Pour le guide iranien, l'arme atomique est une «menace pour l'humanité»

  09 Octobre 2019    Lu: 658
Pour le guide iranien, l

La bombe atomique est «une menace pour l'humanité», a déclaré mercredi à Téhéran l'ayatollah Ali Khamenei, rappelant sa position selon laquelle la fabrication et l'usage de l'arme nucléaire sont contraires à l'enseignement de l'islam.

«Bien que nous aurions pu le faire, nous avons dit résolument et courageusement, conformément aux préceptes de l'islam, que nous ne nous engagerions pas sur cette voie» (celle des armes nucléaires), a déclaré le guide suprême iranien, à l'occasion d'un discours devant des scientifiques iraniens.

«Tant la construction que l'accumulation (de telles armes) est mauvaise, de même que (leur) utilisation est haram (interdite par l'islam, ndlr), absolument haram», a-t-il dit, selon un extrait vidéo de son allocution diffusée via son compte Twitter officiel.

«Aujourd'hui, la bombe atomique reste une menace pour le monde et pour l'humanité vu qu'un jour cette menace a été mise à exécution», a dit Ali Khamenei, dans une allusion à l'emploi de l'arme nucléaire par les Etats-Unis contre le Japon à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le guide suprême iranien a répété à plusieurs reprises depuis 2006 que l'Iran n'a nul besoin de la bombe atomique, qu'il ne cherche pas à l'obtenir, et que les armes de destruction massive en général, et l'arme nucléaire en particulier, sont contraires à l'enseignement de l'islam. Ali Khamenei plaide en revanche régulièrement pour le droit de l'Iran au nucléaire civil.

L'Iran a été soupçonné pendant des années par la communauté internationale, Occidentaux en tête, de chercher à se doter de l'arme nucléaire.

En 2015, l'accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne entre Téhéran et le groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne) a permis à la République islamique d'obtenir un allègement des sanctions internationales la visant, en échange d'une réduction drastique de son programme nucléaire destinée à garantir que celui-ci est à visée exclusivement civile.

Les Etats-Unis sont sortis unilatéralement de cet accord en 2018 avant de réimposer des sanctions économiques contre l'Iran. En riposte, Téhéran a commencé depuis mai à revenir sur plusieurs de ses engagements pris à Vienne.

AFP


Tags: Iran   armeatomique