegin Nzhdeh, pour qu'il existe des informations sur sa collaboration avec le Troisième Reich». C'est la position du ministère russe des Affaires étrangères.

L'article «Les activités de contre-espionnage militaire au cours de la dernière période de la guerre» dans le 6e volume intitulé «Guerre secrète, renseignements et contre-espionnage pendant la Grande guerre patriotique» de l'encyclopédie en 12 volumes «La grande guerre patriotique de 1941-1945», publié par le comité de rédaction principal du ministère de la Défense de la Fédération de Russie, présidé par le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, stipule: «Dans le cadre d'un dossier de renseignements concernant le 114e groupe Dromedar, des agents du contre-espionnage ont identifié et arrêté l'ancien général de l'armée de Dashnak et l'émigrant Ter-Harutyunyan, qui avait collaboré avec des Allemands sous le nom de Nzhdeh. Au cours de la Grande Guerre patriotique, il recruta plus de 30 agents de nationalité arménienne en Bulgarie, participa à leur formation et à leur transfert à l'arrière de l'Armée rouge pour des actes de sabotage. SMERSH a arrêté 17 saboteurs et mis les autres sur la liste des personnes recherchées. Nzhdeh a également participé à l'Holocauste de la population juive d'Europe. En 1942, il organisa la légion arménienne qui combattit l'Union soviétique. En fait, le slogan principal de Nzhdeh était «Celui qui meurt pour l’Allemagne meurt pour l’Arménie». Aucun commentaire! Nzhdeh a été arrêté et a terminé ses jours dans la prison de Vladimir. Un monument de près de 6 mètres de haut a été érigé en 2016 pour ce traître et bourreau au centre de la capitale arménienne. Malheureusement, le nouveau gouvernement arménien n'a pas démantelé ce monument. Je crois qu'il n'y a pas de place pour la glorification du fascisme dans la CEI.

Le premier ministre de l'Arménie, Nikol Pashinian, a fait une tentative infructueuse de répondre aux arguments raisonnés du Président de l'Azerbaïdjan. Il a dit:

«Garegin Nzhdeh a lutté contre l'occupation turque de l'Arménie, contre le génocide arménien organisé par les Turcs, et la réalité est que Garegin Nzhdeh, aux côtés d'un très grand nombre d'officiers russes, a dirigé une très importante partie du front au cours de la guerre arméno-turque en 1918. Je tiens à souligner à nouveau qu'il est extrêmement important que nous connaissions une évaluation objective de l'histoire. On dit que Garegin Nzhdeh est mort dans la prison de Vladimir. De nombreux dirigeants soviétiques sont morts dans la prison de Vladimir. Soljenitsyne était dans le Goulag. Considérons-nous tous ceux qui ont été condamnés entre 1937 et 1950 comme des ennemis du peuple? Si oui, de nombreuses personnalités ont été reconnues coupables et ont mis fin à leurs jours en prison. Mais cela ne signifie pas que nous devrions considérer cela comme un fait. J’estime qu’il est inapproprié d’utiliser ce format pour déformer l’histoire et l'escalade de la tension lors de cette réunion assez importante.»

Le discours du Premier ministre arménien Nikol Pashinian devait être suivi de celui du président biélorusse Alexandre Loukachenko. Le président Ilham Aliyev, demandant l'autorisation du président de Biélorussie, a répondu au discours de Nikol Pashinian avec des faits précis:

«Je suis obligé de faire un commentaire parce que le Premier ministre arménien a parlé de moi, alors que je ne parlais pas du Premier ministre arménien et en particulier du peuple arménien dans mon discours. Je crois que le peuple arménien, qui, comme les autres peuples de l'Union soviétique, a grandement contribué à notre victoire commune, doit tout d'abord se débarrasser de cette tache qui avait été appliquée sur le pays par ses dirigeants précédents. Si le premier ministre m'a écouté attentivement, il l'a probablement aussi compris. Je pense également qu'il est totalement inacceptable de comparer les prisonniers du Goulag et d'autres camps soumis à la répression avec des criminels nazis. J'ai justifié mon discours par des citations pour une raison: on peut les trouver dans les bibliothèques et sur Internet. Une citation datant de mai 2019 du ministère des Affaires étrangères de la Russie et une citation d'une publication de 12 volumes du ministre de la Défense russe Choïgou ont clairement indiqué quel genre de figure il était. Et aussi sa propre citation, aussi dégoûtante que cela puisse paraître - je le répète: «Celui qui meurt pour l’Allemagne meurt pour l’Arménie». Cela a été dit pendant les années de la Seconde guerre mondiale. Par conséquent, j'estime que le nouveau gouvernement, qui se présente comme élu démocratiquement, devrait tout d'abord se débarrasser de cette tache, de cette honte et démanteler ce monument. En ce qui concerne le fait que j'ai manqué de respect envers les chefs d'État, je pense que notre réunion n'a probablement jamais entendu une thèse aussi absurde.»








Azvision.az


Tags: CEI   IlhamAliyev