Afghanistan: quatre tués, dont un journaliste, dans un attentat pendant la campagne électorale

  25 Septembre 2019    Lu: 205
  Afghanistan:   quatre tués, dont un journaliste, dans un attentat pendant la campagne électorale

Quatre personnes, dont un journaliste et un enfant, ont été tuées dans l'explosion d'une bombe à l'entrée d'un bureau de campagne du président Ashraf Ghani à Kandahar, dans le sud de l'Afghanistan, a appris l'AFP mercredi de source officielle.

Abdul Hamid Hotaki, qui présentait les actualités à la radio locale Hewad, rentrait à son domicile mardi soir quand il a été touché par l'explosion, qui l'a grièvement blessé avec sept autres civils, a dit à l'AFP le porte-parole du gouverneur de la ville, Baheer Ahmadi. «Hotaki et d'autres civils blessés ont été aussitôt transportés à l'hôpital mais malheureusement il est mort quelques heures plus tard», a-t-il dit.

Un enfant se trouvait parmi les trois autres victimes, a dit le ministère de l'Intérieur en accusant les talibans d'être responsables de l'attentat. Ces derniers ont averti qu'ils feraient tout pour empêcher la tenue de l'élection présidentielle du 28 septembre, qui est illégitime selon eux. La semaine dernière, un attentat-suicide contre une réunion électorale au nord de Kaboul, revendiqué par les talibans, a fait 26 morts.

Mercredi une autre explosion contre un bureau de campagne de Mr. Ghani à Lashkar Gah, dans la province du Helmand (sud), a fait trois blessés, selon le porte-parole du chef de la police pour la province, Mohammad Zaman Hamdard.

L'Afghanistan est considéré comme le pays le plus dangereux pour les journalistes, qui courent de grands risques à suivre le conflit et qui sont parfois la cible directe d'attaques. Au moins 15 journalistes et employés de médias ont été tués en 2018, la pire année pour cette profession dans le pays, selon l'organisation Reporters sans frontières. Le chef-photographe de l'AFP en Afghanistan, Shah Marai, avait été tué avec 24 autres personnes, dont huit journalistes, dans une attaque-suicide à Kaboul en avril 2018. (AFP)


Tags: Afghanistan   attentat