La notion «Le peuple du Haut-Karabakh» n'existe pas: Le discours du président Ilham Aliyev à Sotchi

  05 Octobre 2019    Lu: 1048
 La notion «Le peuple du Haut-Karabakh» n

Comme rapporté précédemment, la session plénière de la 16e réunion annuelle du Club de discussion de Valdaï s’est tenue jeudi 3 octobre à Sotchi, en Fédération de Russie. Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a participé à la session.

AzVision vous présente le texte intégral du discours du président Ilham Aliyev:

«Tout d'abord, je voudrais remercier Vladimir Vladimirovich Poutine de m'avoir invité à la réunion du club de discussion de Valdaï. Je tiens à souligner que les activités du club suscitent un vif intérêt en Azerbaïdjan. Il est devenu l’une des platformes les plus importantes pour discuter des questions actuelles du monde moderne et proposer des recommandations pour renforcer la coopération.

J'ai écouté le discours de Vladimir Poutine avec beaucoup d'intérêt et je suis assez d'accord avec lui. La seule chose qu'il n'a pas dite à propos de la situation en Russie, c'est que Vladimir Poutine était un facteur clé pour la Russie face à des processus extrêmement complexes. C'est la vérité, tout le monde doit le savoir. Grâce à son courage, sa détermination, sa sagesse et son patriotisme, son pays a traversé les épreuves les plus difficiles et aujourd'hui la Russie est l'un des pays les plus puissants du monde. Aujourd'hui, nous avons eu une réunion avec Vladimir Poutine. Nos réunions sont régulières et même quelques mois avec de petites interruptions nous font sentir comme une pause. Les relations entre nos pays revêt d'une importance stratégique. Ce n'est donc pas un hasard si nous nous appelons partenaires stratégiques. Aujourd’hui, nous avons examiné un très vaste programme de relations bilatérales. Il existe un dialogue politique très actif entre nos pays. Des réunions régulières entre les chefs d'Etat et d'autres fonctionnaires contribuent à renforcer notre coopération. Nous maintenons des relation mutuelles actives au sein des organisations internationales et nous nous soutenons  mutuellement sur des questions clés. Au cours de la session de juin de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, qui a examiné le retour de la Russie à l'APCE, la délégation azerbaïdjanaise a voté en faveur d'un retour de la Russie à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE).

Une dynamique positive s’observe dans le développement de nos relations commerciales et économiques. Nous augmentons le chiffre d'affaires chaque année. Cela devient de plus en plus difficile puisque nous parlions d’une augmentation de 20% l’année dernière, mais cette année, la croissance a été plus soutenue. La détermination des domaines de coopération prioritaires dans les cinq cartes routières conduira sans aucun doute à un développement accru des relations commerciales. Environ 700 entreprises à capitaux russes opèrent en Azerbaïdjan. L'Azerbaïdjan a investi 1,2 milliard de dollars en Russie et la Russie a investi 4,6 milliards de dollars en Azerbaïdjan. Je voudrais également souligner que les banques russes nous aident beaucoup dans l'industrialisation. Ils ont fourni des prêts de près d’un milliard de dollars pour des projets dans le secteur réel de l’économie.

La coopération technico-militaire se développe activement. Aujourd'hui, nous convenons de poursuivre nos travaux dans cette direction. Toutefois, le montant des contrats déjà signés entre nous dans le cadre de l’achat d’équipement auprès de la Russie s’élève à 5 milliards de dollars, dont 3 milliards ont déjà été réalisés. Comme je l'ai dit, nous avons l'intention de continuer à travailler dans cette direction.

Le transport est l’un des domaines importants de notre coopération. En 2018, le volume de fret transporté par le Corridor Nord-Sud était 8 fois plus élevé que l'année précédente. Les volumes sont encore faibles, mais la dynamique a un impact fort. Je tiens également à souligner que le Corridor nord-ouest a également été lancé. Les cargaisons en provenance de Russie passent par le territoire de l’Azerbaïdjan, au sud et à l’ouest. Cela est dû en grande partie au fait que nous avons accepté notre politique tarifaire et que nous avons récemment investi massivement dans des infrastructures de transport modernes en Azerbaïdjan.

