Nucléaire: Ali Khamenei appelle à déroger encore à l'accord de 2015

  02 Octobre 2019    Lu: 381
Nucléaire: Ali Khamenei appelle à déroger encore à l

L'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême iranien, a prévenu mercredi que la république islamique continuerait à renoncer à une partie des engagements pris dans le cadre de l'accord nucléaire de 2015 jusqu'à obtenir "le résultat désiré".

En réplique au retrait, en mai 2018, des Etats-Unis de l'accord de Vienne négocié également avec la Russie, la Chine, la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne, le régime iranien s'est déjà soustrait à plusieurs dispositions.

Il s'est notamment affranchi du plafond limitant ses stocks d'uranium et de la limitation du taux d'enrichissement de son uranium.

"Nous allons continuer à réduire nos engagements et nous devons le faire avec le plus grand sérieux", a déclaré l'ayatollah Khamenei lors d'une réunion avec des officiers du corps des Gardiens de la révolution.

"La responsabilité en incombe à l'Organisation de l'énergie atomique, elle doit mettre en oeuvre la réduction des engagements (...) d'une manière précise et complète et continuer ainsi jusqu'à ce que nous obtenions le résultat désiré", a-t-il déclaré, selon des propos rapportés sur son site internet.

Ces déclarations interviennent alors que les parties européennes à l'accord de 2015 s'efforcent de favoriser une reprise du dialogue entre Téhéran et Washington.

Ainsi a-t-on appris mardi de plusieurs sources que le président français Emmanuel Macron avait tenté jusqu'à la dernière minute, mais en vain, d'organiser un échange téléphonique entre Donald Trump et Hassan Rohani en marge de l'Assemblée générale de l'Onu à New York.

Selon une source diplomatique française, le président iranien a décliné l'appel car "il n'avait pas suffisamment d'assurance à Téhéran pour pouvoir le prendre". Le guide suprême iranien est le véritable détenteur du pouvoir en Iran.

"L'occasion n'a pas été saisie à cause de la politique interne iranienne - et américaine -, mais je dirais plus à cause des Iraniens", abonde une autre source diplomatique.

En tout état de cause, Hassan Rohani a confirmé mercredi lors d'une réunion de son cabinet, retransmise en direct sur la télévision nationale, son accord avec le plan français soumis à l'Iran et aux Etats-Unis en vue d'une désescalade.

Les deux parties seraient d'accord sur quatre points, indique-t-on de source française.

"L'Iran doit revenir en conformité avec ses engagements au titre du JCPOA (l'accord de juillet 2015-NDLR) et accepter des négociations sur un cadre de long terme à ses activités militaires". Il "doit mettre un terme à sa politique agressive dans la région" et obtiendrait en contrepartie "la levée des sanctions américaines et pourrait disposer de ses revenus pétroliers".

Hassan Rohani a jugé mercredi que des modifications devaient être apportées à la formulation du plan et a déploré les "messages brouillés" de la partie américaine.

"Le président américain, par deux fois, lors de son discours à l'Onu et à une autre occasion, a dit explicitement qu'il voulait durcir les sanctions. J'ai dit à nos amis européens : Que doit-on entendre? Vos déclarations selon lesquelles l'Amérique est prête (à négocier)? Ou celles du président américain qui en l'espace de 24 heures a dit deux fois qu'il durcirait les sanctions?", a rapporté Hassan Rohani.

"Ils (les Européens) n'avaient pas une réponse claire à ce sujet", a-t-il précisé.

Reuters


Tags: nucléaire   Iran