Terreur informatique:  Comment des Arméniens ont fait revivre la tradition fasciste...

  05 Octobre 2019    Lu: 839
  Terreur informatique:   Comment des Arméniens ont fait revivre la tradition fasciste...

Cette semaine, le Qarabag a fait face à une provocation lors d'un match de la phase de groupes de la Ligue Europa avec Dudelange au Luxembourg. En fait, cette provocation visait l’Azerbaïdjan et non le club. Après le deuxième but de nos footballeurs, à la 31e minute du match, un drone auquel était accroché le "drapeau" du régime criminel au Karabakh a survolé la pelouse du stade Josy-Barthel.

Bien sûr, nos joueurs ont protesté contre cette provocation, le match a été arrêté. La partie azerbaïdjanaise a réagi à l'incident. Notre ambassadeur accrédité au Luxembourg a été invité à contacter le ministère des Affaires étrangères du pays pour s'assurer que les responsables de la provocation soient retrouvés et traduits en justice.

La direction du club de Dudelange et le ministre des Sports luxembourgeois ont déjà présenté leurs excuses à l'Azerbaïdjan pour cette provocation et ont affirmé que l'affaire a faisait l'objet d'une enquête. Nous voulons croire que la recherche donnera des résultats. D'un autre point de vue, cette provocation arménienne ne visait pas seulement l'Azerbaïdjan. Premièrement, un drone pouvant entrer facilement dans le stade pourrait également être équipé d'une cargaison dangereuse, y compris une bombe. Deuxièmement...

Le monde entier appelle à ne pas mélanger football et politique. L'UEFA et les autres organisations de football du monde entier travaillent dur pour éviter de telles situations. Dans cette situation, le fait que des Arméniens utilisent des drones pour faire flotter le drapeau d’un régime criminel sur le terrain de football n’est pas seulement une provocation contre l’Azerbaïdjan, mais une insulte à l’ensemble de la communauté du football du monde. Parce que chaque jeu a son propre stade!

Pour commetre une telle provocation, il faut être un Arménien - un lâche, une ruse, un méchant... À quoi sert une telle provocation à un moment où la diaspora arménienne et le lobby de ce pays s'affaiblissent en Europe et l'Azerbaïdjan avance dans la guerre informatique? Si nous sommes représentés sur le terrain par un club de football brillant appelé "Qarabag" et qu'un jouet volant arborant un "drapeau" non reconnu représente des Arméniens, c'est déjà une victoire.

Cette démarche de la partie arménienne, n’est pas une provocation d’information, mais une terreur informatique. Parce que ce sont les terroristes qui essaient d'avoir un impact important avec un petit incident. La terreur est la tactique du perdant. Cet événement a montré que des Arméniens, qui ont déjà perdu la guerre de l'information, ont commencé à recourir à la tactique terroriste dans le stade. 

La meilleure réponse à cette provocation ou terreur informatique a été le fait que le Garabag a marqué deux autres buts malgré les tensions après l’incident. C'étaient probablement les buts les plus importants de notre club préféré. Avec ces buts symboliques, le "Qarabag" a déclaré que malgré toutes les provocations, nous gagnerions!

En fait, cette provocation, ou plutôt cette terreur informatique des Arméniens, nuira à la réputation d’eux-mêmes. Parce que les événements sportifs ont toujours été un événement pour promouvoir la paix. Il est considéré comme inacceptable de promouvoir la propagande de guerre, la haine et la xénophobie sur le terrain sportif. Cette tradition dégoûtante, qui n'existait qu'en Europe durant le fascisme allemand, a maintenant été restaurée par des Arméniens. Et pourtant, ils ont montré à nouveau la proximité spirituelle entre l'arménianisme et le fascisme! En Europe, ce sont des sujets très sensibles.

D'autre part, de tels cas font grandir un peu plus le Qarabag. Cette équipe a été confrontée à de nombreuses injustices, à des décisions injustes et à des provocations pour le nom qu’elle porte, mais chaque fois, elle devient plus forte et plus persistante. Chaque fois, elle gagne plus de cœurs et de succès. Cela peut aussi être considéré comme un événement symbolique.

Vusal Mammadov

Azvision.az

 


Tags: Qaarabag   UEFA   provocations