Une indication de nos relations est qu’elles fournissent une image vivante de l’esprit et de la nature de nos relations entre nos pays et nos peuples. L'année dernière, 880 000 Russes ont visité l'Azerbaïdjan. Cette année, il y en a plus. Ce n’est un secret pour personne que les touristes ne se contentent pas de visiter seulement des sites touristiques et de déguster la cuisine nationale. Ils vont dans un endroit où ils se sentent en sécurité, à l'aise et chez eux. Je pense que ce fait est l'indicateur de la croissance rapide du tourisme.

Je voudrais souligner les grandes réussites en éducation. La branche de l'Université d'État de Moscou et la branche de la Première Université d'Etat de médecine de Moscou opèrent en Azerbaïdjan depuis plusieurs années. Toutes les universités publiques en Azerbaïdjan ont des départements en russe. Environ 25 000 étudiants étudient en russe. Dans 338 écoles de langue russe, 130 000 étudiants étudient également le russe.

L'un des thèmes des discussions périodiques est la solution du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabakh. La Russie copréside le groupe de Minsk de l'OSCE. Il a un mandat de médiation. Je tiens à signaler que le Haut-Karabakh et les sept districts azerbaïdjanais adjacents sont sous occupation arménienne depuis plus de 25 ans. Le Haut-Karabakh est une terre historique de l'Azerbaïdjan. À l’époque soviétique, la «région autonome du Haut-Karabakh» a été créée. Je dois noter que ce conflit suscite une grande diversité de points de vue, qui souvent ne reflètent pas la réalité. 

Pour éclaircir cette question, je voudrais dire qu’en 1921, le Bureau du Comité central du Parti communiste au Caucase a décidé de laisser le Haut-Karabakh au sein de l’Azerbaïdjan, bien que la partie arménienne interprète à tort que le «transfert du Haut-Karabakh à l'Azerbaïdjan» n'a pas été utilisé. Avant le conflit, la population azerbaïdjanaise et arménienne vivant dans la «région autonome du Haut-Karabakh» en Union soviétique était de 25/75%. À la suite du conflit, l’ensemble de la population azerbaïdjanaise a été expulsé du Haut-Karabakh, de même que sept autres régions de l’Azerbaïdjan, c’est-à-dire qu’un nettoyage ethnique s’y est déroulé.

Aujourd'hui, il n'y a pas de population azerbaïdjanaise dans les territoires occupés. La majorité des territoires ont été brûlés. Des maisons, des écoles et d'autres bâtiments publics ont été détruits. À la suite du conflit, l’Azerbaïdjan a été confronté à une catastrophe humanitaire. Plus de 700 000 personnes déplacées à l'intérieur du Haut-Karabakh et d'autres zones occupées de l'Azerbaïdjan et 250 000 Azerbaïdjanais ont été expulsés de leurs zones historiques. Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté quatre résolutions exigeant le retrait immédiat et sans condition des forces armées arméniennes des territoires occupés de l'Azerbaïdjan. Depuis plus de 25 ans, ces résolutions n’ont pas été appliquées. Nous arrivons à la question importante: la mise en œuvre des décisions prises. Le Conseil de sécurité des Nations Unies est l'organe international le plus élevé. Si les décisions du Conseil de sécurité ne sont pas appliquées depuis plus de 25 ans, cela soulève de nombreuses questions quant à l'efficacité de l'organisation. En Azerbaïdjan, nous sommes préoccupés par le caractère sélectif de la mise en œuvre de ces résolutions. Parfois, de telles résolutions sont réalisées en quelques jours et parfois, elles ne sont pas nécessaires pour des opérations militaires spécifiques. Dans notre cas, les résolutions restent sur papier. Le conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabakh doit être résolu dans le cadre de l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan, de la Charte des Nations Unies, des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies et de l'Acte final d'Helsinki. Récemment, le Premier ministre arménien a souligné à plusieurs reprises que le règlement du conflit devrait être acceptable pour le peuple azerbaïdjanais, le peuple arménien et le peuple du Haut-Karabakh. Maintenant, je dois dire que le concept de «nation du Haut-Karabakh» n'existe pas. Le Haut-Karabakh a une population composée d’Azerbaïdjanais et d’Arméniens qui jouissaient des mêmes droits avant le début du conflit. La meilleure solution pour l’Azerbaïdjan est la restauration de l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan, reconnue internationalement, et le retour des réfugiés et des personnes déplacées dans leurs régions d'origine. Cela correspond aux résolutions du Conseil de sécurité et à l'Acte final d'Helsinki.

Je dois dire que l'agression militaire de l'Arménie contre l'Azerbaïdjan se poursuit aujourd'hui. Hier, un habitant de la région de Gazakh, à la frontière arménienne en dehors de la zone de conflit, a été tué par un sniper arménien. Je voudrais également dire que six civils, dont une fille, ont été tués en avril 2016 lors d'une provocation militaire.

Je voudrais également répondre à la déclaration surprenante du Premier ministre arménien. Cette déclaration était non seulement surprenante en Azerbaïdjan, mais la Fédération de Russie y avait également répondu dans le cadre du forum Valdaï. La déclaration est littéralement comme ceci: «Le Karabakh est une partie de l’Arménie et un point». D'abord, c'est le moins qu'on puisse dire, c'est un mensonge. Aran et le Haut-Karabakh sont reconnus par le monde comme faisant partie intégrante de l'Azerbaïdjan. L'Arménie elle-même ne reconnaît pas cette structure illégale. Le Karabakh est la terre antique et historique de l'Azerbaïdjan. Ainsi, le Karabakh appartient à l’Azerbaïdjan et un point d’exclamation».

Au début des années 90, malgré la catastrophe humanitaire dans laquelle une personne sur huit dans notre pays était réfugiée, l'Azerbaïdjan a beaucoup progressé dans son développement. L'Azerbaïdjan vit dans la stabilité depuis 26 ans, à l'exception des premières années de l'indépendance du pays sous le régime du Front populaire perfide. Le président Heydar Aliyev, qui a empêché la guerre civile, mis fin à l'occupation, fait face au chaos et à la destruction, a dirigé l'Azerbaïdjan sur la voie de développement. Le peuple azerbaïdjanais vit donc dans un environnement stable et prospère depuis 26 ans. Les positions internationales de notre pays se renforcent. L'un d'entre eux est le fait qu'il y a quelques années, notre pays a été élu membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies avec 155 voix. Ce n’était pas facile, nous avions besoin de 3 jours et 16 tours, mais la justice a gagné. Je voudrais également souligner que la Fédération de Russie et 154 autres pays nous ont apporté un soutien considérable.

Nous sommes heureux que Bakou ait été choisi comme lieu de la réunion du haut commandement militaire russe et de l’OTAN pendant plusieurs années. Nous considérons cela comme une expression de la confiance envers nous. Le Sommet du Mouvement des Non-Alignés se tiendra à Bakou plus tard ce mois-ci. L’Azerbaïdjan présidera cette organisation pendant trois ans.

Outre l'ordre du jour international, nous nous concentrons évidemment sur les problèmes internes liés au développement économique. Nous avons obtenu d'excellents résultats dans cette direction. L'Azerbaïdjan est un pays à faible dette extérieure. Selon cet indicateur, nous occupons la neuvième place avec une dette extérieure représentant 17% du PIB, tandiq que la Russie occupe le sixième rang. Nous ne sommes pas des rivaux, mais nous sommes toujours concentrés sur les meilleurs résultats. Beaucoup de travail est fait pour réduire la pauvreté et ce chiffre est passé de 49% en 2003 à 5%. La croissance économique aide également à résoudre les problèmes sociaux. Cette année, le salaire minimum a presque doublé et la pension minimum a augmenté de 70%. Nous investissons dans les technologies modernes, 80% de notre population sont des utilisateurs d'Internet. L'Azerbaïdjan est un pays avec trois satellites. Deux d’entre elles sont des satellites de télécommunications et l’un est le satellite qui observe la surface de la Terre.

Enfin, soutenant la thèse de Vladimir Vladimirovich selon laquelle les projets de transport favorisent non seulement le commerce, mais deviennent également un pont entre les nations, je voudrais dire que les corridors Nord-Sud et Est-Ouest qui traversent notre territoire, sont des étapes et des projets visant à élargir la coopération internationale et à réduire les risques.

Azvision.az


Tags: IlhamAliyev   Sotchi